Aller au contenu principal

Crédit Agricole/Marché à terme
« Nous assurons le rôle d´intermédiaire financier »

Entretien avec Jean-Philippe Folco, chef marchés matières premières de Crédit Agricole SA.


Comment accéder au marché à terme ?
Jean-Philippe Folco - Un client agriculteur qui souhaite accéder au marché à terme s´adresse à sa Caisse locale pour disposer d´un compte d´instruments financiers géré par sa Caisse régionale qui sera ouvert chez Calyon Finances, filiale du groupe Crédit Agricole. Le rôle de celle-ci est double. D´une part, la négociation des contrats sur la bourse Euronext pour le compte de l´agriculteur. D´autre part, la tenue du compte c´est-à-dire la gestion quotidienne des appels de marges, des dépôts de garantie et des valorisations.
Quelles sont les conditions requises pour ouvrir un compte ?
J.-P. F. - Vis-à-vis du marché, la Caisse régionale porte le risque de son client en donnant sa garantie bancaire. Elle s´assure donc que l´agriculteur maîtrise les mécanismes du marché à terme et elle réalise une analyse financière du dossier comme pour un prêt. Elle va aussi, en fonction de l´assolement et des rendements moyens de l´agriculteur, évaluer le volume de la production physique moyenne et en déduire le potentiel de contrats. Si l´agriculteur en a besoin, c´est en fonction de ce volume et de sa situation financière que sera calibrée l´ouverture de crédit qui permet de faciliter la gestion quotidienne des appels de marges.
Par ailleurs, les ordres passés par l´agriculteur devront être cohérents avec son profil de production. En clair, lorsqu´il vend des contrats sur le marché à terme, il doit avoir du physique en face.
Pour passer un ordre, l´agriculteur rentre en contact avec un Trader matières premières agricoles de Crédit Agricole SA. ©E. Baratte

Comment se déroule le passage des ordres ?
J.-P. F. - L´agriculteur contacte en direct un trader de notre salle de marché. Il doit s´identifier par son numéro de compte et passe son ordre qui est aussitôt transmis dans le marché. Par défaut, si le client n´est pas rappelé, c´est que l´ordre n´est pas passé. Quand celui-ci est exécuté, l´agriculteur est systématiquement rappelé et il reçoit un avis d´opéré le lendemain. En général, les agriculteurs sont abonnés à un service d´information sur les marchés et de conseil en stratégie de couverture comme notre partenaire Agritel. Ils s´informent aussi sur les services expert de notre site Pleinchamp.com.
En savoir plus
Agritel est une société de service spécialisée dans le suivi des marchés. Elle propose des formations aux techniques du marché à terme, et plusieurs abonnements pour fournir de l´information sur l´actualité des marchés en ligne, sur internet et par SMS. Agritel a également une hotline pour conseiller ses abonnés en direct.
www.agritel.fr
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures