Aller au contenu principal

Pour préserver les abeilles, traiter au coucher du soleil

Un arrêté est en préparation pour imposer les traitements insecticides et acaricides seulement après le coucher du soleil au moment de la floraison des cultures.

Les abeilles ont encore marqué un point. Le 28 avril, rendez-vous avait été donné par Stéphane le Foll, ministre de l'Agriculture, pour présenter un point d'étape sur la mise en place du plan de développement durable de l'apiculture. Mais ce qui a retenu l'attention dans les déclarations du ministre, c'est l'annonce de la rédaction d'un arrêté imposant l'utilisation d'insecticides et d'acaricides uniquement après le coucher du soleil au moment de la floraison des cultures. « Un avis de l'Anses(1) a été rendu sur l'usage des pesticides avec la mention abeilles. Ces insectes étant sensibles et actifs à la lumière, l'utilisation de ces produits ne devra se faire qu'à partir du moment où le soleil se couche », résume le ministre.
L'avis de l'Anses publié le 30 avril 2014 repose sur l'expertise demandée à l'Itsap-Institut de l'abeille. Que dit-il ? « Seule la luminosité peut être proposée comme condition indicatrice de l'absence d'activité de butinage des abeilles domestiques. » Autrement dit, des paramètres liés à la météorologie (comme une faible température) ou à la nature de la culture ne peuvent pas être retenus comme critères décidant ou non de l'usage d'un pesticide au moment de la floraison. L'avis précise que « les traitements phytopharmaceutiques bénéficiant d'une dérogation (NDLR: pour être utilisés durant la floraison) ne pourront être appliqués qu'après l'heure de coucher du soleil telle que définie par l'éphéméride et dans les trois heures suivantes. »


Gros soucis pour les producteurs de féverole


L'arrêté actuellement en vigueur (du 28 novembre 2003) indique la possibilité de traiter seulement « en dehors de la présence des abeilles. » Une mention trop vague selon la DGAL qui avait saisi l'Anses pour apporter des précisions sur cette définition avec un éclairage scientifique. Mais déjà, la plaquette Les abeilles butinent... Protégeons-les ! ne dit pas autre chose que de « traiter en dehors des périodes de butinage, tard le soir, de préférence après la tombée du jour. » Rédigée en 2010 par l'AFPP, elle a été diffusée largement par les instituts techniques ou l'UIPP.
L'Itsap et la profession apicole se réjouissent de la rédaction du nouvel arrêté de même que des producteurs de semences. Cependant, l'Unaf voudrait obtenir plus en étendant le futur arrêté aux fongicides et aux herbicides.
En revanche, des fédérations d'agriculteurs s'insurgent de l'arrêté présenté par Stéphane Le Foll, au premier rang desquels la FOP qui se fait la voix des producteurs de féverole. « La solution retenue signe quasiment l'arrêt de mort de la culture de la féverole en France, communique la FOP et son président Gérard Tubery. Précisément, le contrôle des bruches pose problème puisque cet insecte n'est accessible par les traitements sur la fleur qu'en pleine journée. Jusqu'à présent, nous parvenons à concilier les intérêts des apiculteurs et des producteurs de féverole pour, par exemple, faire en sorte que les abeilles ne soient pas exposées lors d'un traitement. Et nous préférons ces démarches de partenariat plutôt que de nous voir imposés des dispositifs réglementaires uniformes. » Le futur arrêté est en cours de rédaction pour une parution dans trois ou quatre mois. D'ici là, on imagine facilement les négociations vrombissantes en coulisse sur le texte.

 


(1) Saisine n°2013-SA-0234.

Apiculteurs et multiplicateurs de semences s'accordent

Les apiculteurs représentés par l'Itsap et Ada France(1), producteurs de semences oléagineuses (Anamso) et semenciers (Gnis, UFS) ont signé une Charte de bonnes pratiques agricoles et apicoles en pollinisation.
Le document formalise les engagements réciproques de ces professionnels pour une pollinisation de qualité et une préservation des abeilles avec le respect de bonnes pratiques agricoles. La charte reprend le principe des traitements sur fleurs « que lorsque les abeilles sont absentes, à la tombée de la nuit. » Elle s'inscrit dans l'action www.beewapi.com


(1) Association de développement apicole

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
Terres agricoles : l'indice des fermages 2020 est publié
Le nouvel indice du fermage est connu. En légère hausse de 0,55 %, il est de 105,33. Ce chiffre permet de déterminer le montant…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures