Aller au contenu principal

Pour Cyrille Savalle, "la difficulté est de gérer les contradictions"

Exploitant sur 90 ha à Ailly dans l'Eure, Cyrille Savalle cultive du blé, du colza, du pois, du maïs et un peu d’orge de printemps. Il adhère au GDA de la Chambre d'agriculture depuis son installation.

Cyrille Savalle, 90 ha à Ailly, Eure Blé, colza, pois, maïs et un peu d’orge de printemps "La difficulté, c'est que l'on est toujours dans l'expérimentation... On ne sait jamais trop comment on va s'en sortir."
© DR

« Quand je me suis installé en 1998, j’ai tout de suite adhéré au GDA de la chambre d’agriculture, dans lequel Bertrand Omon était conseiller. Lorsqu’il a pris en charge le groupe 'agriculture intégrée', je l’ai suivi. Je ne me suis pas lancé de but en blanc. Il m’a fallu quatre à cinq ans par exemple, pour mettre en place ce système sur mes blés. C’est passé par un vrai exercice de refonte du système de cultures, qui a duré plusieurs années et pendant lequel on a tous imaginé collectivement un autre système de production. Aujourd’hui, Bertrand Omon est pour moi un référent, ainsi que le groupe 'agriculture intégrée'. De fait, ce dernier est très important en ce qui concerne les échanges sur nos pratiques, les conseils et les critiques. Je pense que ce que j’apprécie le plus, c’est de partager les expériences. C’est une sorte de vivier pour piocher ce qui pourrait marcher chez nous. Cependant, même si je me rends compte que je m’y retrouve de moins en moins, je continue d’aller au GDA car j’ai besoin des conseils sur les phytos. On en met moins, mais on en met quand même. Je trouve là-bas un conseil pointu sur les doses, les matières actives. La difficulté, c’est de gérer les contradictions. Quand on a un problème de ravageur, le technicien du GDA dit de traiter, mais pas Bertrand. Les arbitrages ne sont pas forcément faciles à faire. »

Les plus lus

Parcelles avec des infrastructures agroécologiques dans le lointain
Suppression des 4 % de jachère : quel impact sur ma télédéclaration PAC 2024 ?

Dès cette campagne 2024, il n’est plus nécessaire de mettre en place de la jachère, cultures fixatrices d’azote ou …

Installation de stockage de céréales de Jean-Christophe Dupuis, agriculteur à Mancey, en Saône-et-Loire
Stockage des céréales : « Mon installation simple me permet d’atteindre un coût de stockage de 8 €/t »
Jean-Christophe Dupuis est agriculteur à Mancay, en Saône-et-Loire. Depuis 2021, il stocke 1 200 tonnes de grains sur son…
Epandage d'engrais sur champ de blé
Engrais azotés : quelle stratégie d'achat adopter pour la prochaine campagne ?
La nouvelle campagne d’achats d’engrais azotés par les agriculteurs pour 2025 démarre à peine. C’est le moment de réfléchir à sa…
Parcelles agricoles au printemps, colza au premier plan, champ de blé et de colza au deuxième plan
PAC et DPB : les six points à retenir avant de faire un transfert

Le transfert des droits à paiement de base (DPB) est une démarche qu’il ne faut pas prendre à la légère puisqu’elle…

parcelles de blés au printemps
Blé tendre et orge d’hiver : quel impact du froid ces derniers jours ?
Le froid de ces derniers jours est arrivé sur des céréales à des stades sensibles localement. Le point sur le risque de dégâts…
Clément Savouré, agriculteur en Eure-et-Loir
Achat d’engrais : « Nous arbitrons entre l’ammonitrate et la solution liquide en fonction du prix de l’unité d’azote »

Clément Savouré, agriculteur à Le Gué-de-Longroi, en Eure-et-Loir, privilégie les achats d’engrais à la morte-saison pour…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures