Aller au contenu principal

Pollinisateurs : l’arrêté abeilles nouvelle version inquiète les apiculteurs

La version de l’arrêté abeilles envoyée début juin aux professionnels agricoles et apicoles est jugée insuffisamment protectrice par certaines organisations d’apiculteurs et d’environnementalistes.

Un traitement phyto est autorisé deux heures avant le coucher du soleil en période de floraison sur les cultures attractives. © Terres Inovia
Un traitement phyto est autorisé deux heures avant le coucher du soleil en période de floraison sur les cultures attractives.
© Terres Inovia

Le projet de révision de l’arrêté abeilles de décembre 2003 a été soumis aux professionnels participant à la concertation sur ce texte. « L’application sur une culture attractive en floraison ou sur une zone de butinage d’un produit autorisé est réalisée entre les deux heures qui précèdent le coucher du soleil et les trois heures qui le suivent », précise le texte. Les produits concernés sont les fongicides, herbicides et certains insecticides et acaricides comportant une mention autorisant ce type d’usage.

« La période de traitement peut être adaptée ou supprimée, pour des traitements le matin par exemple sous réserve de la mise en place de mesures apportant des garanties équivalentes en matière d’exposition des insectes pollinisateurs, » ajoute le texte.

« L’État doit revoir sa copie »

Le projet n’apporte pas de restrictions fortes par rapport aux règles déjà en vigueur, ce qui ne manque pas d’inquiéter les professionnels apicoles. « L’État doit revoir sa copie, selon l’Unaf (Union nationale de l'apiculture française). Le texte fait abstraction d’une partie importante des recommandations de l’Anses. Nous regrettons l’autorisation d’épandage des produits bénéficiant d’une dérogation avant le coucher du soleil durant les heures de butinage sans mesures d’atténuation. Le projet comprend de trop nombreuses dérogations et ne donne pour l’instant aucune garantie de protection réelle des insectes pollinisateurs. »

Le Réseau biodiversité pour les abeilles qui rassemble des agriculteurs et apiculteurs juge « la dernière version de l’arrêté plus raisonnable que les précédentes moutures » tout en exprimant sa crainte de voir « se tendre inutilement les relations entre les filières apicoles et agricoles ». L’organisation estime « globalement satisfaisant et efficace » l’arrêté actuel en demandant cependant « des sanctions plus lourdes en cas de non-respect ».

Les plus lus

Dans son local phytosanitaire, l’agriculteur doit vérifier que chaque produit détient une AMM en cours de validité.
Contrôle phytosanitaire : ce que vous devez savoir pour être prêt sur votre exploitation
Bien connaître la réglementation sur l’usage des phyto est impératif pour se préparer à un contrôle. Vigilance sur le classement…
Le règlement actuel des ZNT s’applique jusqu'à publication des nouveaux textes si la charte est toujours sur le site de la préfecture. Cela devrait être encore le cas au moment des désherbages d'automne.
Semis 2021 : devez-vous prévoir des ZNT de 10 mètres ?
Le Conseil d’Etat demande le durcissement sur plusieurs points de la réglementation des zones de non-traitement, à formaliser d’…
Retardée par les pluies, la récolte française de blé tendre est prévue autour de 36,7 millions de tonnes, avec une qualité globalement préservée à l'exception de PS bas.
Moisson 2021 : bons rendements en blé, et une qualité qui limite la casse
Les moissons ne sont pas terminées mais les rendements moyens du blé tendre sont globalement bons. La qualité pâtit de la météo,…
Les semences de ferme gagnent du terrain au profit des trieurs à façon dont l'activité augmente.
La suprématie des semences fermières bouscule les équilibres de la filière
Les semences de ferme ont pris le pas sur les semences certifiées en céréales à paille. Faut-il s’inquiéter pour l’amélioration…
Via leur rôle de stockage de carbone dans le sol, les grandes cultures contribuent à la lutte contre le changement climatique.
Le label bas carbone grandes cultures est validé
Les filières de grandes cultures ont enfin leur label bas carbone. Ce sésame devrait permettre à des collectifs d’agriculteurs de…
Faire appel à un voisin ou à une entreprise spécialisée limite les soucis mais n'évite pas les explications et les prises de décisions.
Exploitation agricole : à l’âge de la retraite, quelles solutions pour attendre un repreneur ?
À l’approche de la retraite, des agriculteurs veulent lever le pied sans passer la main, en attendant un éventuel repreneur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures