Aller au contenu principal

Installation
Pour Philippe Monnet il est nécéssaire de « reconnaître la diversité des projets »

Pour Philippe Monnet, en charge du dossier installation pour les Jeunes Agriculteurs, la réussite tient avant tout à la qualité du projet. Il faut donc reconnaître la diversité des choix et des systèmes de production.


L´accès au foncier n´est-il pas un frein à l´installation en grandes cultures ?
Philippe Monnet - La question du foncier est une priorité de notre mandat. Il y a l´urbanisation et l´artificialisation des territoires qui retirent de l´agriculture 60 000 hectares chaque année. A ce rythme, l´équivalent d´un département est artificialisé tous les dix ans. Le phénomène périurbain conduit à une hausse du prix du foncier déconnectée de l´économie agricole.
Un autre frein touche aux ressorts de la course à l´agrandissement. Au-delà de l´équilibre nécessaire entre l´agrandissement de ceux qui sont en place et l´installation, certaines études montrent que l´agrandissement s´accompagne d´une perte de valeur ajoutée pour l´agriculture. Quand on le peut, s´agrandir est une solution facile mais elle ne stimule pas la recherche de valeur ajoutée.

Où trouver de la valeur ajoutée supplémentaire en agriculture ?
P. M. - Une des pistes importantes du moment concerne les énergies vertes. La biomasse et les biocarburants ouvrent des perspectives de valeur ajoutée pour les agriculteurs. Mais à condition que l´organisation des filières soit telle qu´une partie de la valeur ajoutée revienne au producteur. Ce n´est pas toujours garanti. Nous ne souhaitons pas que les agriculteurs soient cantonnés à un rôle de fournisseur de minerai aux filières. Il est crucial qu´ils soient organisés économiquement pour maintenir un certain contrôle sur leurs débouchés. Il est évident que les marchés locaux ou de niche ne peuvent pas englober tout le chiffre d´affaires de la ferme France. Mais la coexistence entre grandes filières et circuits plus courts n´est pas antinomique, au contraire.
Comment voyez-vous l´avenir de la PAC et de l´organisation des marchés ?
P. M. - Nous voyons bien que l´environnement économique des exploitations bascule d´une PAC qui garantissait une certaine stabilité à une PAC beaucoup moins protectrice. Ce qui nous inquiète le plus, ce n´est pas tant la disparition des aides en elles-mêmes que la disparition de notre revenu.
A ce propos, nous restons sur notre ligne définie en 2001 ; celle de prix rémunérateurs plutôt qu´un revenu basé sur des subventions et d´une autosuffisance des grandes régions du monde.
A l´échelle des exploitations, il nous paraît clair qu´il faut nous préparer à travailler dans un environnement instable, qui se traduit notamment par une volatilité accrue des prix. C´est pourquoi, nous défendons l´organisation économique et la mise en place d´outils tels que l´assurance récolte, une meilleure adaptation de la fiscalité.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures