Aller au contenu principal

Ne pas laisser de sol nu pour profiter des bienfaits de la rhizosphère

Pour respecter au mieux les interactions bénéfiques au sein de la rhizosphère des cultures, un facteur essentiel est de proscrire le sol nu.

Un couvert comportant des légumineuses est toujours bénéfique.
© C. Gloria

« Il faut absolument couvrir les sols pour avoir des racines tout le temps », signifie Virginie Riou, de la chambre d’agriculture des Pays de la Loire. « Ces racines enclenchent toute la chaîne trophique du sol », ajoute Jean-François Vian, Isara (Lyon). Il faut choisir des couverts végétaux et des cultures de la rotation en conséquence. « Dans les couverts d’interculture, les brassicacées en pur (= crucifères : moutardes, navettes…) sont à éviter car leur effet est négatif sur la production de mycorhizes. Un couvert comportant un minimum de légumineuses est toujours bénéfique », conseille Jean-François Vian. Les graminées sont également intéressantes avec leur système racinaire fasciculé favorable à la structure du sol. Dans la rotation culturale, le retour trop fréquent de cultures de la famille des crucifères (colza) et de chénopodiacées (betteraves) est, encore une fois, défavorable à la formation de mycorhizes. « La présence de légumineuses (pois, féveroles, soja, luzerne…) est utile car l’activité rhizosphérique qu’elles génèrent est intéressante pour stimuler toutes les communautés d’organismes du sol", précise Jean-François Vian.

Réduire les perturbations mécaniques

Quant à la gestion du sol, l’idéal est de réduire au maximum les perturbations mécaniques. « La communauté rhizosphérique est plus riche en sol non labouré et surtout en semis direct, notamment pour les mycorhizes. Mais cela ne signifie pas que ces dernières disparaissent des sols labourés. Dans les systèmes sans labour, les mycorhizes sont capables de coloniser les plantes plus tôt, explique l’expert. Mais parfois, des techniques culturales simplifiées revenant fréquemment sur une campagne de culture sont pires qu’un labour fait une fois. » Les produits phytosanitaires, notamment les fongicides, sont à utiliser avec modération de même que les engrais de synthèse pour rendre optimal le fonctionnement de la rhizosphère.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Plafonnement des rendements du blé du fait des hautes températures et difficulté d'implantation des colzas font partie des signes avant-coureur du changement climatique. © G. Omnès
Changement climatique : ce que les grandes cultures devront affronter ces 30 prochaines années
D’ici à 2050, les cultures subiront des conditions plus chaudes et plus sèches au printemps et en été, accroissant le risque d’…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures