Aller au contenu principal

Emmanuel Cloppet, chef du service agrométéorologie de la météopole de Toulouse,
« Nous pourrons personnaliser les données météo pour chaque exploitation »

Selon le chef du service agrométéorologie de la météopole de Toulouse, il sera bientôt possible d’offrir un service de modélisation des maladies avec un niveau de précision à la parcelle.

L'agriculture est-elle une bonne cliente en matière de météo ?
Nous travaillons beaucoup avec le monde agricole, notamment les instituts de recherche, le ministère de l’Agriculture, les organismes de collecte,mais aussi les firmes phytosanitaires et les assureurs. Notre équipe, constituée de cinq ingénieurs, travaille sur les données qui permettent de nourrir les modèles agronomiques. Certaines données sont, en effet, très spécifiques à l’agriculture comme l’évapotranspiration, les sommes de températures ou les données à l’échelle de la décade qui est l’unité de temps en agriculture. Nous travaillons beaucoup avec Arvalis, le but étant de comprendre les liens entre le climat et la production agricole. Nous testons ensemble de nouvelles données issues de Météo France susceptibles d’intéresser l’agriculture.

Pouvez-vous donner un exemple ?
Depuis quelques mois, nous sommes en mesure de fournir la pluviométrie avec un maillage d’un kilomètre, c’est-à-dire au niveau de la parcelle. Pour cela, nous combinons des données issues des pluviomètres classiques avec celles qui sont issues des radars pluviométriques. Il y en a une vingtaine sur la métropole. Le pluviomètre indique la quantité de pluie tombée en un lieu déterminé, alors que le radar informe sur la pluviométrie efficace, liée à l’intensité de la pluie, en couvrant un territoire plus large. Le monde agricole a été le premier à se manifester pour tester cette nouvelle donnée. Celle-ci présente un réel intérêt pour alimenter les modèles de prévision des maladies. On pourrait ainsi proposer à chaque agriculteur un service de modélisation adapté à son exploitation, avec ses propres données météo, sans avoir la contrainte d’installer une station météo chez lui. Les agriculteurs doivent respecter des contraintes en matière de force du vent pour les traitements phytosanitaires.

Êtes-vous en mesure de fournir des informations fiables ?
Nous nous appuyons sur le réseau de 1200 stations automatiques réparties sur le territoire français. La prévision locale sur le vent est disponible sur le répondeur téléphonique. C’est la donnée la plus fine que l’on puisse fournir. Chaque département a été découpé en six ou sept zones homogènes qui s’appuient à la fois sur le résultat des modèles de prévision mais aussi sur l’expertise humaine grâce aux collègues des 80 centres départementaux et des 7 centre interrégionaux. Quelle est la donnée météo sur laquelle Météo France est le moins performant ? Sans hésitation, les orages de grêle ; ces phénomènes sont trop localisés pour être prévisibles. Nous ne sommes pas capables de fournir une information fiable à 24 heures d’échéance.Météo France s’est déjà fait attaqué en justice à ce sujet.Nous serons bientôt en mesure de donner une prévision sur la grêle à trois heures, pas au-delà. Sur le gel, les prévisions généralistes sont de bonne qualité. En grandes cultures, nous travaillons à postériori pour expliquer les phénomènes physiologiques.

Météo France est très concurrencé sur la prévision météo. En quoi votre service est plus performant que les concurrents ?
Les modèles de prévision tournent sur toute la planète. Le tout est de savoir les interpréter.Notre force est d’y ajouter un maillage très serré de mesures sur le terrain et d’expertises locales.Nous enrichissons les données de nos 1200 stations automatiques par un réseau climatologique d’appoint grâce aux bénévoles et aux gendarmeries. Au total, cela correspond à 4500 stations, soit une tous les dix kilomètres. Il n’y a pas d’équivalent au monde en termes de concentration !

Propos recueillis par Nicole Ouvrard

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures