Aller au contenu principal

Agriculture française
Les zones périurbaines produisent la moitié du blé français

En France, les exploitations périurbaines occupent un tiers du territoire et représentent 44 % des exploitations. Le périurbain est la partie du territoire où routes et habitations se développent le plus vite. Cependant, ce phénomène empiète peu le potentiel agricole de ces zones.


Si l´agriculture urbaine reste spécialisée dans le maraîchage et recule rapidement, celle du périurbain résisterait plutôt bien en n´ayant abandonné que 3 % de ses surfaces en douze ans. C´est ce que révèle une étude publiée par Agreste en décembre 2002. En France, les exploitations périurbaines, au nombre de 231 000, occupent un tiers du territoire et représentent 44 % du nombre total des exploitations. Un quart d´entre-elles sont véritablement à la périphérie des villes tandis que les autres sont en milieu rural.

Des sols agricoles périurbains de qualité
« Situé entre ville et campagne, le périurbain est la partie du territoire où routes et habitations se développent le plus vite, expliquent les auteurs. Les superficies de ces sols, dits artificialisés, ont progressé de 14 % entre 1992 et 2001. » Néanmoins, selon cette étude, ce développement n´a que peu empiété sur le potentiel agricole de ces zones. « Ce maintien relatif de l´agriculture périurbaine provient de ce que les routes, parkings et diverses constructions n´y couvrent pas un hectare sur dix ». Il s´expliquerait également par la qualité des sols agricoles. Concernant très majoritairement le bassin parisien, le périurbain coïncide avec des zones céréalières à forts rendements. Si bien que plus de la moitié du blé en France est cultivé en zones urbaines et périurbaines. Dans les zones périurbaines, la population agricole travaille davantage à l´extérieur des exploitations. Pour 32 % de ces ménages, l´exploitant, ou son conjoint, exerce une activité non agricole. Leur formation est plus poussée et leurs enfants accèdent plus facilement à l´enseignement supérieur, confirme cette étude statistique.

Les plus lus

Les exploitations laitières et ovines/caprines verraient leurs aides directes (paiements directs et ICHN) augmenter en moyenne de 2 % sur la période à venir, contre -3 à 4 % pour les bovins allaitants, et une stabilité en grandes cultures et polyculture-élevage. © S. Leitenberger
Réforme de la PAC : grandes cultures, élevage, zones intermédiaires... qui sont les gagnants et les perdants ?
Le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie a présenté le 21 mai les premiers arbitrages du plan stratégique national, qui…
betteraves bio dans une usine Cristal Union
Cristal Union annonce un prix de la betterave « à 30 €/t dans les toutes prochaines années »
Arguant des effets positifs de la restructuration accomplie au sein du groupe et de la fermeté du marché mondial du sucre, le…
En bio, passée juste avant la moisson, l’écimeuse (ici, la Selac de Bionalan) évite de récolter de la matière verte qui pénalise la conservation et la pureté, impliquant des efforts de triage importants. © Bionalan
Désherbage : l’écimage, solution de secours contre les adventices
Le recours à l’écimeuse se développe, y compris en conventionnel. Certains modèles offrent une grande marge de manœuvre pour…
Avec ce coup de chaud, les parcelles superficielles risquent de décrocher. Les parcelles profondes ou irriguées peuvent passer le cap sans trop de dégâts.
Coup de chaud sur les blés : faut-il craindre une chute de rendement ?
Les jours à venir s’annoncent très chauds. Par endroits, la pluviométrie de mai est déjà consommée par les plantes et le risque…
discussion trilogue
PAC : les négociations entre eurodéputés et ministres achoppent sur les mesures environnementales
Au bout de trois jours de trilogue, les négociations entre la Commission européenne, le Parlement européen et les ministres se…
Michel et Nicolas Dostes, agriculteurs à Astaffort (47)  -   "Avec des colzas développés suffisamment tôt grâce au semis direct et précoce, aucun insecticide n'a été employé l'automne dernier." © Gaec Dostes
Colza : « Ma stratégie permet d’économiser 50 à 70 euros/hectare d’insecticides »
A Astaffort dans le Lot-et-Garonne, Nicolas Dostes est passé au semis direct et à une implantation précoce du colza. La pression…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures