Aller au contenu principal

Pour Cyrille Savalle, "la difficulté est de gérer les contradictions"

Exploitant sur 90 ha à Ailly dans l'Eure, Cyrille Savalle cultive du blé, du colza, du pois, du maïs et un peu d’orge de printemps. Il adhère au GDA de la Chambre d'agriculture depuis son installation.

Cyrille Savalle, 90 ha à Ailly, Eure Blé, colza, pois, maïs et un peu d’orge de printemps "La difficulté, c'est que l'on est toujours dans l'expérimentation... On ne sait jamais trop comment on va s'en sortir."
© DR

« Quand je me suis installé en 1998, j’ai tout de suite adhéré au GDA de la chambre d’agriculture, dans lequel Bertrand Omon était conseiller. Lorsqu’il a pris en charge le groupe 'agriculture intégrée', je l’ai suivi. Je ne me suis pas lancé de but en blanc. Il m’a fallu quatre à cinq ans par exemple, pour mettre en place ce système sur mes blés. C’est passé par un vrai exercice de refonte du système de cultures, qui a duré plusieurs années et pendant lequel on a tous imaginé collectivement un autre système de production. Aujourd’hui, Bertrand Omon est pour moi un référent, ainsi que le groupe 'agriculture intégrée'. De fait, ce dernier est très important en ce qui concerne les échanges sur nos pratiques, les conseils et les critiques. Je pense que ce que j’apprécie le plus, c’est de partager les expériences. C’est une sorte de vivier pour piocher ce qui pourrait marcher chez nous.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Les sangliers, dont les populations explosent, sont responsables de 85 % des dégâts de grand gibier occasionnés aux cultures.
Dégâts de gibier : le système d’indemnisation menacé d’explosion
Les dégâts de gibier coûtent de plus en plus cher aux fédérations départementales de chasseurs. Et détruisent des cultures qui n’…
En hiver, la présence d'un couvert contribue à une meilleure infiltration de l'eau, réduisant les risques de tassement ou de lissage du sol en profondeur.
Couverts d’interculture : comment optimiser leurs bénéfices sur la structure du sol ?
Bien menés, les couverts végétaux améliorent la structure du sol sur les premiers centimètres, mais ne remplacent pas le travail…
Alexandre Dufour. "Je ne travaille pas pour toucher des indemnités des chasseurs ni pour cultiver des chardons".
Dégâts de gibier : « Nos cultures sont détruites à chaque fois »
Alexandre Dufour est agriculteur en système polyculture- élevage allaitant sur 280 hectares à Agey, en Côte-d’Or. Il déplore des…
Les capsules de trichogrammes sont apportées à raison de 100 capsules par hectare.
Pyrale du maïs : les drones font décoller les trichogrammes
Une solution efficace contre la pyrale, qui économise du temps et des traitements insecticides : l’épandage de trichogrammes par…
Maurice Guthmann, agriculteur à Dessenheim (Haut-Rhin), apprécie la simplicité de l'utilisation des drones pour épandre les trichogrammes contre la pyrale du maïs.
Pyrale du maïs : « Avec le drone, je n’ai plus à m’occuper des trichogrammes »
Chez Maurice Guthmann, agriculteur à Dessenheim (Haut-Rhin), le recours à la prestation d’épandage de trichogrammes par drone…
Vu la dimension des projets de méthanisation, les banquesexaminent de près la santé financière des exploitants et le niveau de fonds propres.
Méthanisation agricole : 6 points à surveiller pour financer son projet
Rentabilité, fonds propres, compétences... Les banques exigent de plus en plus de garanties pour financer les projets de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures