Aller au contenu principal

PAC, carbone… : « la compétitivité de nos filières doit rester le driver prioritaire » (la Coopération agricole)

Qu’il s’agisse de la future PAC ou de la mise en place des labels bas carbone, Dominique Chargé, président de la Coopération agricole, appelle à placer la compétitivité des filières agricoles au cœur des décisions, tout en diminuant les distorsions de concurrences au sein de l’UE.

Dominique Chargé, président de la Coopération agricole, veut « rendre visible notre ambition sur le sujet du carbone, mais pas l’envisager sur la base de la réduction de la production, sur la délocalisation ni sur l’augmentation des importations. » © la Coopération agricole
Dominique Chargé, président de la Coopération agricole, veut « rendre visible notre ambition sur le sujet du carbone, mais pas l’envisager sur la base de la réduction de la production, sur la délocalisation ni sur l’augmentation des importations. »
© la Coopération agricole

Lors des traditionnels vœux à la presse, le 21 janvier, Dominique Chargé, président de la Coopération agricole, a résumé les positions de sa structure concernant la nouvelle PAC. Pour l’élu, les négociations du plan stratégique national (PSN), qui formalisera la déclinaison de la PAC à l’échelle française, seront « l’un des axes majeurs pour 2021 ».

1-La compétitivité, « driver de la PAC »

« Dans la mise en place du PSN, la compétitivité de nos métiers et de nos filières doit rester le driver prioritaire, a affirmé Dominique Chargé. Cela devra se faire tout en conduisant les différentes transitions, à la fois agroécologique, énergétique, numérique, et en assurant le renouvellement des générations. »

2-Diminuer les distorsions de concurrence

Diminuer les distorsions de concurrence entre États membres de l’UE sera un enjeu majeur, selon l’élu professionnel, qui appelle à une PAC « conduite de la façon la plus homogène possible avec une harmonisation des règles ». À cet égard, Dominique Chargé dit s’inquiéter de la place importante laissée à la subsidiarité dans la future de la PAC qui entrera en vigueur en 2023.

3- « Pas défavorable » aux aides couplées, prise en compte des zones intermédiaires

Concernant les outils à mettre en œuvre, la Coopération agricole « n’est pas défavorable au maintien des aides couplées, mais pour les filières en développement, comme par exemple la filière protéique ». De nombreuses organisations demandent à l’Europe de relayer le plan protéines lancé par la France en 2021. Les coopératives demandent également « le maintien d’un soutien aux zones à handicap naturel en ayant à l’esprit la problématique des zones intermédiaires ». Sans surprise, Dominique Chargé a appelé « renforcer l’organisation des producteurs, avec au premier rang les coopératives. Les programmes opérationnels peuvent nous y aider ».

4-Rendre visible l’ambition carbone de l’agriculture sans baisser la production

La transition agroécologique est l’une des ambitions de la nouvelle PAC. Sur ce volet, le président de la Coopération agricole veut « rendre visible notre ambition sur le sujet du carbone, mais pas l’envisager sur la base de la réduction de la production, sur la délocalisation ni sur l’augmentation des importations. Il faut atteindre cette ambition en continuant à produire, et que les agriculteurs puissent vivre de leur métier. » Les coops entendent mettre en avant le fait que les agriculteurs sont émetteurs, mais aussi capteurs de carbone, avec un enjeu fort sur l’évolution des techniques de production et de la production de biomasse.

5-InVivo - Soufflet, « une excellente nouvelle pour la coopération »

Interrogé sur le rapprochement entre InVivo et Soufflet, Dominique Chargé a fait part de sa satisfaction. « Ce rapprochement est une surprise, mais une excellente nouvelle pour la coopération française, qui a su se mobiliser pour répondre à ce défi. Elle remplit ainsi son rôle qui est de structurer les filières et les territoires, même si cela pose naturellement des questions sur la façon dont cela va s’organiser dans le temps. »

Les plus lus

© Groupe Safer
Les terres agricoles, toujours objet de convoitise
Agriculteurs, promoteurs, investisseurs… La terre agricole reste convoitée. Malgré l’arrivée sur le marché de parcelles liée aux…
Dans de nombreuses régions, les niveaux élevés d’évapotranspirations affectent déjà les potentiels. © Jérôme Chabanne
Sécheresse  agricole : le mal est-il déjà fait pour les cultures ?
Le déficit de pluviométrie est d’ores et déjà critique pour les cultures en place dans le sud de la France et dans les terres…
Les engrais minéraux représentent 40% des émissions de gaz à effet de serre d’origine agricole.  © C. Baudart
Loi Climat : une nouvelle taxation des engrais pour 2024 ?
Parmi les mesures phare du projet de loi « Climat et résilience » : la taxation des engrais azotés. Cette dernière est envisagée…
S’agrandir ou consolider une structure d’exploitation est un objectif prioritaire pour nombre d’agriculteurs © C. Baudart
Foncier agricole : se poser les bonnes questions avant d’acheter
Pouvoir acheter du foncier est une chance. Mais c’est aussi un projet qui peut peser sur votre trésorerie au quotidien. Comment…
Des exploitants à titre individuel anticipent parfois leur fin de carrière en créant une SCEA dans laquelle est intégré dès le départ le repreneur. © C. Baudart
Foncier agricole : les raisons du succès des cessions de parts sociales
Les cessions partielles de parts sociales de société sont aujourd’hui un moyen simple et sûr de céder son entreprise agricole. Le…
L’artificialisation continue de prélever des terres agricoles
L’artificialisation des sols continue de grignoter les terres agricoles. Elle se chiffre en milliers d’hectares chaque année mais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures