Aller au contenu principal

Marché du Lin
« Nous devons regrouper l´offre » estime Xavier Talpe, président de l´AGPL

Xavier Talpe, président de l´Association générale des producteurs de lin, cherche les moyens de contrer la domination des filatures chinoises.


La domination des acheteurs chinois s´affirme. Comment y faire face ?
Xavier Talpe - Cette domination est d´autant plus préoccupante qu´il semble que les dix plus grosses filatures s´entendent pour organiser un prix minimum du lin teillé.
Nous devrions pourtant être en position de force sur le marché. Sur les 600 000 hectares de lin dans le monde, l´essentiel de la production de qualité provient des 105 000 hectares cultivés en France, en Belgique et en Hollande. Celle-ci représente 65 % de l´offre mondiale. Les producteurs français sont en position de leader tant en terme de productivité que de qualité des fibres. Pour contrer la domination chinoise, notre intérêt est de regrouper notre offre.

Les teillages sont-ils prêts à travailler ensemble ?
X. T. - Il y a un consensus général sur ce constat parmi les producteurs et les teilleurs privés et coopératifs regroupés au sein du Cipalin.
La décision prise d´intervenir sur le marché par l´achat de 10 000 tonnes de filasses de qualité est significative. La réflexion avance. Quelques entreprises se sont déjà rapprochées. Une politique d´offre pourrait commencer par des échanges interrégionaux en terme d´information sur les prix. L´objectif serait deux ou trois pôles parlant le même langage pour nous impliquer dans le processus de vente qui se déroule aujourd´hui de manière dispersée par le biais du négoce.
A plus long terme, le Cipalin pourrait favoriser l´émergence de filatures de lin dans d´autres pays en développement. Je pense à l´Inde ou au Bengladesh qui ont un savoir-faire traditionnel.

Va-t-on vers une réduction des surfaces ?
X. T. - Au-delà de l´intervention sur 10 000 tonnes, l´engagement a été pris au Cipalin d´intervenir sur les emblavements du printemps 2006 si la récolte en cours aggrave le déséquilibre du marché. Dans ce cas, les teillages passeront la consigne d´une réduction des surfaces auprès des producteurs pour permettre d´assainir les stocks. Il faudra envisager une réduction des surfaces de 15 % à 20 % pour obtenir un effet sur le marché et les prix. Là encore, c´est une décision significative de la volonté de mieux organiser l´offre !
Si le déséquilibre du marché s´accentue, une réduction des surfaces de lin sera demandée aux producteurs en 2006 pour permettre d´assainir les stocks. ©S. Leitenberger
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures