Aller au contenu principal

Pesticides : chute des ventes de 24 % en volume en 2019

Lors d’une conférence de presse le 20 janvier, l’UIPP a annoncé une baisse de 24 % des quantités de produit phytosanitaire vendues sur un an, tandis que les produits de biocontrôle poursuivent leur croissance.

Les produits phyto seront désormais vendus sans le conseil, si ce n'est les recommandations d'usage.
© C. de Nadaillac

Une baisse de 24 % des quantités de produit phytosanitaire vendues sur un an. L’UIPP (Union des industries de la protection des plantes) enregistre la commercialisation de 52 347 tonnes de substances actives en 2019 contre 68 678 tonnes en 2018. Directrice de l’UIPP, Eugénia Pommaret apporte plusieurs explications : « l’année 2019 a été « sereine » en termes d’impact des bioagresseurs avec des conditions météo défavorables à la pression sanitaire. Autre explication : l’année 2018 a connu des achats anticipés de produits avant la mise en place de l’augmentation de la Redevance pour pollution diffuse (RPD) au 1er janvier 2019 augmentant le prix de solutions phytosanitaires. »

Sur ce bilan de l’année 2019, on attend de connaître de la part des ministères de l’Agriculture et de l’Écologie, les chiffres définitifs émanant de la BNVD (Banque nationale de ventes de phyto par les distributeurs) et le Nodu (Nombre de doses unités) calculé sur cette base.

Le chiffre d’affaires des sociétés agrochimiques adhérentes de l’UIPP se ressent de la baisse des quantités vendues en 2019 mais dans de moindres proportions en valeur : il baisse de 5,5 % par rapport à 2018 et il s’élève à 1,87 milliard d’euros. Pour la protection des cultures, les firmes ne vendent pas que des phytos mais aussi du service digital comme les OAD.

L’UIPP note que « les produits de biocontrôle poursuivent leur croissance en représentant 36 % des substances actives vendues en France en 2019 contre un peu plus de 20 % en 2018. » Cela ne signifie pas qu’il en est de même dans les usages en proportion. Les Rencontres annuelles du biocontrôle qui ont lieu le 26 janvier sous l’égide d’IBMA France devraient nous donner plus de détails sur ce point.

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Baisse de la sole de colza, bouleversement du programme de désherbage maïs, recours aux trichogrammes : Stéphane, Marine et Alain (de gauche à droite) ont modifié en profondeur leurs pratiques pour décrocher la HVE. © G. Omnès
HVE : « Nous avons dû changer nos pratiques en grandes cultures »
Sur la ferme de Pré Levey, le passage à la HVE s’est imposé comme une suite logique à la démarche de baisse des intrants. La…
Traiter ou ne pas traiter ? Le conseil de préconisation phyto ne peut désormais plus être apporté par les coopératives et négoces qui ont décidé de garder l'activité de vente de produits. © S. Leitenberger
Produits phytosanitaires : ce qui change pour vous avec la séparation vente-conseil
L’entrée en vigueur, depuis le 1er janvier 2021, de la séparation entre la vente et le conseil concernant les produits…
"Depuis 4-5 ans, il est impossible de mettre de l’argent de côté. "
Trésorerie en exploitation céréalière : « Je serre tous les boulons »
Cédric Benoist est producteur de grandes cultures à Jouy-en-Pithiverais, dans le Loiret. Après la récolte catastrophique de 2020…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures