Aller au contenu principal

Tournesol
L’huile de tournesol a mené la danse

En trituration, le tournesol a cédé du terrain au colza faute d'un approvisionnement suffisant.

Sur un an, l’huile de tournesol affiche une progression de 700 dollars la tonne à plus de 1500 dollars la tonne, fob Rotterdam, sous l’effet d’une relative pénurie. Conséquence, « les utilisations d’huile de colza en industrie agroalimentaire ont bondi », constate Aurore Le Chatelier d’In Vivo. Cette année, le tournesol s’est raréfié du fait de la conjonction de faibles productions de graines dans l’Union européenne et dans la CEI. « La Roumanie et la Bulgarie ont de très mauvaises récoltes. Elles représentaient la moitié des importations communautaires avant leur entrée dansdisponibilités pour compenser ces volumes manquants », poursuit l’analyste.

DEMANDE INCOMPRESSIBLE

En trituration, le tournesol a cédé du terrain au colza essentiellement faute d’un approvisionnement suffisant en graines. Mais il existe une demande relativement incompressible, donc non substituable, pour cette huile toujours favorite des tables européennes. Même si les marges de trituration se dégradent avec le renchérissement des graines, « on continue à en triturer un minimum pour réponde à cette demande ». D’où la flambée des graines dans le sillage de l’huile. Les fondamentaux en tournesol apparaissent cependant moins structurels qu’en colza. C’est un marché plus étroit connaissant un défaut d’offre conjoncturel. « Si le colza reste cher, le tournesol ne sera pas décoté mais c’est un marché où la situation peut changer rapidement », considère Aurore Le Chatelier

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
Terres agricoles : l'indice des fermages 2020 est publié
Le nouvel indice du fermage est connu. En légère hausse de 0,55 %, il est de 105,33. Ce chiffre permet de déterminer le montant…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures