Aller au contenu principal
Font Size

Colza
L’OROBANCHE POURSUIT SA PROGRESSION

De nombreuses communes en Poitou-Charentes signalent la présence d’orobanches sur les colzas. Le Cetiom a dressé une liste des sensibilités variétales.

«En 2007, nous avons répertorié 288 communes touchées par l’orobanche sur colza en Poitou- Charentes et dans des départements limitrophes. En 2006, la plante adventice avait été signalée sur 170 communes. Nous assistons à une extension de ce parasite », affirme Jean- Pierre Palleau, même si l’ingénieur du Cetiom reconnaît que la progression des chiffres entre les deux années vient aussi des efforts de sensibilisation en 2007 sur la reconnaissance de cette plante. L’orobanche rameuse (Phelipaea ramosa) parasite littéralement ses victimes : colza, chanvre, tabac, melon et certaines adventices. Par le biais d’un suçoir qui se fixe sur les racines de la plante hôte, elle pompe les éléments nutritifs nécessaires à sa croissance. La plante est dépourvue de chlorophylle. Au début de son développement, il n’est pas facile de la détecter. On remarquera indirectement sa présence par un défaut de croissance du colza (manque de vigueur, nanisme, chlorose).

AU NIVEAU DES RACINES
En arrachant les pieds chétifs de colza, on peut vérifier si ceux-ci sont parasités ou non au niveau des racines. L’orobanche émet des tiges à partir de son point de fixation. Au printemps, les tiges émergent du sol. Elles ont l’apparence de pousses d’asperges. La plante fleurit en même temps que le colza, avec de jolies fleurs bleues violacées. Depuis deux campagnes, le Cetiom met en place des essais variétaux visant à hiérarchiser le comportement de chaque variété face à l’infestation enorobanches. Certaines variétés sont classées comme « ayant un très bon comportement », comme Shakira,Aviso,Grizzly, Campala…

PLUS DE DIX ANS DANS LE SOL
« Cela ne signifie pas que ces variétés sont résistantes à l’orobanche, tient à préciser Jean- Pierre Palleau, car des orobanches restent malgré tout en petite quantité dans les parcelles de ces variétés. » Les variétés classées sensibles composent une liste nettement plus longue.Existe-t-il des moyens directs de se débarrasser des orobanches ? Très difficile. La plante ne manque pas de ressources. Elle produit de 100 000 à 1 million de graines par pied! Et ces graines peuvent se conserver plus de dix ans dans le sol. Les labours profonds, l’allongement des rotations, des semis différés à début septembre, le nettoyage des outils à la sortie des parcelles, le désherbage soigné… sont autant de moyens de défavoriser le développement de l’orobanche.

UNE HERBICIDE TOTAL
Des plantes cultivées en interculture peuvent faire office de faux hôtes en provoquant la germination des graines d’orobanches sans que celles-ci puissent se développer au-delà. La moutarde des champs est un bon candidat à ce type d’interculture qui a pour effet de réduire le stock grainier de l’orobanche. Il n’existe pas de produit chimique permettant de détruire efficacement la plante sans porter atteinte au colza. En présence d’orobanche et avant floraison, ne pas hésiter à arracher les plants ou détruire les foyers touchés avec un herbicide total de type Round-up. L’orobanche ne doit pas passer. !
Christian Gloria

Des fiches sur l’orobanche sont téléchargeables sur le site www.cetiom.fr

PROPAGATION
Transmettez vos observations
Entre 40 000 et 60 000 hectares de colza ont été touchés par l’orobanche en 2007. Le Poitou-Charentes est particulièrement concerné mais également des départements voisins comme la Vendée, le sud du Maine-et-Loire, le nord de la Dordogne ou encore le Tarn-et-Garonne, le Gers… Dans l’Aube et la Haute- Saône, la plante parasite également le chanvre. De façon à faire progresser la connaissance de la propagation de l’espèce, toute observation d’orobanche en culture peut être transmise à votre technicien ou directement à Jean-Pierre Palleau, Cetiom, 0546073829 (palleau@cetiom.fr).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte dans le nord de l'Eure-et-Loir. Le rendement national moyen de blé tendre est estimé à 6,83 t/ha par le cabinet Agritel, en baisse de près de 8 % par rapport à la moyenne olympique. © G. Omnès
Moisson 2020 : une récolte de blé française sous les 30 millions de tonnes
Les spécialistes du marché des céréales continuent de réviser leurs chiffres de récolte de blé tendre à la baisse. La production…
La collecte chute de 20 % en blé tendre et en orge d'hiver par rapport à la moyenne décennale à la coopérative Ile-de-France Sud. © Gutner archives
Moisson 2020 : le grand écart du rendement en Ile-de-France comme ailleurs
La récolte des orges d’hiver, colza et blé tendre a rendu son verdict en Ile-de-France : des résultats très hétérogènes avec…
Pour la CGB, la propagation du virus de la jaunisse ampute la production française de sucre de 600 000 à 800 000 tonnes. © CGB
Crise de la betterave: les élus régionaux montent au créneau
L’impact de l’épidémie de jaunisse sur betterave s’amplifie devant l’absence de solution technique autorisée. Les Régions…
Nouveau silo de Biocer dans l'Eure. Avec une collecte qui double tous les cinq ans, les organismes économiques doivent adapter leur infrastructure de stockage et de tri. © Biocer
Agriculture biologique : les céréales bio face au défi de la massification
La dynamique de croissance forte et régulière enclenchée depuis trois ans pour les céréales bio confronte la filière à de…
Moisson de blé en Eure-et-Loir
Moisson 2020 : des rendements dans le rouge pour une année noire en grandes cultures
Très mauvaise donne cette année pour les grandes cultures en France, avec une baisse généralisée des productions. Les céréales d’…
Aymeric et Margot Ferté, Gilles Lancelin, Romaric Paucellier : trois expériences du bio en grandes cultures. © DR/C. Baudart
Bio en grandes cultures : la nouvelle génération de convertis bouge les lignes
Une exploitation de grandes cultures qui passe en bio ? C’est désormais banal. Partout, des conversions s’engagent, souvent par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures