Aller au contenu principal

Penser « collectivement » la fin des quotas sucre

Un rapport sur la filière sucre commandé par le ministère de l’Agriculture pointe la nécessité d’inclure davantage les utilisateurs de sucre dans les réflexions de la filière.

Il faudra jouer « collectif ». C’est l’un des points clés mis en avant par les auteurs du rapport « quelle ambition pour la filière betterave-sucre française dans la perspective de la fin des quotas européens ? », commandé par le ministre de l’Agriculture en janvier 2015 et livré fin septembre. « L’approche collective des enjeux de l’après-quota sera déterminante pour maximiser sur le long terme la création de valeur ajoutée sur la filière betterave-sucre française », indiquent les auteurs, Serge Lhermitte, délégué ministériel aux entreprises agroalimentaires, et Thierry Berlizot, membre du CGAAER (1).

Créer une relation avec les utilisateurs

Concrètement, cela signifie en particulier impliquer davantage les utilisateurs de sucre dans la filière. Les auteurs conseillent aux fabricants de renforcer leurs liens avec ces derniers, qu’il s’agisse de petites industries françaises ou de groupes présents à l’international. L’idée : qu’une relation solide avec leurs clients les aide à sécuriser leurs débouchés une fois la concurrence ouverte. Selon les auteurs, cela passe par exemple par l’établissement d’un diagnostic partagé à la fois par les planteurs, les fabricants et les utilisateurs de sucre pour faire le point sur les enjeux industriels et commerciaux. Ils proposent aussi au syndicat des fabricants de sucre (SNFS) de réfléchir avec les utilisateurs à un cadre contractuel, qui aurait entre autres le mérite "d’offrir une meilleure visibilité au planteur dans sa relation contractuelle avec le fabricant de sucre qu’il livre". Dans ce même esprit, il leur semble nécessaire d’inclure plus fortement les utilisateurs dans le conseil spécialisé de FranceAgriMer. À l’issue de cette publication, le ministre de l’agriculture "a demandé que l’ensemble des parties prenantes soient consultées dans les prochaines semaines pour retenir et mettre en œuvre les actions jugées prioritaires".

(1) Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux

Faire évoluer l’interprofession

Pour les auteurs du rapport, l’interprofession doit réfléchir à son rôle dans la détermination de la rémunération de la betterave aux producteurs. Pour eux, celle-ci « devrait relever demain des discussions contractuelles entre les entreprises et leurs planteurs ». Ils estiment que l’industriel devra acheter l’intégralité de la betterave, y compris la pulpe, qu’il pourra donc valoriser lui-même. Le futur accord interprofessionnel doit selon eux définir une base contractuelle type, se limitant à des points « arrêtés comme incontournables par l’interprofession », tels que les primes de livraison ou certains paramètres techniques.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures