Aller au contenu principal

Nutrition des plantes : Lhoist et Biovitis s’engagent dans un partenariat

Le géant des amendements Lhoist et le spécialiste des microorganismes Biovitis ont mis au point une nouvelle gamme de produits de nutrition des plantes, première marche d’une collaboration qui se veut plus large.

Dans le cadre de leur partenariat, Vincent Lelong, directeur de Lhoist agriculture Europe du Sud, et Olivier Bernard, directeur commercial de Biovitis, travaillent sur d'autres projets que Nanéos.
© V. Noël

Lhoist, géant de la chaux et des amendements calcaires, et Biovitis, spécialiste des microorganismes, ont signé un partenariat pour au moins cinq ans. Le but : mettre en commun leur forces pour proposer une nouvelle gamme de produits de nutrition des plantes, Naneos, à base d’algues. « Biovitis a le savoir-faire en biotechnologie et la R&D, Lhoist a son réseau de distributeurs et ses équipes de terrain », a résumé Yann Paignac, directeur des ventes de Lhoist, en conférence de presse le 26 octobre à Puteaux. Issus de travaux menés en partie avec différentes universités, ces nouveaux produits associent des algues (ascophyllum nodosum) à des microalgues (nannochloropsis oculata) avec des oligoéléments (bore, zinc, molybdène…). « On a environ 18 % de photosynthèse en plus, parce que le produit favorise notamment l’activité de carboxylase, a observé Olivier Bernard, directeur commercial de Biovitis. On a également une piste sur la stimulation des défenses sanitaires de la plante : nannochloropsis augmenterait la résistance de la plante aux maladies ».

Des microalgues qui amélioreraient la pénétration des oligoéléments dans la plante

Selon les firmes, les microalgues amélioreraient la pénétration des oligoéléments associés dans la plante, avec à la clé des gains de rendements allant de 3 q/ha à 13 % de plus, selon les espèces et les formulations. De l’ordre de 2 à 4 l/ha, les applications coûteraient entre 25 et 60 euros/ha. Quatre formulations sont disponibles : Naneos Bore sur betterave, Naneos Bore+Molybden sur colza, Nanéos Phosphore+azote+zinc sur maïs et pomme de terre, Naneos cuivre+manganèse sur céréales. « Nous sommes sur un positionnement en début de cycle, nous ne sommes pas sur un apport d’oligo-éléments en grandes quantités pour faire face à une carence des sols, a précisé Renaud Danré, directeur marketing opérationnel et innovation de Lhoist. 80 % de la formulation, c’est le jus de production qui contient ce que la microalgue à apporter lors de son développement ». « Il s’agit de stimuler la plante pour qu’elle aille chercher de quoi se nourrir dans le sol, il faut donc que celui-ci soit bien pourvu », a ajouté Yann Paignac.

Une AMM pour démontrer l'efficacité de cette nouvelle gamme de produits

«Ces produits n’ont pas besoin d’AMM (autorisation de mise en marché), ils ne sont pas classé, a indiqué Olivier Bernard. Mais nous souhaitons faire cette démarche pour démontrer leur efficacité ». Biovitis souhaite mettre en avant comme revendication l’amélioration de la résistance de la plante aux stress abiotiques.

La campagne de commercialisation de cette nouvelle gamme de produits a commencé au 1er novembre. Les deux sociétés se sont données pour objectif d’avoir un maximum de réferencements dans la distribution. Elles ne souhaitent pas « inonder » le marché avec ces produits, qui restent des produits de niche. « Nous vendons aujourd’hui 400 000 litres de Foliostim par an, notre autre gamme foliaire, a signalé Vincent Lelong, directeur de Lhoist Agriculture pour l’Europe du sud. Pour Naneos, notre objectif serait d’atteindre 200 à 250 000 tonnes dans les 3-4 ans ». Discrètes sur les modalités pratiques de leur partenariat, les deux firmes insistent sur leur souhait de travailler ensemble dans la durée et de développer d’autres nouveautés.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
silo de stockage de céréales
Envolée des prix : faut-il vendre maintenant son blé de la récolte 2021 ?
Malgré la forte décote par rapport au prix ancienne récolte, les cotations du blé des échéances septembre et décembre 2021 sont…
Le groupe Soufflet collecte 5,6 millions de tonnes de grains par an. © gutner  archive
InVivo en négociation exclusive pour le rachat du groupe Soufflet
L’union des coopératives In Vivo est entrée en négociation exclusive avec le négoce Soufflet pour reprendre 100 % du capital du…
Les agriculteurs se sont précipités pour déposer des demandes d'aides à l'investissement dans le cadre du plan Protéines, poussant FranceAgriMer à suspendre la téléprocédure. © J.-C. Gutner
Plan protéines : les aides à l’équipement victimes de leur succès
En 48 heures, FranceAgriMer a enregistré 4 000 dossiers de demandes de subventions pour l’aide à l’investissement matériel dans…
« Si les producteurs de blé s’y retrouvent avec un marché à terme autour des 190,00-200,00 €/t échéance septembre 2021, il est tout simplement nécessaire de sécuriser leurs marges », explique Virginie Ciesla-Maudet, du cabinet Assertis. © P. Guiraud
Blé/Récolte 2021 : « Commencer à fixer des ventes au niveau de prix actuel est pertinent » (Virginie Ciesla-Maudet, Assertis)
Les prix du blé nouvelle récolte affichent une décote élevée (environ 30 €/t) par rapport au prix ancienne récolte. Les niveaux…
La réalisation d'un plan de trésorerie mensuel est un bon outil pour y voir clair et gérer son stress ! © C. Baudart
Trésorerie à sec : éviter le mur
Le complément des aides PAC vient de rentrer, la coopérative annonce des ristournes, une partie des impôts fonciers est restituée…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures