Aller au contenu principal
Font Size

Parasites invasifs : les grandes cultures moins impactées que d’autres productions

Par rapport aux autres productions, les grandes cultures sont davantage épargnées par les maladies et ravageurs invasifs.

La noctuelle Spodoptera frugiperda ravage les maïs en Afrique sub-saharienne et représente une menace à terme pour l'Europe du fait de sa forte capacité de migration.
© Georg Goergen/IITA

En dehors des adventices qui couvrent toutes les cultures, les maladies et ravageurs invasifs sont nettement moins importants en nombre en grandes cultures qu’en cultures ornementales, fruitières, maraîchères ou forestières. Les échanges commerciaux représentent la cause principale des invasions biologiques. « En grandes cultures, on importe surtout des graines qui sont peu vectrices de maladies ou de ravageurs alors que l’on échange des tiges, racines, fruits ou végétaux entiers dans les autres cas, remarque Renaud Ioos, Anses. En outre, les grandes cultures sont cultivées intensivement avec des traitements phytosanitaires dans la plupart des pays avec qui se font les échanges. Les parasites s’y expriment moins. »

Maladies et ravageurs exotiques susceptibles d’être introduits font l’objet d’une surveillance sur les frontières et le territoire avec des listes d’organismes réglementés pour lesquels on impose des mesures de quarantaine. Ce n’est pas le cas des adventices.

Un champ libre laissé aux invasifs

Tous les organismes exotiques introduits malencontreusement ou intentionnellement en Europe ne deviennent pas des invasifs, loin de là. Les invasions concernent même une petite minorité. Mais qu’est-ce qui rend un organisme invasif ? « Des insectes arrivent dans des milieux où ils n’ont pas leurs ennemis naturels. Si la plante hôte qui constitue leur aliment est présente, ils se développent pour peu que le climat leur convienne également », signifie Jean-Claude Streito, Inra.

« Pour les pathogènes, quand il n’y a pas eu co-évolution entre un parasite et une culture, il y a toute chance que celle-ci n’ait pas 'appris' à se défendre contre ce parasite », explique Renaud Ioos. Autrement dit, il n’y a pas eu de sélection de plantes comportant des gènes de résistance au pathogène, ce qui laisse le champ libre aux contaminations.

En ce qui concerne les adventices, il faut une proximité de cycle biologique avec la culture. On le remarque avec des plantes provenant d’Amérique adaptées aux cultures estivales pratiquées outre Atlantique et qui se répandent en Europe dans les champs de maïs, de tournesol, de soja…

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte dans le nord de l'Eure-et-Loir. Le rendement national moyen de blé tendre est estimé à 6,83 t/ha par le cabinet Agritel, en baisse de près de 8 % par rapport à la moyenne olympique. © G. Omnès
Moisson 2020 : une récolte de blé française sous les 30 millions de tonnes
Les spécialistes du marché des céréales continuent de réviser leurs chiffres de récolte de blé tendre à la baisse. La production…
L'attaque de jaunisse constatée sur toute la zone de production française de production de betteraves pourrait conduire au plus bas rendement depuis quinze ans, selon la CGB, qui demande des mesures urgentes pour éviter l'effondrement des surfaces. © CGB
Alerte rouge à la jaunisse : les betteraviers demandent un plan d’urgence
La CGB craint une forte baisse des surfaces de betteraves en 2021 si aucune solution n’est apportée face à la jaunisse, avec un…
La collecte chute de 20 % en blé tendre et en orge d'hiver par rapport à la moyenne décennale à la coopérative Ile-de-France Sud. © Gutner archives
Moisson 2020 : le grand écart du rendement en Ile-de-France comme ailleurs
La récolte des orges d’hiver, colza et blé tendre a rendu son verdict en Ile-de-France : des résultats très hétérogènes avec…
La surface retenue dans la dernière publication officielle des services du ministère de l'Agriculture laisse présager une production française de blé tendre inférieure à 32 millions de tonnes, en baisse de 8 Mt sur un an.  © J.-C. Gutner
Moisson : les surfaces officielles de blé tendre plombent (un peu plus) la prévision de récolte française
Sur la base des estimations de surfaces officielles publiées début juillet, la récolte de blé tendre français pourrait s’établir…
Nouveau silo de Biocer dans l'Eure. Avec une collecte qui double tous les cinq ans, les organismes économiques doivent adapter leur infrastructure de stockage et de tri. © Biocer
Agriculture biologique : les céréales bio face au défi de la massification
La dynamique de croissance forte et régulière enclenchée depuis trois ans pour les céréales bio confronte la filière à de…
Pour la CGB, la propagation du virus de la jaunisse ampute la production française de sucre de 600 000 à 800 000 tonnes. © CGB
Crise de la betterave: les élus régionaux montent au créneau
L’impact de l’épidémie de jaunisse sur betterave s’amplifie devant l’absence de solution technique autorisée. Les Régions…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures