Aller au contenu principal

Bioéthanol
Mutualiser les gains et les pertes sur le blé éthanol

Comment assurer la pérennité de l’approvisionnement en céréales pour les usines d’éthanol et répartir les gains éventuels ? Une proposition est mise sur la table.

L’AGPB, l’AGPM et Coop de France ont annoncé leur volonté de mettre en place un mécanisme de mutualisation de l’approvisionnement en céréales des usines de bioéthanol. Le dispositif comporterait trois étapes.

La première étape est d’obtenir l’accord de tous — industriels, organismes stockeurs (OS) et agriculteurs — pour qu’il y ait un partage de l’écart, qu’il soit positif ou négatif, entre le prix du blé alimentaire et celui du blé éthanol(1). « Ce partage n’existe pas aujourd’hui, insiste Hervé le Stum, directeur de l’AGPB. Il doit être calculé en se référant à des cotations officielles. »

La deuxième étape est d’ouvrir le marché de l’éthanol à l’ensemble des OS, y compris les privés, même si la Fédération national du négoce n’a pas pris part à la réflexion. « Sur les deux millions de tonnes de blé, orge et maïs utilisées, nous proposons de mutualiser la moitié. Cela permettrait de mieux gérer l’approvisionnement des usines », souligne Philippe Pinta, président de l’AGPB. Un système d’échange papier pourrait être mis en place pour les OS les plus éloignés des usines, comme dans la filière Diester. Aucun OS ne doit s’engager sur plus de 10 % de sa collecte.

Troisième étape, la mise en place d’une cotisation volontaire obligatoire (CVO) de deux euros la tonne payée par les OS sur une période de trois ans maximum, qui serait remboursée à tous ceux qui consacrent au moins 2 % de leur collecte à la filière éthanol.Mais il faut pour cela l’accord de Bercy. « L’objectif de cette CVO n’est pas de couvrir des pertes accumulées jusqu’alors. L’idéal serait de ne pas avoir besoin d’y recourir », précise Hervé Le Stum.

« Ce dossier peut constituer un nouvel élan pour l’éthanol, tout en restant dans des volumes raisonnables, considère Philippe Pinta. Étant donnés les enjeux, les dirigeants des coopératives perçoivent l’intérêt majeur de cette mutualisation. Quant aux industriels, ils ont besoin de nos matières premières pour fonctionner. » Or, certains contrats vont arriver à échéance. Pas sûr que les OS aient envie de les renouveler en l’état.

(1) Valorisation du blé éthanol = vente de l’éthanol + vente des drèches – coût industriel.

Les plus lus

Parcelles avec des infrastructures agroécologiques dans le lointain
Suppression des 4 % de jachère : quel impact sur ma télédéclaration PAC 2024 ?

Dès cette campagne 2024, il n’est plus nécessaire de mettre en place de la jachère, cultures fixatrices d’azote ou …

Installation de stockage de céréales de Jean-Christophe Dupuis, agriculteur à Mancey, en Saône-et-Loire
Stockage des céréales : « Mon installation simple me permet d’atteindre un coût de stockage de 8 €/t »
Jean-Christophe Dupuis est agriculteur à Mancay, en Saône-et-Loire. Depuis 2021, il stocke 1 200 tonnes de grains sur son…
Epandage d'engrais sur champ de blé
Engrais azotés : quelle stratégie d'achat adopter pour la prochaine campagne ?
La nouvelle campagne d’achats d’engrais azotés par les agriculteurs pour 2025 démarre à peine. C’est le moment de réfléchir à sa…
Parcelles agricoles au printemps, colza au premier plan, champ de blé et de colza au deuxième plan
PAC et DPB : les six points à retenir avant de faire un transfert

Le transfert des droits à paiement de base (DPB) est une démarche qu’il ne faut pas prendre à la légère puisqu’elle…

parcelles de blés au printemps
Blé tendre et orge d’hiver : quel impact du froid ces derniers jours ?
Le froid de ces derniers jours est arrivé sur des céréales à des stades sensibles localement. Le point sur le risque de dégâts…
Clément Savouré, agriculteur en Eure-et-Loir
Achat d’engrais : « Nous arbitrons entre l’ammonitrate et la solution liquide en fonction du prix de l’unité d’azote »

Clément Savouré, agriculteur à Le Gué-de-Longroi, en Eure-et-Loir, privilégie les achats d’engrais à la morte-saison pour…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures