Aller au contenu principal

Bandes enherbées
Peu d´alternatives au broyage pour l´entretien

Maintenant que les 3 % de surface de couvert environnemental sont en place dans les exploitations, il faut en assurer l´entretien. Recettes.


Le broyage est la pratique largement retenue pour entretenir les bandes enherbées, ou devrait-on dire les surfaces de couvert environnemental (SCE) situées en priorité en bordure des cours d´eau et devenues obligatoires depuis 2005. « Sur les bandes à une distance comprise entre 0 et 20 mètres du bord du cours d´eau, il n´y a aucune interdiction de broyage. On peut broyer toute l´année même si la bande de couvert végétal est déclarée en gel PAC (jachère), affirme Julie Maillet-Mézeray, Arvalis. En revanche, il est formellement interdit d´y appliquer des produits phytosanitaires ou des fertilisants. L´objectif de la mesure est claire : on vise la qualité de l´eau. »
Pour protéger notamment les oiseaux pendant leur période de nidification, une règle des quarante jours consécutifs(1) d´interdiction de broyage prévaut sur les parcelles déclarées en gel PAC. Mais elle ne s´applique pas sur les bandes enherbées à moins de 20 mètres du bord des cours d´eau.

Le broyage destructeur de nids et d´animaux
Le monde de la chasse réagit. « Pour des bords de cours d´eau où il est impossible de traiter et où la seule alternative d´entretien est quasiment le broyage, il n´y aura jamais de faune sauvage, analyse Christian Ferté, directeur des actions territoriales à l´ONCFS(2). Il faut rapprocher les soucis environnementaux que sont la limitation de l´érosion et des résidus de produits appliqués en parcelle et la protection de la faune sauvage. »
Christian Ferté imaginerait bien la possibilité d´un traitement herbicide à faible dose dans le seul but de limiter la pousse de la végétation et pour éviter le recours au broyage destructeur de nids et d´animaux. « Sur une bande de fétuque ou dactyle semée en septembre, il est possible de réaliser un léger traitement en mars. Ensuite, avec la bonne couverture végétale assurée par ces graminées, nous n´aurions pas à réintervenir pendant plusieurs années. C´est faisable. »
En tout état de cause, le traitement herbicide reste interdit. Pour les SCE ne se trouvant pas en bordure d´eau, des dérogations existent dans certains départements pour l´application de désherbants avec une liste de produits à respecter.
Sur les bandes enherbées en bord de cours d´eau, on peut broyer toute l´année. L´application de produits phytosanitaires et de fertilisants est interdite. ©S. Leitenberger

Une fauche à 15-20 cm vaut mieux qu´un broyage
Autre solution : remplacer le broyage par une fauche. « C´est préférable pour l´avifaune à condition de réaliser le fauchage à 15-20 cm de hauteur. On peut en réaliser un ou deux dans l´année et, idéalement, après le 10 juin et la fin de nidification dans notre département », précise Raphaël Ralu, conseiller prairies et bandes enherbées à la chambre d´agriculture de Vendée. Inconvénient : le fauchage laisse des andains qui peuvent avoir pour conséquence d´étouffer la végétation en dessous. Car l´herbe fauchée doit être laissée sur place.
Le type de couvert végétal conditionne l´entretien. Souvent le ray-grass est décrié car il nécessite des broyages précoces et fréquents du fait de son installation rapide. La graminée est susceptible de monter à graines après broyage et ce peut être une adventice potentielle pour la culture d´à côté. Ce n´est pas le cas des fétuques ou dactyles. « Les fétuques sont plus pérennes. Les fétuques élevées, de même que celle des prés, résistent mieux aux alternances de sec et de périodes humides. Le ray-grass anglais, lui, aura tendance à dépérir en certains endroits et laisser passer des adventices », observe Raphaël Ralu. « Des espèces comme la fétuque élevée, la fétuque des prés et le dactyle ne remontent pas ou très peu après intervention, ce qui limite d´autant le nombre de broyage », ajoute Julie Maillet-Mézeray. Inconvénient des fétuques : il faut quasiment dix-huit mois à deux ans pour qu´elles soient bien implantées.
Éviter la montée à graines des chardons et rumex
Quant aux légumineuses qui peuvent être autorisées en dehors des bords de cours d´eau, elles produisent beaucoup de végétation nécessitant des broyages fréquents. Finalement, une bonne alternative est de constituer des mélanges d´espèces végétales : fétuque et dactyle, fétuque et ray-grass, graminée et légumineuse.
La montée à graines des adventices est à éviter dans les bandes enherbées, en particulier pour le chardon des champs et les rumex. « Le chardon est capable de produire des graines en dessous de la hauteur de coupe. Il faut attendre que ces chardons montent un peu pour pouvoir détruire les inflorescences. Ensuite, l´on réinterviendra quatre à six semaines après, préconise Julie Maillet-Mézeray. La répétition de ces interventions tous les ans finira par épuiser le stock de chardons de la bande enherbée pour le faire disparaître. En ce qui concerne les rumex, on reprend la même méthode, tout en sachant qu´elle fonctionnera moins bien. Pour ces adventices, l´idéal est de dessoucher les pieds et rhizomes. » La présence d´adventices peut être due à une mauvaise implantation qui a laissé la place à l´envahissement. Il peut alors être nécessaire de retourner puis ressemer le couvert végétal. Et ce dans de bonnes conditions.

(1) 40 jours sur mai, juin, juillet : dates décidées au niveau départemental.
(2) Office national de la chasse et de la faune sauvage.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures