Aller au contenu principal

Petits rendements mais marché porteur en luzerne

« Il faudrait 180 millions d’hectares supplémentaires en plantes riches en protéines pour subvenir aux besoins mondiaux d’ici 2030 », a annoncé Jean-Pol Verzeaux, président de Coop de France luzerne déshydratée, en conférence de presse le 3 décembre. La luzerne déshydratée fait donc partie de ces cultures qui auraient un boulevard devant elles. Reste qu’en 2015, la production a baissé à 713 000 tonnes, contre 801 000 tonnes en 2014-2015. La sécheresse n’est pas seule en cause. « Les trois coupes n’étaient pas merveilleuses », a déploré Serge Faller, directeur de Désialis.

La baisse des rendements témoigne des efforts techniques dont a besoin la culture. « Il n’y a pas assez de recherche sur les variétés », a notamment souligné Jean-Pol Verzeau. Et sur le terrain, les écarts sont grands entre producteurs, ce qui a poussé les coopératives à investir ces dernières années dans l’encadrement technique. Un meilleur calage des dates de préfanage, en particulier, pourrait contribuer à améliorer les marges de la filière.

Le marché est là en tout cas. « Nous allons vers une année de consommation record en lait », a remarqué Serge Faller. Les exploitations qui se maintiennent avec la fin des quotas sont à la recherche de productivité. Résultat, Désialis achète la luzerne entre 165 et 170 euros/t, un prix supérieur au blé. De quoi, peut-être, susciter des envies.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Terres agricoles : l'indice des fermages 2020 est publié
Le nouvel indice du fermage est connu. En légère hausse de 0,55 %, il est de 105,33. Ce chiffre permet de déterminer le montant…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures