Aller au contenu principal

Mention de la teneur en protéine : passage obligé des contrats en blé

L’interprofession a adopté un accord imposant la mention systématique de la teneur en protéine dans les contrats d’achats de blé. Il vise à stopper la baisse du taux moyen de la récolte française.

Véritable mutation des relations au sein de la filière ou rideau de fumée ? Le 3 décembre, l’interprofession a adopté un accord imposant la mention systématique de la teneur en protéines dans les contrats d’achat de blé et sur les factures remises au producteur par le collecteur. Cette mesure s’inscrit dans un plan d’action visant à inverser la tendance à la baisse enregistrée depuis plusieurs années par la teneur en protéines moyenne du blé français.
Ce plan comporte également un volet sur l’innovation variétale et un autre sur la promotion de pratiques agronomiques adaptées.
Alors que le taux moyen en protéines du blé en France était de 11,2 % en 2013, l’interprofession souhaite « qu’une part majoritaire de la production française atteigne ou dépasse le taux de 11,5 % ». Une poursuite de cette érosion fragiliserait la filière française à l’export, prise en tenaille entre des exigences croissantes de la part des acheteurs et la montée en gamme des origines concurrentes.
L’an dernier, pour la première fois, le blé ukrainien avait été largement sollicité par les meuniers marocains, qui ne se sont tournés vers les blés français qu’une fois cette source tarie.


Un impact sur les prix ?


Reste à savoir comment se déclinera concrètement cet accord, et s’il aura un impact sur la formation des prix.
Côté amont, les collecteurs pourraient généraliser l’application de grilles tarifaires basées sur la teneur en protéines pour la rémunération de l’agriculteur. Côté aval, les défenseurs de l’accord estiment qu’il mettra fin à l’ambiguïté concernant le blé livré au port public de Rouen : le contrat standard passé entre le livreur et l’exportateur ne spécifie pas de teneur en protéines, alors que ce critère est présent dans les cahiers des charges des clients sur pays tiers.
Si le taux de protéines du tas de blé français baisse excessivement, le système de mutualisation, de tri et d’alottement ne permettra pas au silo portuaire de constituer des lots répondant aux exigences des acheteurs.
Les acteurs de la filière ont accueilli favorablement ce « signal », mais nombre d’entre eux pronostiquent une portée purement symbolique. « Cela donne une dimension officielle à la protéine mais, concrètement, cet accord ne changera pas grand-chose, explique un expert de l’export. La négociation entre acheteurs et vendeurs prend déjà en compte le fait que la teneur moyenne en protéines de l’année est bonne ou non. »
Pour revêtir un caractère obligatoire, l’accord interprofessionnel doit désormais être étendu par le ministère de l’Agriculture, avec l’aval de Bercy.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
Terres agricoles : l'indice des fermages 2020 est publié
Le nouvel indice du fermage est connu. En légère hausse de 0,55 %, il est de 105,33. Ce chiffre permet de déterminer le montant…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures