Aller au contenu principal

Phytos : la profession veut jouer la carte du collectif pour faire face aux réductions

Alors que de nouveaux textes concernant les phytos se préparent à sortir, le monde agricole cherche à trouver des solutions collectivement.

Pour réduire les utilisations de phytos, le contrat de solution vise à combiner les leviers d'action (génétique, biocontrôle, agronomie...)
© V.Marmuse/ Caia

Les échéances se rapprochent. Fin mars, le ministère de l’Agriculture devait livrer son plan d’actions sur les produits phytos, conçu en collaboration avec le ministère de la Transition écologique et solidaire mais aussi avec ceux de la Santé et de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Au programme, rappelons-le : une réduction rapide de l’utilisation des « substances les plus préoccupantes pour la santé et l’environnement », des renforts sur la recherche liée aux impacts des phytos sur la santé, un accompagnement à la recherche et à la mise en œuvre sur le terrain d’alternatives, ainsi que l’amélioration de la gouvernance et du fonctionnement du plan Écophyto 2. Côté professionnels, l’heure est à l’union des forces.

35 partenaires pour le contrat de solution à fin février

Fin février, la FNSEA a ainsi profité du Salon de l’agriculture pour annoncer que 35 partenaires étaient intéressés par son « contrat de solutions », présenté en novembre dernier. L’approche change, puisqu’il s’agit de développer collectivement des solutions pouvant respecter un échéancier défini. Parmi les signataires, beaucoup de fédérations professionnelles telles Axema (machines agricoles), l’UIPP (phytos), l’UFS (semenciers) ou Coop de France, autant de partenaires assez attendus. « Mais il y a aussi des gens qui ne se sont jamais rencontrés", note Thierry Coué, vice-président de la commission environnement à la FNSEA. Pour le professionnel, "on ne travaille plus en silos et on essaie de mettre ensemble les acteurs ». Fin février, la FNSEA a mis en avant un panel de 292 solutions. « Chaque acteur va faire l’inventaire des solutions dans son domaine, voir comment les déployer à l’horizon 2025-2030, donner une vision sur les premières innovations à très court terme, explique Denis Longevialle, directeur de l’IBMA (Association internationale des industriels du biocontrôle), structure signataire. Il s’agira de voir comment les combiner. C’est une expérience grandeur nature de la recherche de solutions innovantes. » Le responsable compte énormément sur la dynamique générée par cette initiative. À suivre.

Les plus lus

Semis direct de maïs précoce après un premier semis qui n a pas levé en raison de mauvaises conditions climatiques et des dégâts d'animaux nuisibles, corbeaux et ...
Semis de printemps : quelles solutions pour remplacer les orges de printemps non semées ?

Après les semis d’automne perturbés par les fortes pluies, la sortie d’hiver et les premiers semis de printemps sont, eux…

L'arrêté abeilles impose de réaliser les traitements de type fongicides sur le colza le soir.
Fongicides sur colza : quelles sont les conditions d'utilisation prévues par l’arrêté abeilles ?

Depuis 2023, l'arrêté abeilles impose le respect d'horaires pour utiliser certains produits phytosanitaires en période de…

Thomas Pointereau, agriculteur à Epieds-en-Beauce (45)  "Contre les volatiles tels que les pigeons, je fais une demande dérogatoire de tirs auprès de la préfecture ou de ...
Dégâts d’oiseau : « Je dépose des tas de grains de pois et de maïs en bordure des champs pour faire diversion »
Agriculteur à Épieds-en-Beauce (Loiret), Thomas Pointereau parvient à contenir les attaques d'oiseaux sur maïs. C'est plus…
Le décalage de semis de maïs ou de tournesol augmente le risque d'attaques importantes de pigeons et corvidés.
Dégâts d’oiseaux : des produits efficaces à venir en traitement de semences
De nouvelles spécialités corvifuges sont en cours de test pour le traitement de semences de maïs et de tournesol, avec parfois…
Déclaration PAC 2010 . Permanence organisation  par la chambre d'agriculture . Conseiller et agriculteurs associés . Dossier PAC . Aides du ministère de l'Agriculture . Télédéclaration. Telepac. Administration . Discussion technique sur la gestion du parcellaire. Carte. ordinateur.  --- Reportage complet disponible sur le site www.photoagriculture.com (pour obtenir un code dÂ’accès, contacter  S. Leitenberger : webmestre@leitenberger.fr).
Telepac 2024 : les 10 points à avoir en tête pour réussir sa déclaration PAC

La télédéclaration PAC doit être finalisée sur Telepac 2024 avant le 15 mai 2024. Jachères, conditionnalité, écorégime,…

Marc Moser, agriculteur à Kurtzenhouse (67)"En 2024, j’envisage d’appliquer un anti-dicotylédones à 5-6 feuilles du maïs et/ou une application dirigée de Banvel à ...
Désherbage maïs : « Nous faisons face à l’explosion de datura dans nos parcelles »

Le datura est signalé en Alsace depuis quelques années. Agriculteur à Kurtzenhouse (Bas-Rhin), Marc Moser doit dorénavant…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures