Aller au contenu principal
Font Size

« Plus de vols de tracteurs au préjudice des exploitations que des concessions »

Le colonel Patrice Bayard, responsable de l’OCLDI (Office central de lutte contre la délinquance itinérante) et ses équipes travaillent depuis 2012-2013 sur les vols de tracteurs, quand les différents plans nationaux ont amené à avoir un regard national sur ces actes. Le point sur ce qu’il faut savoir.

Peut-on définir le profil des voleurs de tracteurs?

Patrice Bayard - Pour une très grande majorité, ces vols sont commis par des groupes criminels très organisés, qui travaillent avec des objectifs bien précis, pour un marché très ouvert à l’Est. Actuellement, deux grandes filières fonctionnent. La plus active est originaire de Roumanie. L’autre filière, très présente également, provient principalement de Lituanie. Le crime organisé répond à l’offre et à la demande. À l’Est, un tracteur se revend en moyenne entre 100 000 à 120 000 euros.

Qui est ciblé ?

P. B. - Nous enregistrons un plus grand nombre de vols de tracteurs au préjudice des exploitations que des concessions, où les vols frappent pourtant souvent plus l’imagination. Mais dans les exploitations, s’il y a moins à prendre, c’est également plus facile. Les concessions ont beaucoup donné… Et ont commencé à se protéger.

Que recherchent les voleurs comme modèles ?

P. B. - Tout dépend de leur organisation. Pour transporter des tracteurs montés en voie large, il faut un porte-char, ce qui est plus visible sur la route. Les tracteurs plus étroits peuvent monter dans une remorque savoyarde, bâchée. Ils sont donc moins repérables et davantage ciblés. En ce qui concerne les marques, John Deere est le grand gagnant avec New Holland, puis viennent Renault et Massey-Fergusson.

Comment travaillez-vous pour démanteler ces réseaux ?

P. B. - Seuls 30 à 35 % des tracteurs volés sont retrouvés car ils sont maquillés par les organisations qui savent fabriquer de faux documents de transports pour passer les frontières avant la revente. Nous collaborons avec nos collègues étrangers, roumains et lituaniens, en particulier. J’ai dans mon équipe plusieurs enquêteurs qui parlent le roumain et le moldave. Nous travaillons également avec les tractoristes et les concessionnaires, que nous avons rencontrés fin novembre. Nous faisons également de l’information auprès de nos collèges qui contrôlent les routes pour, par exemple, leur apprendre à repérer les numéros de pièces susceptibles d’identifier sans aucun doute un tracteur maquillé.

Des opérations qui se raisonnent à l'international

L’OCLDI a démantelé fin 2013 un réseau qui sévissait dans le sud de la France. Originaire de Roumanie, implanté en Espagne, il passait par l’Italie, l’Autriche et la Hongrie. Quarante-deux tracteurs volés ont été retrouvés. La pression a baissé dans la zone. C’est aujourd’hui dans l’Ouest, le Centre et l’Est de la France que la fréquence des vols apparaît la plus forte.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte dans le nord de l'Eure-et-Loir. Le rendement national moyen de blé tendre est estimé à 6,83 t/ha par le cabinet Agritel, en baisse de près de 8 % par rapport à la moyenne olympique. © G. Omnès
Moisson 2020 : une récolte de blé française sous les 30 millions de tonnes
Les spécialistes du marché des céréales continuent de réviser leurs chiffres de récolte de blé tendre à la baisse. La production…
La collecte chute de 20 % en blé tendre et en orge d'hiver par rapport à la moyenne décennale à la coopérative Ile-de-France Sud. © Gutner archives
Moisson 2020 : le grand écart du rendement en Ile-de-France comme ailleurs
La récolte des orges d’hiver, colza et blé tendre a rendu son verdict en Ile-de-France : des résultats très hétérogènes avec…
Pour la CGB, la propagation du virus de la jaunisse ampute la production française de sucre de 600 000 à 800 000 tonnes. © CGB
Crise de la betterave: les élus régionaux montent au créneau
L’impact de l’épidémie de jaunisse sur betterave s’amplifie devant l’absence de solution technique autorisée. Les Régions…
Nouveau silo de Biocer dans l'Eure. Avec une collecte qui double tous les cinq ans, les organismes économiques doivent adapter leur infrastructure de stockage et de tri. © Biocer
Agriculture biologique : les céréales bio face au défi de la massification
La dynamique de croissance forte et régulière enclenchée depuis trois ans pour les céréales bio confronte la filière à de…
Aymeric et Margot Ferté, Gilles Lancelin, Romaric Paucellier : trois expériences du bio en grandes cultures. © DR/C. Baudart
Bio en grandes cultures : la nouvelle génération de convertis bouge les lignes
Une exploitation de grandes cultures qui passe en bio ? C’est désormais banal. Partout, des conversions s’engagent, souvent par…
Jaunisse sur betterave
Crise/betteraves : le gouvernement ouvre la porte à l'usage dérogatoire des néonicotinoïdes
Le ministère de l'Agriculture annonce qu'il fera une proposition législative pour permettre d'utiliser des traitements de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures