Aller au contenu principal

Biotechnologies
Malaise dans la recherche OGM en France

Sur fond de polémique et de destructions d´essais, la recherche OGM bat de l´aile en France avec une démotivation des chercheurs.


La France prend du retard sur la recherche en biotechnologies. Pas tant sur la recherche fondamentale que sur les applications. « Avec la pression anti-OGM, les chercheurs finissent par s´autocensurer. Ils n´abandonnent pas les recherches mais ils les concentrent sur des plantes modèles comme Arabidopsis, observe Alain Toppan, directeur de recherches à Biogemma. Après, il leur est rendu difficile de tester des applications sur des plantes cultivées. » Yves Chupeau, directeur de recherches en biologie cellulaire à l´Inra de Versailles, confirme ce point de vue : « On se bloque sur un certain niveau d´expérimentation (in vitro, en serre). Cela rétrécit l´éventail des centres d´intérêt. On ne peut pas ignorer les expérimentations au champ sous peine de passer à côté d´indications essentielles. »
Démotivation et démobilisation.
Les conséquences en terme de démotivation et de démobilisation sont importantes. « Nous avons eu un essai (à Marsat) qui a été détruit sur lequel deux personnes travaillaient à temps plein. On peut difficilement délocaliser des essais sur des terrains au contexte agro-climatique différent de celui en France, note Alain Toppan. Il remarque en outre que de moins en moins d´étudiants s´intéressent aux disciplines de la biologie. »
Le groupe « agriculteurs et chercheurs volontaires » a été créé pour défendre la recherche OGM. Plusieurs centaines de producteurs et de chercheurs sont passés à l´action pour défendre un essai dans le Puy-de-Dôme le 30 septembre contre les anti-OGM. La destruction de cet essai a été évitée. L´opinion publique semble donner raison à cette initiative puisque, selon un sondage CSA réalisé le 14 et 15 septembre(1), 74 % des citoyens français interrogés (mille personnes) désapprouvent les destructions d´essais. Malgré tout, d´autres parcelles ont encore été saccagées parmi lesquelles une expérimentation d´Arvalis-Institut du végétal, début octobre dans la plaine de Dijon. Consternation dans les rangs des chercheurs.

(1) Enquête commandée par les professionnels des semences et de la protection des plantes (CFS, Gnis, UIPP).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures