Aller au contenu principal
Font Size

Pesticides : forte baisse annoncée des ventes de produits phytosanitaires en 2019

Une diminution de 44 % en volume annoncée par le gouvernement, de 24 % par les industriels de l’UIPP : la tendance est la même. Les ventes de produits phytopharmaceutiques auraient chuté en 2019 par rapport à 2018. Les chiffres provisoires du ministère de l'Agriculture doivent cependant être "consolidés" d'ici la fin de l'année, et complétés par d'autres indicateurs, dont le Nodu.

Le printemps 2019 a été sec, avec de moindres utilisations de fongicides sur céréales. © gutner archives
Le printemps 2019 a été sec, avec de moindres utilisations de fongicides sur céréales.
© gutner archives

Une baisse de 44 % des ventes des phytos en 2019 comparée à 2018, en quantité de substances actives. L’annonce du ministère de l’Agriculture dans un communiqué le 30 juin a de quoi surprendre. Cette évolution fait suite à une forte hausse de 18 % enregistrée entre 2017 et 2018, qui avait fait polémique en son temps.

Le ministère précise toutefois qu'il s'agit de chiffres provisoires, qui devront être consolidés « d’ici la fin de l’année, notamment pour affiner la décomposition de ces évolutions à la baisse entre les différents usages (herbicide, fongicide, insecticide), les types de produits (CMR, biocontrôle), et complétés par d’autres indicateurs ».

Outre qu'elles sont provisoires, ces données ne portent que sur les volumes, sans faire état du Nodu (nombre de doses unités). Or ce dernier « constitue l’indicateur de référence de suivi du plan Ecophyto et permet une approche nationale et inter-annuelle, toutes cultures confondues », rappelle un document méthodologique Ecophyto publié par le ministère de l'Agriculture et celui de la Transition écologique. En effet, « le NODU permet d’apprécier l’intensité d’utilisation des produits phytopharmaceutiques, en rapportant la quantité vendue de chaque substance active à une "dose unité" », c'est-à-dire la dose d'homologation, précise le document.

Forte baisse mise en avant pour le glyphosate

« Ces évolutions à la baisse compensent totalement l’augmentation des ventes en 2018. On constate également une diminution de la moyenne triennale », communique le ministère qui veut y voir « les premiers effets des mesures engagées par le Gouvernement depuis 2018 afin de réduire l’utilisation des produits phytosanitaires ». Dans sa communication, le ministère fait également état d’une baisse conséquente des quantités de glyphosate : - 35 % en un an.

L’augmentation de 2018 avait été justifiée par l’anticipation de la hausse de la redevance pour pollution diffuse (taxe sur les produits phyto) intervenue au 1er janvier 2019. En plus, l’année avait été particulièrement importante en termes de parasitisme. Au contraire, 2019 s’est traduit par des conditions sèches en cultures avec très peu d’attaques de maladies au printemps, limitant le recours aux fongicides. D’autre part, les stocks de produits réalisés en 2018 ont eu comme conséquence moins de ventes en 2019.

Les produits à base de soufre pèsent sur les évolutions de tonnage

L’UIPP (Union des industries de la protection des plantes) a ses propres chiffres sur les évolutions des phytos. « Nous enregistrons une baisse de 24 % des ventes en quantité de substances actives. Notre organisation représente 96 % des ventes de produits phytosanitaires en valeur mais moins en quantités de substances actives », précise Eugénia Pommaret, directrice de l’UIPP, pour expliquer ces différences.

« Le principal groupe vendant du glyphosate n’est pas adhérent de l’UIPP (NDLR: Barclay) et il en est de même de plusieurs entreprises commercialisant des produits génériques comme des spécialités à base de soufre ou de cuivre, très pondéreuses, ajoute Eugénia Pommaret. D’autre part, nos données représentent les ventes aux distributeurs alors que celles du gouvernement se réfèrent aux ventes des distributeurs aux agriculteurs. »

Toutes cultures comprises, le glyphosate représentait la première matière active phyto en tonnes de substance vendues en 2018 devant le soufre et le prosulfocarbe (herbicide), ce dernier ayant montré une très forte augmentation entre 2013 et 2018.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte dans le nord de l'Eure-et-Loir. Le rendement national moyen de blé tendre est estimé à 6,83 t/ha par le cabinet Agritel, en baisse de près de 8 % par rapport à la moyenne olympique. © G. Omnès
Moisson 2020 : une récolte de blé française sous les 30 millions de tonnes
Les spécialistes du marché des céréales continuent de réviser leurs chiffres de récolte de blé tendre à la baisse. La production…
La collecte chute de 20 % en blé tendre et en orge d'hiver par rapport à la moyenne décennale à la coopérative Ile-de-France Sud. © Gutner archives
Moisson 2020 : le grand écart du rendement en Ile-de-France comme ailleurs
La récolte des orges d’hiver, colza et blé tendre a rendu son verdict en Ile-de-France : des résultats très hétérogènes avec…
Pour la CGB, la propagation du virus de la jaunisse ampute la production française de sucre de 600 000 à 800 000 tonnes. © CGB
Crise de la betterave: les élus régionaux montent au créneau
L’impact de l’épidémie de jaunisse sur betterave s’amplifie devant l’absence de solution technique autorisée. Les Régions…
Nouveau silo de Biocer dans l'Eure. Avec une collecte qui double tous les cinq ans, les organismes économiques doivent adapter leur infrastructure de stockage et de tri. © Biocer
Agriculture biologique : les céréales bio face au défi de la massification
La dynamique de croissance forte et régulière enclenchée depuis trois ans pour les céréales bio confronte la filière à de…
Moisson de blé en Eure-et-Loir
Moisson 2020 : des rendements dans le rouge pour une année noire en grandes cultures
Très mauvaise donne cette année pour les grandes cultures en France, avec une baisse généralisée des productions. Les céréales d’…
Aymeric et Margot Ferté, Gilles Lancelin, Romaric Paucellier : trois expériences du bio en grandes cultures. © DR/C. Baudart
Bio en grandes cultures : la nouvelle génération de convertis bouge les lignes
Une exploitation de grandes cultures qui passe en bio ? C’est désormais banal. Partout, des conversions s’engagent, souvent par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures