Aller au contenu principal

Les ventes de matériel orientées à la baisse

À l’occasion de sa biennale, Axema, l'Union des industriels des agroéquipements, a livré ses derniers chiffres sur le bilan du marché français des agroéquipements en 2014 et son estimation pour l’année 2015. Après deux années exceptionnelles, les ventes de matériels ont reculé de 14,7 % en 2014 pour s’établir à 5,6 milliards d’euros. Les importations ont subi quasiment le même recul (-13,7 %), tandis que la production française d’agroéquipements (4,7 milliards d’euros) a atténué sa chute (-7 %) en profitant d’un niveau stable d'exportations (3 milliards d’euros).

Dans le détail, les ventes de tracteurs ont été fortement pénalisées pour retomber à 28 905 immatriculations, en recul de 24,7 %. Le marché des moissonneuses-batteuses se tasse de 7,5 % avec 2 284 unités. Une exception : les ventes de pulvérisateurs automoteurs continuent de croître pour atteindre les 483 unités (+9,5 %).

Une nouvelle diminution prévue pour 2015

Pour 2015, les récents résultats du baromètre européen Cema(1) ne préfigurent pas d’embellie. Ils corroborent la prévision d’Axema qui envisage une nouvelle baisse de 11 % du marché français. Ce dernier tomberait ainsi à 5 milliards d’euros, niveau toutefois supérieur à celui de 2010. Le secteur des agroéquipements reste dynamique, toujours pourvoyeur d’emplois, ce qui contraste avec la désindustrialisation du pays. Principale inquiétude, 80 % des fabricants français réalisent moins de 30 millions d’euros de chiffres d’affaires. Ils ont vu leur marge se réduire très nettement ces dernières années, contrairement aux plus grandes entreprises présentes à l’export.

 

(1) Union européenne des industriels de la machine agricole.

Les plus lus

Les exploitations laitières et ovines/caprines verraient leurs aides directes (paiements directs et ICHN) augmenter en moyenne de 2 % sur la période à venir, contre -3 à 4 % pour les bovins allaitants, et une stabilité en grandes cultures et polyculture-élevage. © S. Leitenberger
Réforme de la PAC : grandes cultures, élevage, zones intermédiaires... qui sont les gagnants et les perdants ?
Le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie a présenté le 21 mai les premiers arbitrages du plan stratégique national, qui…
En non-labour, la dose maximale autorisée de glyphosate (360 gma) passe à 3 litres/ha/an © C. Baudart
Le crédit d’impôt glyphosate de 2 500 € est opérationnel
La Commission européenne vient d’accepter le crédit d’impôt glyphosate de 2 500 euros, inscrit dans la loi de finances pour 2021…
betteraves bio dans une usine Cristal Union
Cristal Union annonce un prix de la betterave « à 30 €/t dans les toutes prochaines années »
Arguant des effets positifs de la restructuration accomplie au sein du groupe et de la fermeté du marché mondial du sucre, le…
En bio, passée juste avant la moisson, l’écimeuse (ici, la Selac de Bionalan) évite de récolter de la matière verte qui pénalise la conservation et la pureté, impliquant des efforts de triage importants. © Bionalan
Désherbage : l’écimage, solution de secours contre les adventices
Le recours à l’écimeuse se développe, y compris en conventionnel. Certains modèles offrent une grande marge de manœuvre pour…
Achats de matériel agricole : « J’autofinance au maximum mes investissements »
Fabien Varoquier exploite 200 hectares à Dommartin-sous-Hans dans la Marne. Pour diminuer ses charges de mécanisation et les…
L'adaptation des dispositifs actuels est indispensable pour faire face à la multiplication des aléas climatiques, à commencer par la sécheresse, estime le député Frédéric Descrozaille. © G. Omnès
Assurance récolte : comment le rapport Descrozaille veut sauver la multirisque climatique
Face au changement climatique, le rapport du député Descrozaille propose la réarticulation de l’intervention de l’État et de l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures