Aller au contenu principal

Mention de la teneur en protéine : passage obligé des contrats en blé

L’interprofession a adopté un accord imposant la mention systématique de la teneur en protéine dans les contrats d’achats de blé. Il vise à stopper la baisse du taux moyen de la récolte française.

Véritable mutation des relations au sein de la filière ou rideau de fumée ? Le 3 décembre, l’interprofession a adopté un accord imposant la mention systématique de la teneur en protéines dans les contrats d’achat de blé et sur les factures remises au producteur par le collecteur. Cette mesure s’inscrit dans un plan d’action visant à inverser la tendance à la baisse enregistrée depuis plusieurs années par la teneur en protéines moyenne du blé français.
Ce plan comporte également un volet sur l’innovation variétale et un autre sur la promotion de pratiques agronomiques adaptées.
Alors que le taux moyen en protéines du blé en France était de 11,2 % en 2013, l’interprofession souhaite « qu’une part majoritaire de la production française atteigne ou dépasse le taux de 11,5 % ». Une poursuite de cette érosion fragiliserait la filière française à l’export, prise en tenaille entre des exigences croissantes de la part des acheteurs et la montée en gamme des origines concurrentes.
L’an dernier, pour la première fois, le blé ukrainien avait été largement sollicité par les meuniers marocains, qui ne se sont tournés vers les blés français qu’une fois cette source tarie.


Un impact sur les prix ?


Reste à savoir comment se déclinera concrètement cet accord, et s’il aura un impact sur la formation des prix.
Côté amont, les collecteurs pourraient généraliser l’application de grilles tarifaires basées sur la teneur en protéines pour la rémunération de l’agriculteur. Côté aval, les défenseurs de l’accord estiment qu’il mettra fin à l’ambiguïté concernant le blé livré au port public de Rouen : le contrat standard passé entre le livreur et l’exportateur ne spécifie pas de teneur en protéines, alors que ce critère est présent dans les cahiers des charges des clients sur pays tiers.
Si le taux de protéines du tas de blé français baisse excessivement, le système de mutualisation, de tri et d’alottement ne permettra pas au silo portuaire de constituer des lots répondant aux exigences des acheteurs.
Les acteurs de la filière ont accueilli favorablement ce « signal », mais nombre d’entre eux pronostiquent une portée purement symbolique. « Cela donne une dimension officielle à la protéine mais, concrètement, cet accord ne changera pas grand-chose, explique un expert de l’export. La négociation entre acheteurs et vendeurs prend déjà en compte le fait que la teneur moyenne en protéines de l’année est bonne ou non. »
Pour revêtir un caractère obligatoire, l’accord interprofessionnel doit désormais être étendu par le ministère de l’Agriculture, avec l’aval de Bercy.

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Baisse de la sole de colza, bouleversement du programme de désherbage maïs, recours aux trichogrammes : Stéphane, Marine et Alain (de gauche à droite) ont modifié en profondeur leurs pratiques pour décrocher la HVE. © G. Omnès
HVE : « Nous avons dû changer nos pratiques en grandes cultures »
Sur la ferme de Pré Levey, le passage à la HVE s’est imposé comme une suite logique à la démarche de baisse des intrants. La…
Contre la jaunisse transmise par des pucerons, les néonicotinoïdes sur semences de betterave constituent la solution de lutte la plus efficace. © G. Omnès
Néonicotinoïdes/betteraves : jusqu’à 15 jours de retard dans la distribution de semences
Avec une parution de l’arrêté sur les néonicotinoïdes le 5 février, le pelliculage des semences avec ces insecticides a démarré…
Chaulage : « j'ai économisé 4000 euros grâce à la mesure de résistivité de mes parcelles »
 Associé du Gaec de la voie lactée, Patrice Lièvre cultive 220 hectares à Vernoux-en-Gatine, dans les Deux-Sèvres. Tous les ans,…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures