Aller au contenu principal

Edito : Moisson de doutes, les grandes cultures face à l'incertitude des rendements et des marchés

Cette année, à l'heure où les moissonneuses-batteuses récoltent le résultat d'un an de travail, les incertitudes sont particulièrement grandes pour les producteurs de grandes cultures. L'inconnue porte à la fois sur les rendements, avec des cultures malmenées par la météo, et sur l'impact dans les mois à venir de la crise du Covid-19, loin d'avoir dit son dernier mot.

Parcelle de blé à la moisson (Eure-et-Loir)
Plus encore que d'habitude, prévoir les rendements des céréales est difficile cette année, compte tenu des nombreux aléas climatiques. Et les prix sont eux aussi sous l'influence de facteurs encore très incertains.
© G. Omnès

L’heure de la moisson a sonné. En quelques jours, c’est le travail de toute une saison qui va se matérialiser dans les bennes, avec son lot traditionnel de bonnes surprises et de déceptions. Cette année, l’état d’esprit est tiraillé entre délivrance et appréhension. L’entrée en action des moissonneuses va en effet mettre un terme à une succession de séquences difficiles. Tout au long de leur croissance, les cultures ont été confrontées à une large gamme d’accidents climatiques, de l’excès d’eau au semis à l’échaudage de fin de cycle, en passant par la sécheresse au printemps. Sans parler des pucerons…

L’inquiétude prévaut pour le blé tendre. On peut déjà annoncer sans crainte de se tromper « une grande hétérogénéité selon les situations », antienne éculée qui ne fait que rappeler que la France est une mosaïque de terroirs, de conditions climatiques et de systèmes culturaux. Comme chaque année, il y aura des gagnants et des perdants. La question est de savoir à quel point la note climatique sera salée pour les plus malchanceux.

L’incertitude sur les rendements se double d’immenses inconnues concernant les marchés. La déflagration du Covid-19 va produire un effet de souffle sur toute l’économie mondiale, dont on peine à mesurer l’ampleur. Certes, les Hommes continueront à manger et il faudra donc les nourrir. Mais quelles seront les conséquences sur la consommation de viande ou des aliments qui ne se classent pas parmi les produits de nécessité ? Quid des capacités de financement des pays importateurs, notamment ceux dont l’économie est arrimée au tourisme ou au prix du pétrole ?

Les mois à venir vont s’apparenter à un crash test pour le monde agricole, et le concept désormais fameux de résilience va prendre tout son sens. À l’heure où s’élaborent les contours de la future PAC, il serait temps d’intégrer pleinement cet enjeu dans les politiques européennes. Ou les incantations sur la souveraineté alimentaire du fameux « monde d’après » seront balayées, tels les nuages de poussière qui s’élèvent actuellement de la plaine.

Mais pour l'heure, place à l'action, et bonne moisson à tous !

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

En non-labour, la dose maximale autorisée de glyphosate (360 gma) passe à 3 litres/ha/an © C. Baudart
Glyphosate : l’Anses entérine l'interdiction en labour et des réductions de doses en non-labour
Les restrictions d’usage du glyphosate annoncées par l’Anses concernent toutes les productions agricoles mais impactent peu les…
Aides PAC / Grandes cultures : versements anticipés sur les comptes courants dès le 16 octobre
70 % des aides Pac viennent d’être versées sur les comptes des exploitations de grandes cultures. Un ratio majoré cette année. En…
« Une rénovation de toiture avec du photovoltaïque pour un risque zéro »
Sylvain Pigeon, agriculteur à Mareuil en Brie (51), a changé la toiture de son bâtiment en développant un projet photovoltaïque…
Thierry Gaillard, Michaël Bonnevie et Emmanuel Vigier font partie du groupe de huit agriculteurs qui portent à bout de bras un projet de méthaniseur dans le Cher. L'introduction des Cive dans la rotation sera un atout pour sortir des impasses techniques actuelles. © G. Omnès
Énergies renouvelables : un projet de méthanisation pour pérenniser des fermes en zone intermédiaire
Huit agriculteurs du Cher se sont lancés dans un projet de méthanisation afin de sécuriser l’avenir de leurs fermes à la…
En plus d'être une bonne candidate pour la méthanisation et de résister aux aléas climatiques, la silphie produit des fleurs jaunes attractives pour les abeilles. © C. Gloria
La silphie, une culture fourragère offrant de nombreux atouts pour la méthanisation
Dans les plantes alimentant les méthaniseurs, je demande… la silphie. Cette espèce originaire d’Amérique du Nord commence à être…
récolte de colza
Colza : l'inquiétante chute des surfaces se poursuit en 2020
Insectes hors de contrôle, sécheresse au semis… le colza est confronté à des conditions hostiles qui mettent à mal son…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures