Aller au contenu principal

Deutz-Fahr
Naissance de la série 5 Agrotron

S’intercalant entre les Agrotron K et les Agrofarm, la nouvelle série 5 Agrotron de Deutz-Fahr se décline en trois modèles à transmission semi-powershift et en trois modèles à transmission à variation continue (TTV). Arborant un design réalisé par Giugiaro, tous disposent d’un moteur Deutz quatre cylindres de 3,6 litres répondant aux normes Tier 4i, grâce à un EGR externe et à un Doc. La transmission semi-powershift propose 30 rapports avant et arrière (60 en option avec les rampantes), intégrant un tripleur et permettant de circuler à 40 km/h à régime moteur réduit. Selon la finition (basique ou P), elle bénéficie de l’APS permettant de passer automatiquement les rapports sous charge, ainsi que du Speedmatching, sélectionnant le rapport sous charge qui convient lors des changements de vitesses. Proposée sur les trois modèles les plus puissants, la transmission TTV hérite de la finition la plus haute. Si les modèles semi-powershift inaugurent un nouvel intérieur de cabine, impliquant un nouveau tableau de bord, une nouvelle ergonomie des commandes et une qualité de finition accrue, les TTV se démarquent avec un accoudoir intégrant un joystick pilotant la transmission. Cette dernière propose, comme les Agrofarm TTV, deux gammes mécaniques et deux plages de vitesses, affichant au maximum 35 % de la traction en hydraulique. Elle se pilote selon trois modes : manuel , Auto et PTO. Outre les quatre régimes de prise de force, tous les modèles de la série 5 bénéficient d’un nouveau pont arrière, du pont avant suspendu en option, des automatismes de pont avant et de différentiel ASM, du freinage sur les quatre roues et du système optionnel SSD, réduisant par deux le nombre de tours de volant pour arriver en butée lors des manœuvres. Du côté de l’hydraulique, les séries 5 offrent le choix entre trois circuits : une pompe simple de 60 l/min, la même pompe en version éco (débit maximal atteint à 1 600 tr/min) et une pompe tandem de 90 l/min. La version basique reçoit jusqu’à quatre distributeurs mécaniques, tandis que les deux autres finitions bénéficient jusqu’à cinq distributeurs électrohydrauliques.

Modèles semi-powershift: 5100, 5110 et 5120 (basique et P)

Puissances : 100, 110 et 120 ch

Modèles TTV : 5110, 5120 et 5130

Puissances : 110, 120 et 130 ch

Relevage (av/ar) : 1 850 kg /4 650 kg ou 6 600 kg (en option)

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Baisse de la sole de colza, bouleversement du programme de désherbage maïs, recours aux trichogrammes : Stéphane, Marine et Alain (de gauche à droite) ont modifié en profondeur leurs pratiques pour décrocher la HVE. © G. Omnès
HVE : « Nous avons dû changer nos pratiques en grandes cultures »
Sur la ferme de Pré Levey, le passage à la HVE s’est imposé comme une suite logique à la démarche de baisse des intrants. La…
Contre la jaunisse transmise par des pucerons, les néonicotinoïdes sur semences de betterave constituent la solution de lutte la plus efficace. © G. Omnès
Néonicotinoïdes/betteraves : jusqu’à 15 jours de retard dans la distribution de semences
Avec une parution de l’arrêté sur les néonicotinoïdes le 5 février, le pelliculage des semences avec ces insecticides a démarré…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Thierry Royer et Bruno Bremenson, agriculteurs dans l'Orne."Avec une prestation de coupe et déchiquetage assurée par Bois négoce énergie, les haies nous rapportent 12 euros la tonne de bois plaquette." © C. Gloria
Les haies, des atouts agronomiques et une source de revenu
Au-delà de l’intérêt environnemental et agronomique, deux producteurs de grandes cultures de l’Orne valorisent économiquement…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures