Aller au contenu principal

L’interdiction des engrais uréiques possible

Les projets d’arrêté et de décret sur le Prepa, plan national de réduction des émissions de polluants atmosphériques, ont fait l’objet d’une consultation publique. Y figure entre autres l’interdiction de l’urée. Réactions.

Les pendillards seront obligatoires à compter de 2019-2020 pour l’épandage d’effluents d’élevage ou, à défaut, pour toute technique permettant de les enfouir, selon le projet d’arrêté.
© G. Coisel

La consultation publique(1) sur les projets d’arrêté et de décret relatifs au plan national de réduction des émissions de polluants atmosphériques (Prepa) a fait l’objet d’une levée de bouclier de la part d’organisations agricoles, en premier lieu de l’AGPM (producteurs de maïs). En cause, la mention dans l’arrêté « d’interdire à partir de la campagne culturale 2019-2020 l’utilisation de l’urée », selon certaines conditions. L’objectif du plan est entre autres de réduire la volatilisation de l’ammoniac provenant de fertilisants minéraux ou d’effluents d’élevage. « Alors que la profession propose une approche constructive et coordonnée basée sur l’adoption de bonnes pratiques (enfouissement de l’urée…) et sur l’innovation (emploi d’inhibiteurs d’uréases…), le gouvernement a fait le choix d’interdire l’urée, une mesure très impactante pour les producteurs de maïs qui générerait un surcoût insupportable pour notre filière », dénonce sans détour l’AGPM.

Taxation des engrais selon leur niveau de volatilisation

Le ministère de l’Environnement a recueilli les contributions des différentes parties concernées par le Prepa et les a publiées dans un document paru le 11 mai. Le sujet de l’interdiction de l’urée a fait couler beaucoup d’encre. Il est également question dans l’arrêté de taxer l’urée, plus précisément les « engrais azotés en fonction de leur potentiel de volatilisation ». « La quasi-totalité des commentaires insistent sur le fort impact économique de cette taxation », rapporte le ministère. Sur le matériel d’épandage, plusieurs contributeurs s’opposent à toute interdiction des buses palettes et à l’obligation d’utiliser des pendillards, mesures figurant dans l’arrêté.

Un chapitre de l’arrêté concerne les produits phytopharmaceutiques et leur présence dans l’air. Il se résume à proposer des suivis et études de ce type de pollution. Il prévoit ainsi la mise en œuvre « de modalités d’une surveillance pérenne avec un financement issu de la fiscalité sur les ventes de pesticides ». Les organisations agricoles(2) souhaitent, le cas échéant, un financement plutôt par la phytopharmacovigilance. Elles sont opposées à toute augmentation de la fiscalité sur les ventes de phytos.

(1) www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/synthese_des_observations_du_public_prepa.pdf(2) APCA, FNSEA et Coop de France.

Les plus lus

Tour de vis Covid : le télétravail systématique étendu à l’agriculture
Protéger le monde agricole de la pandémie en pleine progression dans les territoires : c'est l'objectif visé par le gouvernement…
Des betteraves en début de levée sont  vulnérables au gel. © C. Gloria
Météo : gel à risque en vue pour les colzas et les betteraves
L’an passé avait connu un épisode de froid intense à la fin mars qui avait eu un impact sur les cultures, notamment sur les…
Au stade cotylédon, le gel se traduit par un noircissement qui se généralise et détruit le pied de betterave. © F. Franzetti
Gel : betteraves, céréales, colzas... quelles conséquences pour les cultures ?
Outre des dégâts spectaculaires en vigne et en arboriculture, le gel a aussi été destructeur pour les grandes cultures, à…
Gel/betteraves : Cristal Union fournira gratuitement les semences des ressemis pour préserver les surfaces
Le groupe coopératif Cristal Union fournira gratuitement les semences pour ressemer les parcelles de betteraves détruites par le…
Le comportement du blé OGM tolérant à la sécheresse dans les conditions très difficiles de 2020 a convaincu Guillermo Irastorza d'accroître sa surface en 2021. © G. Irastorza
« J’ai cultivé du blé OGM résistant à la sécheresse », G. Irastorza, agriculteur argentin
Guillermo Irastorza, producteur argentin, a participé en 2020 aux essais plein air à grande échelle du blé OGM HB4 récemment…
La nouvelle convention collective implique d'échanger avec son salarié sur son poste et ses compétences. © C. Baudart
Employeurs : ce que change la nouvelle convention collective pour les agriculteurs
Les producteurs de grandes cultures qui emploient un ou plusieurs salariés doivent appliquer la nouvelle Convention collective…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures