Aller au contenu principal

Philippe Houdan : des grandes largeurs au travail simplifié

Remplacer les outils qui travaillent le sol par les plantes, voilà la philosophie de Philippe Houdan, agriculteur à Châtillon-sur-Seine en Côte-d'Or.

Pour en savoir plus : consultez les questions-réponses relatives à l'exploitation de Philippe Houdan.

C'est en 1987 que le non labour s'est introduit sur la ferme de cet agriculteur bourguignon. « J'étais encore aide familial. Cette année-là, nous avons renoncé au labour sur 35 ha très rocailleux car il faisait trop sec. On a juste passé le cover crop... et on s'est aperçu que ça poussait aussi bien. » L'expérience s'arrête là : il en faut plus pour revoir une stratégie. Vient la réforme de la PAC de 1992. « Elle nous a obligés à réduire les coûts », se souvient l'exploitant, installé en 1991 en Gaec avec son frère. Les céréaliers optent alors... pour les grandes largeurs. « On a globalement augmenté les chevaux dans l'idée de réduire les charges en passant moins souvent. » Au milieu des années 2000, le Gaec arrive au bout du système. « On n'avait plus que quatre cultures, blé, orge d'hiver, colza et orge de printemps, des parcelles plus sales, davantage de limaces... » En 2005, Philippe Houdan se forme aux techniques de travail du sol simplifiées et au bas volume, mises en pratique par son voisin et par certains agriculteurs du groupe technique dont il fait partie. Puis il se lance. La puissance du parc matériel est réduite. « Avant 2005, nous avions 750 chevaux pour nos 375 ha. Nous sommes descendus à 530 chevaux. » Trois outils, tous équipés de trémies, constituent désormais le socle de la ferme : un semoir direct à double caisse, un déchaumeur à disques et un décompacteur de 4 m. "Nous adaptons l'outil en fonction des conditions», précise l'agriculteur.

Des macérations végétales pour renforcer les plantes

Aujourd'hui, Philippe Houdan tourne avec cinq cultures (blé, orge de printemps, pois ou féverole d'hiver, sarrasin en dérobé puis orge d'hiver). La terre n'est jamais nue. "Le jour de la moisson du blé, on implante un mélange 'maison' de féverole, vesce, lentille de 100 kg/ha, avec un peu de tournesol et de moutarde», précise-t-il. Le gel détruit le couvert avant l'orge de printemps. Un déchaumage est effectué dans la foulée de la moisson, puis les repousses servent de couvert avant le protéagineux qui suit. Une fois celui-ci récolté, un sarrasin est semé immédiatement puis moissonné fin septembre ou début octobre. "On le vend", souligne l'exploitant. Suit une orge d'hiver, qui précède un autre sarrasin en dérobé.

Même s'il a dix ans de pratique, Philippe Houdan s'estime encore loin d'avoir atteint le bon équilibre sol-plante. « Nous n'avons pas encore incorporé assez de couverts. Sauf cette année, exceptionnelle, l'activité biologique s'arrête quasiment entre le 1er novembre et le 15 mars. Les couverts ne produisent donc pas beaucoup, il va nous falloir du temps." De fait, Philippe Houdan n'a pas encore révisé sa fertilisation. Mais il s'est attaqué aux phytos. Depuis 2010, il utilise des macérations végétales (purins d'orties et de consoude). "On a commencé à trois avec des copains de notre groupe dans nos potagers... et puis on a essayé sur les cultures, d'abord sur des bandes de 36 m, avant de généraliser progressivement. Nous faisons sur tout énormément d'essais pour tester de nouvelles choses." Quand il le faut, l'agriculteur repasse aux produits traditionnels. "En 2015, nous avons apporté 80 litres de fongicides sur la ferme pour lutter contre les rouilles", indique-t-il. Le système est ouvert.

 

Toujours un oeil sur les cours

Cette année, Philippe Houdan a vendu toute sa récolte sur le dernier trimestre 2015. «J'ai acheté des calls sur le marché à terme, à 150 euros/t base juillet », explique-t-il. S'il aime ses plantes et prend soin de leur équilibre, l'agriculteur est également un fin connaisseur des marchés. Il a ouvert voici une dizaine d'années un compte à terme avec le Crédit mutuel, et il surveille quotidiennement les cotations. Il a de quoi stocker, et en profite pour vendre au mieux.

 

Voir aussi articles : " Trois tendances qui remuent les grandes cultures ", " David Vincent : moduler tous les intrants dans une parcelle ", " François Mellon : la luzerne comme pilier de la rotation ".

Philippe Houdan : réduire le travail du sol

. 375 ha avec 6 cultures en 2015 (dont sarrasin, pois, féverole)

. 2 UTH

. Charges opérationnelles de la ferme : 225 EUR/ha (moyenne sur 8 ans)

. 100 000 à 150 000 EUR d'amortissement/an pour de réduire les cotisations MSA, donc matériels récents

. Projets : acheter un moulin pour transformer une partie des céréales, installer une ruche, ouvrir un petit magasin de producteurs

Les plus lus

© Groupe Safer
Les terres agricoles, toujours objet de convoitise
Agriculteurs, promoteurs, investisseurs… La terre agricole reste convoitée. Malgré l’arrivée sur le marché de parcelles liée aux…
Dans de nombreuses régions, les niveaux élevés d’évapotranspirations affectent déjà les potentiels. © Jérôme Chabanne
Sécheresse  agricole : le mal est-il déjà fait pour les cultures ?
Le déficit de pluviométrie est d’ores et déjà critique pour les cultures en place dans le sud de la France et dans les terres…
Les engrais minéraux représentent 40% des émissions de gaz à effet de serre d’origine agricole.  © C. Baudart
Loi Climat : une nouvelle taxation des engrais pour 2024 ?
Parmi les mesures phare du projet de loi « Climat et résilience » : la taxation des engrais azotés. Cette dernière est envisagée…
Sur céréales, l'intensité des dégâts est lié à l’espèce, au stade et à l’exposition. © C. Baudart
Gel : des pertes autour de 10 % en colza et betterave
Les dégâts liés à l’épisode de gel qui a frappé les campagnes françaises à partir du 12 avril commencent à être chiffrés en…
S’agrandir ou consolider une structure d’exploitation est un objectif prioritaire pour nombre d’agriculteurs © C. Baudart
Foncier agricole : se poser les bonnes questions avant d’acheter
Pouvoir acheter du foncier est une chance. Mais c’est aussi un projet qui peut peser sur votre trésorerie au quotidien. Comment…
Des exploitants à titre individuel anticipent parfois leur fin de carrière en créant une SCEA dans laquelle est intégré dès le départ le repreneur. © C. Baudart
Foncier agricole : les raisons du succès des cessions de parts sociales
Les cessions partielles de parts sociales de société sont aujourd’hui un moyen simple et sûr de céder son entreprise agricole. Le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures