Aller au contenu principal

Philippe Houdan : des grandes largeurs au travail simplifié

Remplacer les outils qui travaillent le sol par les plantes, voilà la philosophie de Philippe Houdan, agriculteur à Châtillon-sur-Seine en Côte-d'Or.

Pour en savoir plus : consultez les questions-réponses relatives à l'exploitation de Philippe Houdan.

C'est en 1987 que le non labour s'est introduit sur la ferme de cet agriculteur bourguignon. « J'étais encore aide familial. Cette année-là, nous avons renoncé au labour sur 35 ha très rocailleux car il faisait trop sec. On a juste passé le cover crop... et on s'est aperçu que ça poussait aussi bien. » L'expérience s'arrête là : il en faut plus pour revoir une stratégie. Vient la réforme de la PAC de 1992. « Elle nous a obligés à réduire les coûts », se souvient l'exploitant, installé en 1991 en Gaec avec son frère. Les céréaliers optent alors... pour les grandes largeurs. « On a globalement augmenté les chevaux dans l'idée de réduire les charges en passant moins souvent. » Au milieu des années 2000, le Gaec arrive au bout du système. « On n'avait plus que quatre cultures, blé, orge d'hiver, colza et orge de printemps, des parcelles plus sales, davantage de limaces... » En 2005, Philippe Houdan se forme aux techniques de travail du sol simplifiées et au bas volume, mises en pratique par son voisin et par certains agriculteurs du groupe technique dont il fait partie. Puis il se lance. La puissance du parc matériel est réduite. « Avant 2005, nous avions 750 chevaux pour nos 375 ha. Nous sommes descendus à 530 chevaux. » Trois outils, tous équipés de trémies, constituent désormais le socle de la ferme : un semoir direct à double caisse, un déchaumeur à disques et un décompacteur de 4 m. "Nous adaptons l'outil en fonction des conditions», précise l'agriculteur.

Des macérations végétales pour renforcer les plantes

Aujourd'hui, Philippe Houdan tourne avec cinq cultures (blé, orge de printemps, pois ou féverole d'hiver, sarrasin en dérobé puis orge d'hiver). La terre n'est jamais nue. "Le jour de la moisson du blé, on implante un mélange 'maison' de féverole, vesce, lentille de 100 kg/ha, avec un peu de tournesol et de moutarde», précise-t-il. Le gel détruit le couvert avant l'orge de printemps. Un déchaumage est effectué dans la foulée de la moisson, puis les repousses servent de couvert avant le protéagineux qui suit. Une fois celui-ci récolté, un sarrasin est semé immédiatement puis moissonné fin septembre ou début octobre. "On le vend", souligne l'exploitant. Suit une orge d'hiver, qui précède un autre sarrasin en dérobé.

Même s'il a dix ans de pratique, Philippe Houdan s'estime encore loin d'avoir atteint le bon équilibre sol-plante. « Nous n'avons pas encore incorporé assez de couverts. Sauf cette année, exceptionnelle, l'activité biologique s'arrête quasiment entre le 1er novembre et le 15 mars. Les couverts ne produisent donc pas beaucoup, il va nous falloir du temps." De fait, Philippe Houdan n'a pas encore révisé sa fertilisation. Mais il s'est attaqué aux phytos. Depuis 2010, il utilise des macérations végétales (purins d'orties et de consoude). "On a commencé à trois avec des copains de notre groupe dans nos potagers... et puis on a essayé sur les cultures, d'abord sur des bandes de 36 m, avant de généraliser progressivement. Nous faisons sur tout énormément d'essais pour tester de nouvelles choses." Quand il le faut, l'agriculteur repasse aux produits traditionnels. "En 2015, nous avons apporté 80 litres de fongicides sur la ferme pour lutter contre les rouilles", indique-t-il. Le système est ouvert.

 

Toujours un oeil sur les cours

Cette année, Philippe Houdan a vendu toute sa récolte sur le dernier trimestre 2015. «J'ai acheté des calls sur le marché à terme, à 150 euros/t base juillet », explique-t-il. S'il aime ses plantes et prend soin de leur équilibre, l'agriculteur est également un fin connaisseur des marchés. Il a ouvert voici une dizaine d'années un compte à terme avec le Crédit mutuel, et il surveille quotidiennement les cotations. Il a de quoi stocker, et en profite pour vendre au mieux.

 

Voir aussi articles : " Trois tendances qui remuent les grandes cultures ", " David Vincent : moduler tous les intrants dans une parcelle ", " François Mellon : la luzerne comme pilier de la rotation ".

Philippe Houdan : réduire le travail du sol

. 375 ha avec 6 cultures en 2015 (dont sarrasin, pois, féverole)

. 2 UTH

. Charges opérationnelles de la ferme : 225 EUR/ha (moyenne sur 8 ans)

. 100 000 à 150 000 EUR d'amortissement/an pour de réduire les cotisations MSA, donc matériels récents

. Projets : acheter un moulin pour transformer une partie des céréales, installer une ruche, ouvrir un petit magasin de producteurs

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Plafonnement des rendements du blé du fait des hautes températures et difficulté d'implantation des colzas font partie des signes avant-coureur du changement climatique. © G. Omnès
Changement climatique : ce que les grandes cultures devront affronter ces 30 prochaines années
D’ici à 2050, les cultures subiront des conditions plus chaudes et plus sèches au printemps et en été, accroissant le risque d’…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures