Aller au contenu principal

Nutrition des plantes : Lhoist et Biovitis s’engagent dans un partenariat

Le géant des amendements Lhoist et le spécialiste des microorganismes Biovitis ont mis au point une nouvelle gamme de produits de nutrition des plantes, première marche d’une collaboration qui se veut plus large.

Dans le cadre de leur partenariat, Vincent Lelong, directeur de Lhoist agriculture Europe du Sud, et Olivier Bernard, directeur commercial de Biovitis, travaillent sur d'autres projets que Nanéos.
© V. Noël

Lhoist, géant de la chaux et des amendements calcaires, et Biovitis, spécialiste des microorganismes, ont signé un partenariat pour au moins cinq ans. Le but : mettre en commun leur forces pour proposer une nouvelle gamme de produits de nutrition des plantes, Naneos, à base d’algues. « Biovitis a le savoir-faire en biotechnologie et la R&D, Lhoist a son réseau de distributeurs et ses équipes de terrain », a résumé Yann Paignac, directeur des ventes de Lhoist, en conférence de presse le 26 octobre à Puteaux. Issus de travaux menés en partie avec différentes universités, ces nouveaux produits associent des algues (ascophyllum nodosum) à des microalgues (nannochloropsis oculata) avec des oligoéléments (bore, zinc, molybdène…). « On a environ 18 % de photosynthèse en plus, parce que le produit favorise notamment l’activité de carboxylase, a observé Olivier Bernard, directeur commercial de Biovitis. On a également une piste sur la stimulation des défenses sanitaires de la plante : nannochloropsis augmenterait la résistance de la plante aux maladies ».

Des microalgues qui amélioreraient la pénétration des oligoéléments dans la plante

Selon les firmes, les microalgues amélioreraient la pénétration des oligoéléments associés dans la plante, avec à la clé des gains de rendements allant de 3 q/ha à 13 % de plus, selon les espèces et les formulations. De l’ordre de 2 à 4 l/ha, les applications coûteraient entre 25 et 60 euros/ha. Quatre formulations sont disponibles : Naneos Bore sur betterave, Naneos Bore+Molybden sur colza, Nanéos Phosphore+azote+zinc sur maïs et pomme de terre, Naneos cuivre+manganèse sur céréales. « Nous sommes sur un positionnement en début de cycle, nous ne sommes pas sur un apport d’oligo-éléments en grandes quantités pour faire face à une carence des sols, a précisé Renaud Danré, directeur marketing opérationnel et innovation de Lhoist. 80 % de la formulation, c’est le jus de production qui contient ce que la microalgue à apporter lors de son développement ». « Il s’agit de stimuler la plante pour qu’elle aille chercher de quoi se nourrir dans le sol, il faut donc que celui-ci soit bien pourvu », a ajouté Yann Paignac.

Une AMM pour démontrer l'efficacité de cette nouvelle gamme de produits

«Ces produits n’ont pas besoin d’AMM (autorisation de mise en marché), ils ne sont pas classé, a indiqué Olivier Bernard. Mais nous souhaitons faire cette démarche pour démontrer leur efficacité ». Biovitis souhaite mettre en avant comme revendication l’amélioration de la résistance de la plante aux stress abiotiques.

La campagne de commercialisation de cette nouvelle gamme de produits a commencé au 1er novembre. Les deux sociétés se sont données pour objectif d’avoir un maximum de réferencements dans la distribution. Elles ne souhaitent pas « inonder » le marché avec ces produits, qui restent des produits de niche. « Nous vendons aujourd’hui 400 000 litres de Foliostim par an, notre autre gamme foliaire, a signalé Vincent Lelong, directeur de Lhoist Agriculture pour l’Europe du sud. Pour Naneos, notre objectif serait d’atteindre 200 à 250 000 tonnes dans les 3-4 ans ». Discrètes sur les modalités pratiques de leur partenariat, les deux firmes insistent sur leur souhait de travailler ensemble dans la durée et de développer d’autres nouveautés.

Les plus lus

Les disponibilités en azote sont exceptionnellement faibles, au risque d'impacter la récolte prochaine.
Flambée des prix et risque de pénurie pour les engrais azotés
En sympathie avec les prix du gaz, les cours des engrais azotés pulvérisent les records. Pire, l’offre est limitée. Pour espérer…
Surcroît de travail, étalement du parcellaire et allongement des distances... Toutes les conséquences de l'agrandissement doivent être envisagées afin d'en évaluer l'impact sur les conditions de travail au quotidien.
Foncier agricole : quatre questions à se poser avant de s’agrandir
Lorsqu’une opportunité se présente, s’agrandir est souvent tentant. Mais les économies d’échelle ne sont pas forcément au rendez-…
Face aux dégradations, Cécile Ruèche, agricultrice à Bailly dans les Yvelies, a installé des panneaux pour expliquer le rôle des bandes enherbées et en interdire l'accès. Ces zones tampons sont désormais mieux respectées.
Agriculture périurbaine : « Ne pas rester seul face aux incivilités dans la plaine »
En zone périurbaine, incivilités et dégradations des parcelles sont usantes. L’action collective permet de ne pas se décourager…
Les faibles poids spécifiques sont le principal point faible de la récolte 2021 de blé tendre en France. La teneur en protéines est en revanche satisfaisante.
Qualité des blés 2021 : êtes-vous dans la moyenne ?
Ce n’est pas une grande année pour la qualité des blés français, notamment en raison de l’effondrement du poids spécifique sous l…
En créant un groupement d'employeurs, Mickaël et Vanessa Dupeyron, ainsi que Raphaël Descat, ont pu proposer des CDI à leurs salariés.
Gagner plus en travaillant moins : le collectif gagnant de trois agriculteurs
Trois agriculteurs unissent leurs moyens et leur énergie pour développer leur activité. Le groupement d’employeurs qu’ils…
Le prix du blé dur français a répliqué la forte hausse enregistrée en Amérique du Nord au cours de l'été pour dépasser 400 €/t.
Blé dur : pourquoi les prix explosent malgré une qualité française médiocre ?
La récolte canadienne rachitique fragilise l’équilibre offre/demande du bilan mondial de blé dur, provoquant l’envolée des prix…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures