Aller au contenu principal

Bioéthanol
Mutualiser les gains et les pertes sur le blé éthanol

Comment assurer la pérennité de l’approvisionnement en céréales pour les usines d’éthanol et répartir les gains éventuels ? Une proposition est mise sur la table.

L’AGPB, l’AGPM et Coop de France ont annoncé leur volonté de mettre en place un mécanisme de mutualisation de l’approvisionnement en céréales des usines de bioéthanol. Le dispositif comporterait trois étapes.

La première étape est d’obtenir l’accord de tous — industriels, organismes stockeurs (OS) et agriculteurs — pour qu’il y ait un partage de l’écart, qu’il soit positif ou négatif, entre le prix du blé alimentaire et celui du blé éthanol(1). « Ce partage n’existe pas aujourd’hui, insiste Hervé le Stum, directeur de l’AGPB. Il doit être calculé en se référant à des cotations officielles. »

La deuxième étape est d’ouvrir le marché de l’éthanol à l’ensemble des OS, y compris les privés, même si la Fédération national du négoce n’a pas pris part à la réflexion. « Sur les deux millions de tonnes de blé, orge et maïs utilisées, nous proposons de mutualiser la moitié. Cela permettrait de mieux gérer l’approvisionnement des usines », souligne Philippe Pinta, président de l’AGPB. Un système d’échange papier pourrait être mis en place pour les OS les plus éloignés des usines, comme dans la filière Diester. Aucun OS ne doit s’engager sur plus de 10 % de sa collecte.

Troisième étape, la mise en place d’une cotisation volontaire obligatoire (CVO) de deux euros la tonne payée par les OS sur une période de trois ans maximum, qui serait remboursée à tous ceux qui consacrent au moins 2 % de leur collecte à la filière éthanol.Mais il faut pour cela l’accord de Bercy. « L’objectif de cette CVO n’est pas de couvrir des pertes accumulées jusqu’alors. L’idéal serait de ne pas avoir besoin d’y recourir », précise Hervé Le Stum.

« Ce dossier peut constituer un nouvel élan pour l’éthanol, tout en restant dans des volumes raisonnables, considère Philippe Pinta. Étant donnés les enjeux, les dirigeants des coopératives perçoivent l’intérêt majeur de cette mutualisation. Quant aux industriels, ils ont besoin de nos matières premières pour fonctionner. » Or, certains contrats vont arriver à échéance. Pas sûr que les OS aient envie de les renouveler en l’état.

(1) Valorisation du blé éthanol = vente de l’éthanol + vente des drèches – coût industriel.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures