Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Ne pas laisser de sol nu pour profiter des bienfaits de la rhizosphère

Pour respecter au mieux les interactions bénéfiques au sein de la rhizosphère des cultures, un facteur essentiel est de proscrire le sol nu.

Un couvert comportant des légumineuses est toujours bénéfique.
© C. Gloria

« Il faut absolument couvrir les sols pour avoir des racines tout le temps », signifie Virginie Riou, de la chambre d’agriculture des Pays de la Loire. « Ces racines enclenchent toute la chaîne trophique du sol », ajoute Jean-François Vian, Isara (Lyon). Il faut choisir des couverts végétaux et des cultures de la rotation en conséquence. « Dans les couverts d’interculture, les brassicacées en pur (= crucifères : moutardes, navettes…) sont à éviter car leur effet est négatif sur la production de mycorhizes. Un couvert comportant un minimum de légumineuses est toujours bénéfique », conseille Jean-François Vian. Les graminées sont également intéressantes avec leur système racinaire fasciculé favorable à la structure du sol. Dans la rotation culturale, le retour trop fréquent de cultures de la famille des crucifères (colza) et de chénopodiacées (betteraves) est, encore une fois, défavorable à la formation de mycorhizes. « La présence de légumineuses (pois, féveroles, soja, luzerne…) est utile car l’activité rhizosphérique qu’elles génèrent est intéressante pour stimuler toutes les communautés d’organismes du sol", précise Jean-François Vian.

Réduire les perturbations mécaniques

Quant à la gestion du sol, l’idéal est de réduire au maximum les perturbations mécaniques. « La communauté rhizosphérique est plus riche en sol non labouré et surtout en semis direct, notamment pour les mycorhizes. Mais cela ne signifie pas que ces dernières disparaissent des sols labourés. Dans les systèmes sans labour, les mycorhizes sont capables de coloniser les plantes plus tôt, explique l’expert. Mais parfois, des techniques culturales simplifiées revenant fréquemment sur une campagne de culture sont pires qu’un labour fait une fois. » Les produits phytosanitaires, notamment les fongicides, sont à utiliser avec modération de même que les engrais de synthèse pour rendre optimal le fonctionnement de la rhizosphère.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Les semis de printemps ne devraient pas être perturbés par le coronavirus, les activités agricoles n'étant pas concernées par les restrictions d'activité. © J.-C.Gutner
Coronavirus : la filière céréalière fait front face à la crise
La filière céréalière s’organise pour ne pas interrompre la chaîne allant de l’appro à la transformation, en passant par la…
Coronavirus : la filière pommes de terre sur le qui-vive
Fini les frites au restaurant : le confinement lié au Covid 19 fait s'effondrer la demande de pommes de terre pour l'industrie,…
En 2019, la gendarmerie a relevé 1776 dégradations sur les exploitations agricoles. © Julie Pertriaux
Vols et dégradations : le travail des gendarmes fait des vagues
Le dispositif Demeter, créé pour lutter contre les violences visant le monde agricole, suscite l’émoi des opposants au modèle…
La tension sur les camions du fait de la cessation d'activité des transporteurs, faute de rentabilité, ou du droit de retrait des chauffeurs, est l'une des principales craintes de la filière. © J.-C. Gutner
Coronavirus : la logistique, maillon fragile de la filière céréalière
Jusqu’ici, la filière céréalière tient bon, mais des craintes émergent sur la pérennité des transports par camion et par train.
La CNDSF craint des pressions pour imposer les semences certifiées en HVE. © Cap Semences
La CNDSF refuse le "tout semences certifiées" dans les filières de qualité
Pour les défenseur de la semence de ferme, les filières de qualité et la certification environnementale ne doivent pas imposer la…
Quel impact du gel printanier sur les colzas et céréales ?
Après un hiver humide avec des températures printanières, le printemps commence avec un vent d’est hivernal. Les cultures sont à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures