Aller au contenu principal

DOSSIER
Phyto et santé : les bons réflexes

Les risques pour la santé des produits phytosanitaires sont établis et leur usage ne doit plus être un acte banal. La prévention ne se cantonne pas au port d’équipements de protection individuelle : c’est toute l’organisation du travail et l’aménagement de l’espace autour du pulvérisateur qu’il faut remettre à plat.

L’affaire est entendue : l’usage des produits phytosanitaires est dangereux pour la santé des agriculteurs. Or, en grandes cultures, le temps d’exposition est élevé : de 50 heures par an dans les Landes à 215 heures dans le Centre, selon l’étude Pestexpo. Face à cet enjeu de santé publique, les prescripteurs peinent à porter un message clair qui, dans le pire des cas, se limite à la préconisation du port d’équipements de protection individuelle (EPI), dont certains s’avèrent pourtant inefficaces, et très souvent inconfortables. Bon nombre d’agriculteurs avouent d’ailleurs qu’ils ont acheté les équipements… pour le contrôleur, sans les sortir de leur emballage.
Entre le tout sécuritaire et l’absence totale de prévention, comment améliorer les pratiques en grandes cultures sans tomber dans l’inapplicable ? Quels sont les réflexes indispensables pour réduire les risques ? Quelles contraintes sont superflues ? C’est ce qu’explore ce dossier, au plus près du terrain, sur la base de témoignages d’exploitants et d’experts.
Ces derniers sont unanimes sur la priorité à donner à la prévention (local phyto, matériel, espace de travail aménagé autour du pulvérisateur…) ainsi qu’aux mesures d’hygiène élémentaires (couverture du corps et surtout des avant-bras, port de gants, lavage fréquent des mains, y compris gantées). « Toutes ces mesures sont plus efficaces que les EPI, insiste Laure le Douce, médecin de la MSA. Et s’il y a deux EPI à garder absolument, ce sont des gants et une visière ou des lunettes. »
Débanaliser l’usage des phytos, tel est le défi. Il impose de « remettre en cause des gestes quotidiens et réfléchir en amont à l’organisation de son travail, afin de réduire au minimum les contacts avec les bidons, les produits et surtout le pulvérisateur », souligne Sonia Grimbuhler, chercheuse à l’Irstea.
C’est un paradoxe : la toxicité des phytos pour l’environnement est bien plus documentée que celle qui menace la santé des utilisateurs. Il est temps de s’attaquer à cette épineuse question.
Son poids ne peut être supporté par les seuls agriculteurs à travers les bonnes pratiques. Les sociétés d’agrofourniture doivent elles aussi assumer leur part de responsabilité dans la prévention du risque chimique. Des efforts considérables restent notamment à faire sur l’ergonomie des bidons ou sur la conception des pulvérisateurs.
Toutes les informations réunies dans ce dossier visent à donner des pistes de progrès pragmatiques. Elles n’ont pas valeur de prescriptions et ne dispensent évidemment pas de consulter attentivement toutes les fiches de sécurité des produits et équipements utilisés.

Pour en savoir plus

Voir dossier de Réussir Grandes Cultures de novembre 2013. RGC n°274, p. 72 à 81.

Au sommaire :

- p. 74. Les gestes simples qui changent tout

- p. 78. Se protéger de la tête aux pieds

- p. 80. Les EPI encore peu adaptés à l’agriculture

- p. 80. « Il faut confronter les préconisations au terrain » Pierre Lebailly, Inserm

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures