Aller au contenu principal
Font Size

Edito : Moisson de doutes, les grandes cultures face à l'incertitude des rendements et des marchés

Cette année, à l'heure où les moissonneuses-batteuses récoltent le résultat d'un an de travail, les incertitudes sont particulièrement grandes pour les producteurs de grandes cultures. L'inconnue porte à la fois sur les rendements, avec des cultures malmenées par la météo, et sur l'impact dans les mois à venir de la crise du Covid-19, loin d'avoir dit son dernier mot.

Parcelle de blé à la moisson (Eure-et-Loir)
Plus encore que d'habitude, prévoir les rendements des céréales est difficile cette année, compte tenu des nombreux aléas climatiques. Et les prix sont eux aussi sous l'influence de facteurs encore très incertains.
© G. Omnès

L’heure de la moisson a sonné. En quelques jours, c’est le travail de toute une saison qui va se matérialiser dans les bennes, avec son lot traditionnel de bonnes surprises et de déceptions. Cette année, l’état d’esprit est tiraillé entre délivrance et appréhension. L’entrée en action des moissonneuses va en effet mettre un terme à une succession de séquences difficiles. Tout au long de leur croissance, les cultures ont été confrontées à une large gamme d’accidents climatiques, de l’excès d’eau au semis à l’échaudage de fin de cycle, en passant par la sécheresse au printemps. Sans parler des pucerons…

L’inquiétude prévaut pour le blé tendre. On peut déjà annoncer sans crainte de se tromper « une grande hétérogénéité selon les situations », antienne éculée qui ne fait que rappeler que la France est une mosaïque de terroirs, de conditions climatiques et de systèmes culturaux. Comme chaque année, il y aura des gagnants et des perdants. La question est de savoir à quel point la note climatique sera salée pour les plus malchanceux.

L’incertitude sur les rendements se double d’immenses inconnues concernant les marchés. La déflagration du Covid-19 va produire un effet de souffle sur toute l’économie mondiale, dont on peine à mesurer l’ampleur. Certes, les Hommes continueront à manger et il faudra donc les nourrir. Mais quelles seront les conséquences sur la consommation de viande ou des aliments qui ne se classent pas parmi les produits de nécessité ? Quid des capacités de financement des pays importateurs, notamment ceux dont l’économie est arrimée au tourisme ou au prix du pétrole ?

Les mois à venir vont s’apparenter à un crash test pour le monde agricole, et le concept désormais fameux de résilience va prendre tout son sens. À l’heure où s’élaborent les contours de la future PAC, il serait temps d’intégrer pleinement cet enjeu dans les politiques européennes. Ou les incantations sur la souveraineté alimentaire du fameux « monde d’après » seront balayées, tels les nuages de poussière qui s’élèvent actuellement de la plaine.

Mais pour l'heure, place à l'action, et bonne moisson à tous !

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Les correspondants sureté de la gendarmerie se déplacent gratuitement et sur demande. © Gendarmerie nationale
Vols en agriculture : « les voleurs sont venus trois fois en six mois »
Les vols de GPS, carburant, phyto sont fréquents. Que faire et ne pas faire, quels moyens mettre en place, comment s’y prendre ?…
Pour Gilles Lenfant, disposer d'un déchaumeur attelé et prêt à partir pendant la moisson est désormais indispensable. © C. Baudart
Incendie à la récolte : « Le mur de flammes avançait rapidement sur une largeur de 100 mètres. »
Agriculteur dans l’Eure, Gilles Lenfant a été confronté au feu à plusieurs reprises à l'été 2019. Son expérience…
La gestion de l'interculture va devenir encore plus cruciale en cas d'interdiction du glyphosate. © J.-C. Gutner
Se passer du glyphosate en interculture, des solutions... et des questions
Le glyphosate sert principalement à gérer les vivaces et les graminées, et à détruire les couverts. Sa fin programmée amène à…
Copyright Gabriel Omnès
La revalorisation des retraites agricoles définitivement adoptée au sénat
La loi revalorisant les retraites agricoles à 85 % du Smic pour une carrière complète d'exploitant a été votée définitivement en…
L'assemblée nationale a voté la revalorisation des retraites agricoles, revendication portée par e député André Chassaigne
L'Assemblée nationale vote la revalorisation des retraites agricoles à 85 % du SMIC
L’Assemblée nationale a adopté en seconde lecture une proposition de loi garantissant une pension minimale de 85 % du SMIC aux…
Une fertilisation au semis ne compense jamais une mauvaise levée. © J.-C. Gutner
Colza : fertiliser au semis avec discernement
Pour favoriser la croissance à l’automne et limiter la nuisibilité des attaques d’insectes aux stades jeunes du colza, fertiliser…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures