Aller au contenu principal

Bioéthanol
Mutualiser les gains et les pertes sur le blé éthanol

Comment assurer la pérennité de l’approvisionnement en céréales pour les usines d’éthanol et répartir les gains éventuels ? Une proposition est mise sur la table.

L’AGPB, l’AGPM et Coop de France ont annoncé leur volonté de mettre en place un mécanisme de mutualisation de l’approvisionnement en céréales des usines de bioéthanol. Le dispositif comporterait trois étapes.

La première étape est d’obtenir l’accord de tous — industriels, organismes stockeurs (OS) et agriculteurs — pour qu’il y ait un partage de l’écart, qu’il soit positif ou négatif, entre le prix du blé alimentaire et celui du blé éthanol(1). « Ce partage n’existe pas aujourd’hui, insiste Hervé le Stum, directeur de l’AGPB. Il doit être calculé en se référant à des cotations officielles. »

La deuxième étape est d’ouvrir le marché de l’éthanol à l’ensemble des OS, y compris les privés, même si la Fédération national du négoce n’a pas pris part à la réflexion. « Sur les deux millions de tonnes de blé, orge et maïs utilisées, nous proposons de mutualiser la moitié. Cela permettrait de mieux gérer l’approvisionnement des usines », souligne Philippe Pinta, président de l’AGPB. Un système d’échange papier pourrait être mis en place pour les OS les plus éloignés des usines, comme dans la filière Diester. Aucun OS ne doit s’engager sur plus de 10 % de sa collecte.

Troisième étape, la mise en place d’une cotisation volontaire obligatoire (CVO) de deux euros la tonne payée par les OS sur une période de trois ans maximum, qui serait remboursée à tous ceux qui consacrent au moins 2 % de leur collecte à la filière éthanol.Mais il faut pour cela l’accord de Bercy. « L’objectif de cette CVO n’est pas de couvrir des pertes accumulées jusqu’alors. L’idéal serait de ne pas avoir besoin d’y recourir », précise Hervé Le Stum.

« Ce dossier peut constituer un nouvel élan pour l’éthanol, tout en restant dans des volumes raisonnables, considère Philippe Pinta. Étant donnés les enjeux, les dirigeants des coopératives perçoivent l’intérêt majeur de cette mutualisation. Quant aux industriels, ils ont besoin de nos matières premières pour fonctionner. » Or, certains contrats vont arriver à échéance. Pas sûr que les OS aient envie de les renouveler en l’état.

(1) Valorisation du blé éthanol = vente de l’éthanol + vente des drèches – coût industriel.

Les plus lus

Moisson 2021 : une récolte de blé tendre en net rebond
Avec des rendements en blé tendre attendus autour de 75 q/ha, la moisson tricolore devrait renouer avec des volumes confortables…
« Nous mettons à disposition des saisonniers une fiche de poste et des notes de service avec les règles de sécurité, comme l’interdiction de l’usage du téléphone sur la route, le respect de la limitation de vitesse, explique Nicolas Hubail. Le salarié s’engage à respecter les consignes et atteste qu’il a été sensibilisé aux risques du travail et au Code de la route. » © N. Hubail
Conduite d’engins agricoles : « Nous sensibilisons les salariés au Code de la route dès leur arrivée »
Formation des salariés, signature de documents de prévention, sanctions en cas de mauvais comportement : pour Nicolas Hubail,…
« la confirmation et la mise en évidence de présomptions fortes de liens entre certaines pathologies et l’exposition aux pesticides doivent orienter les actions publiques vers une meilleure protection des populations », affirment les experts de l'Inserm. © V. Marmuse
Pesticides et santé : nouvelle « confirmation de présomptions fortes de liens » avec certaines maladies (Inserm)
L’expertise réactualisée de l’Inserm « confirme la présomption forte d’un lien entre l’exposition aux pesticides et six…
cartes agence bio surfaces 2020
Agriculture biologique : les surfaces continuent de croître en grandes cultures
Les surfaces certifiées bio ont continué d'augmenter en grandes cultures en 2020, mais les surfaces en cours de conversion…
« Pour l’implantation du colza, limiter au maximum le travail du sol pour maintenir la fraîcheur »
Le colza est une plante exigeante sur la structure du sol, surtout avec des semis effectués en plein été. Chargé d’études sur l’…
L'indice des fermages pour les prochaines factures est de 106,48 © C. Baudart
Terres agricoles : hausse de l’indice des fermages 2021
Le nouvel indice du fermage vient de paraître au Journal officiel. Fixé à 106,48, il connaît ainsi sa troisième hausse en trois…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures