Aller au contenu principal
Font Size

Jean-Pierre et Xavier Sainton, douze éoliennes dans l’Aube
« Nous cultivons l’air au-dessus des champs »

Douze éoliennes dominent Chapelle-Vallon sur les hauteurs de l’Aube. Motivés par les enjeux environnementaux, Jean-Pierre et Xavier Sainton ont mené leur projet de façon exemplaire.

«Nous cultivons le sol, les champs… Alors pourquoi pas l’air audessus ? Nous avons eu un coup de coeur pour l’éolien que nous considérons comme une continuité de nos activités agricoles. » Difficile de trouver plus motivés que Jean-Pierre et Xavier Sainton pour développer une activité éolienne sur une exploitation agricole. « L’idée a germé début 2000 mais nous avons véritablement commencé à construire notre projet fin 2003(1). Du fait d’une faible disponibilité en eau et à cause d’une terre caillouteuse, nous ne pouvions prétendre à diversifier nos productions. Nous nous sommes donc tournés vers l’exploitation du vent au-dessus de nos terrains. »

AUX MAINS DES HABITANTS LOCAUX
Les agriculteurs père et fils avaient la conviction que de nombreux parcs éoliens allaient voir le jour dans les mois et les années qui allaient suivre. Ils n’ont pas voulu trop tarder pour mettre en branle leur projet. Ils y ont investi beaucoup de leur temps en prenant à leur charge toute une partie de dossier administratif. « Nous ne voulions pas faire appel à des opérateurs extérieurs. Pour nous, ce projet devait rester aux mains des habitants locaux. » Les deux agriculteurs n’oublient pas de remercier les salariés de leur exploitation, « sans qui il aurait été difficile de mener de concert les activités agricoles et la mise en oeuvre du parc éolien ». L’exploitation — SCA familiale de la Voie de Troyes — s’étend sur un peu plus de 450 hectares.

CONTACTS ET ÉTUDES TOUS AZIMUTS
Entre fin 2003 et début 2004, les démarches se sont multipliées : étude de faisabilité (quel nombre d’éoliennes? Quelles localisations ?.…), courriers envoyés à toutes les administrations concernées, à l’armée, à l’aviation civile ; contacts avec les propriétaires des terrains, dépôt des certificats d’urbanisme, études d’impact sur l’avifaune et sur l’environnement (paysage, acoustique…), pose d’un mât de mesure de vent… et les premiers contacts avec les fabricants. « Nous avons choisi une entreprise allemande, Repower. Le projet prenait réellement forme avec le choix d’installer douze éoliennes d’une puissance de 2 mégawatts chacune », précise Xavier Sainton. C’était très ambitieux pour l’époque. Jean-Pierre et Xavier Sainton étaient allés visiter une exploitation de la Marne où, en 2003, la plus grande éolienne de France venait d’être installée. L’exploitant Hervé Huet leur a transmis une part de sa motivation sur la concrétisation du projet et les deux agriculteurs ont vite reçu des encouragements de leur entourage. « Nous avons déposé le permis de construire dés juillet 2004 et pendant l’instruction de ce permis, une enquête publique a été lancée sur la commune de Chapelle-Vallon pendant un mois. Avec les avis des habitants recueillis, l’enquête s’est avérée très positive et cela a sans doute pesé pour obtenir le permis en décembre. » Jean-Pierre Sainton avoue qu’il n’espérait pas obtenir une réponse positive aussi rapide tant d’autres projets mettent plus de temps à se concrétiser. Xavier et Jean-Pierre Sainton n’ont pas lésiné sur la communication. Pour donner plus de corps à leur projet, les deux agriculteurs ont créé une association ayant pour objet de promouvoir les énergies renouvelables : Grange d’Éole. « Nous comptons 128 adhérents et un salarié travaille à plein temps pour l’association, présente Jean-Pierre Sainton. L’association a l’agrément de l’éducation nationale. Des visites sont organisées sur le site avec des classes d’élèves notamment. »

DES SENTIERS DE RANDONNÉE
Entre parcelles agricoles et massifs boisés, un réseau de sentiers parcourt le parc éolien et le relie à la commune de Chapelle-Vallon. Plusieurs panneaux ont été disposés en différents points de l’itinéraire pour expliquer avec force détails, l’énergie et les éoliennes, l’évolution du paysage, l’agriculture, l’histoire locale, les oiseaux… « Les alentours du parc éolien sont entretenus.Dans l’étude d’impact, un de nos engagements était de réaliser un site propre. » Maire de Chapelle-Vallon durant plusieurs années, Jean-Pierre Sainton connaît bien l’histoire de la région. « Les éoliennes sont les dignes descendantes de nos moulins à vent d’autrefois, comme celui de Chapelle-Vallon construit en 1744. Elles ne produisent plus la farine nécessaire à la fabrication du pain mais génèrent proprement de l’électricité, principale source de confort d’aujourd’hui. » Et c’est une forme d’énergie qui ne concurrence pas les ressources alimentaires. !
Christian Gloria
(1) Il faut associer à l’opération Jean-Louis Wolfhügel, agriculteur disparu et l’un des instigateurs du projet.

CHIFFRES CLÉS

- 12 éoliennes d’une puissance de 2 MW chacune.
- 24 millions d’! d’investissement : 80 % sur les éoliennes (avec le montage), 20 % sur le génie civile, électrique, raccordements. Coût des études : entre 50000 et 100000 €.
- 500 000 € de coût de maintenance par an.
- 8 centimes d’€ du kWh de rachat (obligatoire) de l’électricité par EDF garanti sur 15 ans.
- 50 millions de kWh produits par les 12 éoliennes sur un an (équivalent à la consommation de 50000 habitants hors chauffage électrique et industries).
- Retour sur investissement programmé en 7 à 8 ans (financement sur 12 ans).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte dans le nord de l'Eure-et-Loir. Le rendement national moyen de blé tendre est estimé à 6,83 t/ha par le cabinet Agritel, en baisse de près de 8 % par rapport à la moyenne olympique. © G. Omnès
Moisson 2020 : une récolte de blé française sous les 30 millions de tonnes
Les spécialistes du marché des céréales continuent de réviser leurs chiffres de récolte de blé tendre à la baisse. La production…
La collecte chute de 20 % en blé tendre et en orge d'hiver par rapport à la moyenne décennale à la coopérative Ile-de-France Sud. © Gutner archives
Moisson 2020 : le grand écart du rendement en Ile-de-France comme ailleurs
La récolte des orges d’hiver, colza et blé tendre a rendu son verdict en Ile-de-France : des résultats très hétérogènes avec…
Pour la CGB, la propagation du virus de la jaunisse ampute la production française de sucre de 600 000 à 800 000 tonnes. © CGB
Crise de la betterave: les élus régionaux montent au créneau
L’impact de l’épidémie de jaunisse sur betterave s’amplifie devant l’absence de solution technique autorisée. Les Régions…
Nouveau silo de Biocer dans l'Eure. Avec une collecte qui double tous les cinq ans, les organismes économiques doivent adapter leur infrastructure de stockage et de tri. © Biocer
Agriculture biologique : les céréales bio face au défi de la massification
La dynamique de croissance forte et régulière enclenchée depuis trois ans pour les céréales bio confronte la filière à de…
Moisson de blé en Eure-et-Loir
Moisson 2020 : des rendements dans le rouge pour une année noire en grandes cultures
Très mauvaise donne cette année pour les grandes cultures en France, avec une baisse généralisée des productions. Les céréales d’…
Aymeric et Margot Ferté, Gilles Lancelin, Romaric Paucellier : trois expériences du bio en grandes cultures. © DR/C. Baudart
Bio en grandes cultures : la nouvelle génération de convertis bouge les lignes
Une exploitation de grandes cultures qui passe en bio ? C’est désormais banal. Partout, des conversions s’engagent, souvent par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures