Aller au contenu principal

Méthanisation agricole : faire appel aux voisins pour consolider les projets

Le financement participatif séduit de nombreux porteurs de projet. Rapide et simple de mise en oeuvre, c'est un bon moyen de boucler un budget. C'est aussi l'occasion d'ouvrir le projet aux riverains en les intéressant financièrement.

Le financement participatif permet d'associer les riverains aux gains du projet.
Le financement participatif permet d'associer les riverains aux gains du projet.
© C. Baudart

Le financement participatif pour boucler un projet ? C’est une option nouvelle qui se généralise rapidement. Le principe : permettre à des particuliers, des entreprises ou des collectivités locales de financer un projet de méthanisation, via une plateforme de financement et un taux d’intérêt alléchant.

L’intérêt pour les agriculteurs, c’est qu’aux yeux des banques, ces prêts rémunérés sont assimilés à des fonds propres. Ils constituent donc un élément précieux pour atteindre le minimum d’apport requis et accéder à des prêts à long terme.

« Selon les projets, l’apport de Miimosa représente entre 5 et 15 % des financements », précise Stanislas Beguin, responsable Énergie chez Miimosa, leader du financement participatif en agriculture. Ces ratios correspondent à des sommes conséquentes. « Nous finançons des prêts entre 50 000 et deux millions d’euros, avec une collecte moyenne de 325 000 euros. En méthanisation, la plus grosse enveloppe atteint 800 000 euros », illustre Stanislas Beguin.

Autre avantage pour les porteurs de projets : les prêts sont accordés sans garantie, sans cautionnement, sans nantissement et sans ADI. « Nous demandons les mêmes éléments que pour le dossier bancaire et nous étudions les dossiers mais, souvent, on ne verra jamais les porteurs de projet : tout est analysé de manière dématérialisée », précise le responsable. Les prêts, souvent des obligations simples, sont remboursables au plus tard dans les cinq ans. « Cette durée permet à l’agriculteur de passer les trois premières années du projet, qui correspondent à sa phase de construction et de montée en charge », commente Stanislas Beguin.

Au bout des cinq ans, si les porteurs de projet ne parviennent pas à générer la trésorerie nécessaire pour rembourser, ils se voient proposer un étalement des remboursements. La formule présente aussi un intérêt majeur pour le grand public : « C’est une épargne qui offre aux particuliers une rémunération de 4,25 % en diversifiant leur portefeuille tout en finançant des projets locaux », détaille Stanislas Beguin. Pour renforcer l’aspect local de l’investissement, certains projets ne sont proposés qu’aux investisseurs géographiquement proches du projet. Autre point fort de ce schéma : la transparence.
Les citoyens qui investissent ont accès aux données technico-économiques du projet. Miimosa fait office de tiers de confiance. Par contre, ce type d’investissement comporte un risque de perte totale ou partielle du capital investi.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

L'obligation de respecter au moins 4 % de ses surfaces en infrastructures agroécologiques (haies, bandes enherbées, jachères...) est suspendue pour 2023.
La nouvelle PAC validée… et allégée pour 2023
Bruxelles a définitivement validé le plan stratégique national français, dont certaines mesures ne seront pas obligatoires en…
Un zonage va définir, par département, les secteurs pouvant bénéficier d'une dérogation pour être dispensé de semer des couverts SIE en raison de la sécheresse.
Sécheresse/SIE : faut-il ou non semer les couverts ?
Avec la sécheresse qui sévit encore sur une grande partie du territoire, faut-il semer des intercultures pour atteindre les 5 %…
« Pour valoriser les apports organiques, je privilégie les épandages d’automne afin de laisser le temps à la matière organique de se minéraliser », explique Théophile Le tierce.
Agriculture biologique : « La hausse des prix en conventionnel me permet de vendre du blé à 380 €/t en C2 »
Pour Théophile Letierce, agriculteur en conversion bio à Saclay (91), le contexte actuel ne remet pas en cause sa conversion en…
Arnaud Mortier et son fils, ferme de Loeuilly dans la Somme."Je ne fais jamais plus de trois traitements contre les ravageurs à l’automne et je n’ai plus de problème d’insectes au printemps."
Ravageurs colza : « J’utilise un produit de biocontrôle à l’efficacité proche du Boravi WG »
Agriculteur à Tilloy-les-Conty dans la Somme, Arnaud Mortier tente de limiter l'usage d'insecticides contre les ravageurs du…
Un semis à la volée peut être pratiqué avec un semoir adapté sur un déchaumeur.
Semis du blé à la volée : une pratique économe mais des conditions à respecter
Le semis du blé à la volée peut contribuer à optimiser les charges de mécanisation et à gagner du temps. Il convient à tous les…
Contre les larves d'altises, l'utilisation du phosmet pourra être remplacée par celle du cyantraniliprole (Minecto Gold) dans les zones autorisées.
Insecticide contre les altises du colza : un remplaçant au phosmet autorisé
Les producteurs de colza disposeront d’un nouvel insecticide (Minecto Gold) efficace contre les larves d’altises à l’entrée de l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures