Aller au contenu principal

Petite part des produits organiques dans la fertilisation

La fourniture d’azote au sol par les fertilisants organiques restent largement minoritaires par rapport aux engrais minéraux. "Cela va à l’encontre de l’idée, fausse, que l’on pourrait substituer l’azote minéral par l’azote organique", fait remarquer Gilles Poidevin, délégué général de l’Unifa(1). Les engrais et amendements organiques sont non négligeables comme source de potassium et surtout de phosphore. Pour ce dernier élément, fertilisants bruts et élaborés se partagent une part quasi égale. "Les produits bruts sont des composts, des vinasses… Les fertilisants élaborés sont souvent issus d’un mélange de matières premières constituant une formule, et d’un traitement physique, définit l’Anpea(2). Ils sont produits sous forme de bouchons ou de granulés aptes à un épandage précis." La matière organique peut être apportée via des produits de fertilisation, essentiellement vers des cultures qui ne laissent que peu de résidus végétaux à enfouir dans le sol.

L’importance des effluents d’élevage

Les données, présentées ici pour la première fois par l’Observatoire pour la fertilisation minérale et organique sous l’égide de l’Anpea, montrent l’importance des effluents d’élevage dans les apports d’éléments nutritifs. Ces produits sont même majoritaires comme source de potasse. "Dans ces données, il s’agit des effluents d’élevage non commercialisés et épandus localement, précise l’Anpea. Les autres apports organiques sous statut de déchets épandus en agriculture (boues d’épuration, eaux résiduaires, digestats de méthanisation…) restent à estimer à partir des données publiques des plans d’épandage."

Ramenés en tonnage de produits commercialisés, les amendements et engrais organiques apparaissent plus importants en représentant près du tiers des fertilisants apportés au sol avec 5,7 millions de tonnes en France en 2013, contre un peu plus de 12 millions de tonnes pour les produits de fertilisation minérale. Pour Gilles Poidevin, cette part restera toujours limitée par la source de matière première que sont les effluents d’élevage en majorité et les déchets d’industries alimentaires.

 

(1) Union des industries de la fertilisation.

(2) Association nationale professionnelle pour les engrais et amendements.

Les plus lus

Tour de vis Covid : le télétravail systématique étendu à l’agriculture
Protéger le monde agricole de la pandémie en pleine progression dans les territoires : c'est l'objectif visé par le gouvernement…
Des betteraves en début de levée sont  vulnérables au gel. © C. Gloria
Météo : gel à risque en vue pour les colzas et les betteraves
L’an passé avait connu un épisode de froid intense à la fin mars qui avait eu un impact sur les cultures, notamment sur les…
Au stade cotylédon, le gel se traduit par un noircissement qui se généralise et détruit le pied de betterave. © F. Franzetti
Gel : betteraves, céréales, colzas... quelles conséquences pour les cultures ?
Outre des dégâts spectaculaires en vigne et en arboriculture, le gel a aussi été destructeur pour les grandes cultures, à…
Gel/betteraves : Cristal Union fournira gratuitement les semences des ressemis pour préserver les surfaces
Le groupe coopératif Cristal Union fournira gratuitement les semences pour ressemer les parcelles de betteraves détruites par le…
Le comportement du blé OGM tolérant à la sécheresse dans les conditions très difficiles de 2020 a convaincu Guillermo Irastorza d'accroître sa surface en 2021. © G. Irastorza
« J’ai cultivé du blé OGM résistant à la sécheresse », G. Irastorza, agriculteur argentin
Guillermo Irastorza, producteur argentin, a participé en 2020 aux essais plein air à grande échelle du blé OGM HB4 récemment…
Les engrais minéraux représentent 40% des émissions de gaz à effet de serre d’origine agricole.  © C. Baudart
Loi Climat : une nouvelle taxation des engrais pour 2024 ?
Parmi les mesures phare du projet de loi « Climat et résilience » : la taxation des engrais azotés. Cette dernière est envisagée…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures