Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Fertilisation
Merci se dessine un avenir sur le web

Le modèle Merci (1) va faire sa mue dans les deux ans à venir. D’une présentation des données sous forme de tableau Excel, Merci va devenir un outil fonctionnant sur le web.

La méthode Merci sert à mesurer l'azote que l'interculture va restituer à la culture suivante.
© C.Gloria

« Les fonctionnalités vont être améliorées et nous prenons en compte l’évolution des pratiques en matière d’interculture, présente Sébastien Minette, chargé de projet agronomie à la chambre d’agriculture de Nouvelle-Aquitaine. Merci fonctionne surtout pour les couverts laissés sur pied puis enfouis. Or, de plus en plus, des couverts trouvent un intérêt économique direct au travers de leur utilisation comme fourrage ou comme plantes alimentant les méthaniseurs. Ces exportations de biomasse sont à considérer pour les restitutions en N, P et K à la culture suivante. Il en est de même quand un couvert est laissé en surface (mulch) dans le cas d’un semis direct. »

La méthode est utile surtout pour mesurer l’azote qui sera restitué à la culture suivante. Elle donne aussi des informations sur les éléments P et K, ne serait-ce que pour mesurer l’intérêt de faire une impasse en apport de ces éléments. « Avec l’amélioration des connaissances, nous allons ajouter le soufre dans l’évaluation des éléments restitués, ainsi que le magnésium, annonce Sébastien Minette. Pour la mise au point de la future version de Merci, nous avons démarré des tests en novembre et travaillons en partenariat avec Arvalis et l’Inra (UMR Agir). »

Environ 95 % des espèces de couverts dans Merci

La méthode est paramétrée pour pas moins de 54 espèces de couverts végétaux. Et pourtant, il reste encore des espèces à intégrer comme la moutarde d’Abyssinie. Enfin, les calculs de Merci sont basés sur des dates de destruction des couverts entre novembre et février. « La nouvelle version étendra son champ de mesure à des destructions jusqu’à fin mars », signale l’expert de la chambre d’agriculture.

Rappel : Merci se base sur le prélèvement puis la pesée d’échantillons de chaque espèce d’un couvert végétal juste avant leur destruction programmée, en prenant garde qu’il n’y ait pas d’humidité dessus. Une telle mesure prend une demi-heure. En fonction de la durée de croissance, le poids de biomasse verte mesuré est converti en quantité d’azote potentiellement disponible pour la culture suivante. Du Poitou-Charentes où il a fait ses premières gammes, Merci s’étend progressivement à toutes les régions de France.

(1) Voir numéros 280 (mai 2014) page 36, et 259 (juin 2012) page 44 de notre revue
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Les semis de printemps ne devraient pas être perturbés par le coronavirus, les activités agricoles n'étant pas concernées par les restrictions d'activité. © J.-C.Gutner
Coronavirus : la filière céréalière fait front face à la crise
La filière céréalière s’organise pour ne pas interrompre la chaîne allant de l’appro à la transformation, en passant par la…
Coronavirus : la filière pommes de terre sur le qui-vive
Fini les frites au restaurant : le confinement lié au Covid 19 fait s'effondrer la demande de pommes de terre pour l'industrie,…
En 2019, la gendarmerie a relevé 1776 dégradations sur les exploitations agricoles. © Julie Pertriaux
Vols et dégradations : le travail des gendarmes fait des vagues
Le dispositif Demeter, créé pour lutter contre les violences visant le monde agricole, suscite l’émoi des opposants au modèle…
La tension sur les camions du fait de la cessation d'activité des transporteurs, faute de rentabilité, ou du droit de retrait des chauffeurs, est l'une des principales craintes de la filière. © J.-C. Gutner
Coronavirus : la logistique, maillon fragile de la filière céréalière
Jusqu’ici, la filière céréalière tient bon, mais des craintes émergent sur la pérennité des transports par camion et par train.
La CNDSF craint des pressions pour imposer les semences certifiées en HVE. © Cap Semences
La CNDSF refuse le "tout semences certifiées" dans les filières de qualité
Pour les défenseur de la semence de ferme, les filières de qualité et la certification environnementale ne doivent pas imposer la…
Quel impact du gel printanier sur les colzas et céréales ?
Après un hiver humide avec des températures printanières, le printemps commence avec un vent d’est hivernal. Les cultures sont à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures