Aller au contenu principal

Le marché en machinisme
Les ventes de matériel ont continué de grimper en 2011

Les ventes de matériel agricoles sont reparties à la hausse cette année. Toutefois, les fortes fluctuations que subit le secteur appellent à la prudence.

La reprise du marché français des agroéquipements amorcée fin 2010 s’est vérifiée cette année. Le marché a atteint 2,32 milliards d’euros au premier semestre 2011, soit une hausse de 38,6 % par rapport au premier semestre 2010. Cette croissance se traduit par une augmentation conjointe de la production (+ 40,4 % à 1,96 milliard d’euros) et des importations (+ 21,6 % à 1,80 milliard d’euros).

CLIMAT D’INCERTITUDE

La reprise de l’industrie française s’illustre par une hausse importante de la fabrication des tracteurs (+ 46 %) sur le premier semestre 2011. Après une nette progression en tout début d’année, les conditions climatiques du printemps sont venues perturber la dynamique des marchés avec un gel des activités sur les mois d’avril et de juin. Toutefois, les bonnes récoltes ont encouragé la poursuite des investissements. Confortés par un moral au beau fixe dans les régions de grandes cultures et laitières notamment, les acteurs de la filière tablent sur une stabilité, voire une légère hausse des marchés d’ici la fin d’année, leur permettant d’espérer un chiffre d’affaires total de 4,2 milliards d’euros sur l’année 2011. Le manque de fourrage et le prix de l’alimentation du bétail laissent cependant certaines zones d’élevage en situation difficile. Malgré un réel optimisme de la filière, la situation de crise financière plonge la profession dans un climat d’incertitude.

GESTION DES STOCKS

Du côté de la distribution, les concessionnaires envisagent une trésorerie stable d’ici fin 2011. Seuls ceux des régions d’élevage craignent le contraire. Par ailleurs, 27 % des concessions estiment que leur stock en matériel neuf sera moins important qu’en 2010 à la même époque. Cela s’explique en partie par le manque de visibilité, la mise en place de la loi de modernisation de l’économie (LME) et des commandes de plus en plus spécifiques pour chaque client, ce qui n’est pas sans incidence sur les délais de livraison.

LE MARCHÉ EN DÉTAIL

Les immatriculations de tracteurs standards augmentent de 28 % sur les huit premiers mois de l’année avec 15 606 unités contre 12196 en 2010. D’après les prévisions, le marché atteindrait 26 500 unités pour l’année 2011.

Les ventes de moissonneusesbatteuses s’élèvent à 2 008 machines pour la campagne 2010-2011 qui s’est achevée le 31 août dernier, ce qui correspond à une augmentation de 22,7 %. La proportion de non conventionnelles et de machines à secoueurs reste stables. Les prévisions pour 2011-2012 sont très prudentes avec un maintien des ventes.

Le marché des matériels d’implantation et d’entretien des cultures a augmenté de 20 à 50%, par rapport à 2010, selon les catégories (travail du sol, semis et fertilisation). Pour 2012, une progression de 10 à 15% est envisagée. Quant à la pulvérisation, après un début d’année sans visibilité, les ventes ont bien démarré jusqu’à ce qu’arrive la sécheresse pour attaquer l’automne.

Le marché des presses à balles carrées passe de 261 machines pour la campagne 2009-2010 à 392 pour 2010-2011. Celui des presses à balles rondes augmente lui aussi et comptabilise 3650 machines contre 2937 précédemment. D’après les prévisions, seul le secteur des presses à balles rondes devrait progresser, celui des presses à balles carrées subissant un léger recul.

Les ventes de remorques monocoques atteignent 4200 unités sur le premier semestre, soit 1,5% de hausse comparativement à 2010. Concernant les épandeurs organiques, une régression de 0,6 % est constatée sur le premier semestre.

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Baisse de la sole de colza, bouleversement du programme de désherbage maïs, recours aux trichogrammes : Stéphane, Marine et Alain (de gauche à droite) ont modifié en profondeur leurs pratiques pour décrocher la HVE. © G. Omnès
HVE : « Nous avons dû changer nos pratiques en grandes cultures »
Sur la ferme de Pré Levey, le passage à la HVE s’est imposé comme une suite logique à la démarche de baisse des intrants. La…
Contre la jaunisse transmise par des pucerons, les néonicotinoïdes sur semences de betterave constituent la solution de lutte la plus efficace. © G. Omnès
Néonicotinoïdes/betteraves : jusqu’à 15 jours de retard dans la distribution de semences
Avec une parution de l’arrêté sur les néonicotinoïdes le 5 février, le pelliculage des semences avec ces insecticides a démarré…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Chaulage : « j'ai économisé 4000 euros grâce à la mesure de résistivité de mes parcelles »
 Associé du Gaec de la voie lactée, Patrice Lièvre cultive 220 hectares à Vernoux-en-Gatine, dans les Deux-Sèvres. Tous les ans,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures