Aller au contenu principal

Maudit glyphosate

Au grand dam des associations environnementalistes, le glyphosate n’est pas mentionné en tant que tel dans le projet de loi agriculture et alimentation issu des États généraux de l’alimentation. Mais le « plan de sortie » du glyphosate annoncé le 22 juin par le gouvernement doit y pallier.

Une cartographie des données d'achat et de vente de glyphosate est prévue d'ici la fin de l'année.
© S.Leitenberger

Auditionnés le 8 novembre dans le cadre de la mission d’information commune de l’Assemblée nationale sur le sujet, les ministres de l’Agriculture et de l’Environnement ont précisé les modalités évoquées une première fois en juin concernant le plan de sortie du glyphosate. Le « centre de ressources » chargé de regrouper toutes les solutions existantes pour se passer de l’herbicide sera mis à disposition de la profession d’ici la fin 2018. De même pour la « cartographie des données d’achat et de vente de glyphosate », qui sera rendue publique dans la même échéance, avec une mise à disposition des données sources. Les ministres ont également confirmé que les nouvelles autorisations de mise en marché délivrées pour les produits à base de glyphosate n’iront pas au-delà du 31 décembre 2020. Le plan de sortie va être coordonné au niveau interministériel par le préfet Pierre-Etienne Bisch, notamment président du comité de rénovation des normes en agriculture. Ces travaux seront menés sous étroite surveillance de la mission d’information de l’assemblée. Le travail « au long cours » de la mission, ainsi qu’elle l’explique, doit se clôturer par la sortie du glyphosate au 1er juillet 2021, conformément au souhait d’Emmanuel Macron. Deux députés LREM en sont les rapporteurs, Jean-Luc Fugit (Rhône) et Jean-Baptiste Moreau (Creuse).

L’Allemagne prépare elle aussi un plan

Le gouvernement français n’est pas le seul à durcir les règles d’utilisation du glyphosate. L’Allemagne, qui a voté l’an passé en faveur du renouvellement de l’autorisation de l’herbicide pour cinq ans, commence à préparer son plan de sortie. C’est ce qu’a annoncé le 6 novembre la ministre allemande de l’Environnement, Svenja Schulze. Déjà interdit dans les parcs et jardins, le produit serait également prohibé dans les zones écologiquement sensibles, à proximité des points d’eau. Plus globalement, la ministre envisage un renforcement de la procédure d’autorisation des phytos. La mise en place d’une « zone de diversité » serait par exemple imposée aux agriculteurs utilisant des phytos à partir du 1er janvier 2020.

Écophyto renforcé
Réduire l’utilisation des phytos est décidément au cœur des préoccupations du gouvernement. Ainsi, la loi agriculture et alimentation fait entrer dans les missions des chambres d’agriculture la promotion de la réduction des phytos. C’est nouveau. De son côté, le PLF pérennise à 41 millions d'euros par an le financement du plan Écophyto par les agences de l’eau. Pour l’instant, il n'était garanti que jusqu’en 2018.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Plafonnement des rendements du blé du fait des hautes températures et difficulté d'implantation des colzas font partie des signes avant-coureur du changement climatique. © G. Omnès
Changement climatique : ce que les grandes cultures devront affronter ces 30 prochaines années
D’ici à 2050, les cultures subiront des conditions plus chaudes et plus sèches au printemps et en été, accroissant le risque d’…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures