Aller au contenu principal

Fertilisation
Merci se dessine un avenir sur le web

Le modèle Merci (1) va faire sa mue dans les deux ans à venir. D’une présentation des données sous forme de tableau Excel, Merci va devenir un outil fonctionnant sur le web.

La méthode Merci sert à mesurer l'azote que l'interculture va restituer à la culture suivante.
© C.Gloria

« Les fonctionnalités vont être améliorées et nous prenons en compte l’évolution des pratiques en matière d’interculture, présente Sébastien Minette, chargé de projet agronomie à la chambre d’agriculture de Nouvelle-Aquitaine. Merci fonctionne surtout pour les couverts laissés sur pied puis enfouis. Or, de plus en plus, des couverts trouvent un intérêt économique direct au travers de leur utilisation comme fourrage ou comme plantes alimentant les méthaniseurs. Ces exportations de biomasse sont à considérer pour les restitutions en N, P et K à la culture suivante. Il en est de même quand un couvert est laissé en surface (mulch) dans le cas d’un semis direct. »

La méthode est utile surtout pour mesurer l’azote qui sera restitué à la culture suivante. Elle donne aussi des informations sur les éléments P et K, ne serait-ce que pour mesurer l’intérêt de faire une impasse en apport de ces éléments. « Avec l’amélioration des connaissances, nous allons ajouter le soufre dans l’évaluation des éléments restitués, ainsi que le magnésium, annonce Sébastien Minette. Pour la mise au point de la future version de Merci, nous avons démarré des tests en novembre et travaillons en partenariat avec Arvalis et l’Inra (UMR Agir). »

Environ 95 % des espèces de couverts dans Merci

La méthode est paramétrée pour pas moins de 54 espèces de couverts végétaux. Et pourtant, il reste encore des espèces à intégrer comme la moutarde d’Abyssinie. Enfin, les calculs de Merci sont basés sur des dates de destruction des couverts entre novembre et février. « La nouvelle version étendra son champ de mesure à des destructions jusqu’à fin mars », signale l’expert de la chambre d’agriculture.

Rappel : Merci se base sur le prélèvement puis la pesée d’échantillons de chaque espèce d’un couvert végétal juste avant leur destruction programmée, en prenant garde qu’il n’y ait pas d’humidité dessus. Une telle mesure prend une demi-heure. En fonction de la durée de croissance, le poids de biomasse verte mesuré est converti en quantité d’azote potentiellement disponible pour la culture suivante. Du Poitou-Charentes où il a fait ses premières gammes, Merci s’étend progressivement à toutes les régions de France.

(1) Voir numéros 280 (mai 2014) page 36, et 259 (juin 2012) page 44 de notre revue

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Baisse de la sole de colza, bouleversement du programme de désherbage maïs, recours aux trichogrammes : Stéphane, Marine et Alain (de gauche à droite) ont modifié en profondeur leurs pratiques pour décrocher la HVE. © G. Omnès
HVE : « Nous avons dû changer nos pratiques en grandes cultures »
Sur la ferme de Pré Levey, le passage à la HVE s’est imposé comme une suite logique à la démarche de baisse des intrants. La…
Contre la jaunisse transmise par des pucerons, les néonicotinoïdes sur semences de betterave constituent la solution de lutte la plus efficace. © G. Omnès
Néonicotinoïdes/betteraves : jusqu’à 15 jours de retard dans la distribution de semences
Avec une parution de l’arrêté sur les néonicotinoïdes le 5 février, le pelliculage des semences avec ces insecticides a démarré…
Chaulage : « j'ai économisé 4000 euros grâce à la mesure de résistivité de mes parcelles »
 Associé du Gaec de la voie lactée, Patrice Lièvre cultive 220 hectares à Vernoux-en-Gatine, dans les Deux-Sèvres. Tous les ans,…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures