Aller au contenu principal

Nouveautés tournesols
LES VARIÉTÉS CLASSIQUES N’ONT PAS DIT LEUR DERNIER MOT

Les variétés classiques – ou linoléiques – ont perdu de leur importance au profit des tournesols oléiques. Ces derniers vont-ils complètement les supplanter à terme ? Rien n’est moins sûr.

C’est rassurant. Que ce soit sur les variétés de tournesol oléique ou les variétés classiques, on enregistre l’arrivée de nouveautés dans les deux camps. Pourtant en 2007, la culture de tournesol classique a encore chuté. Les surfaces globales de tournesol en France sont descendues à 520000 hectares et, en dépit de cette tendance, celles de tournesol oléique ont progressé pour atteindre 320 000 hectares. Avec 200 000 hectares en 2007, est-ce la fin annoncée des tournesols classiques ? Personne ne se risque à ce pronostic. « Le tournesol linoléique — l’autre nom du classique — ne disparaîtra pas totalement. Sur le plan mondial, la demande est largement majoritaire en linoléique et elle va le rester », assure Pascal Pruvost, directeur marketing Syngenta Seeds-NK en France. « Le tournesol linoléique est utilisé pour le débouché important de la margarine, pour lequel on recherche un taux d’acide oléique faible, ajoute Jean-Pierre Palleau, Cetiom. Le tournesol oléique ne peut donc pas répondre à cette demande, mais les besoins de ce type de variétés augmentent avec les débouchés diester et huiles alimentaires. »

UNE RECHERCHE ACTIVE
Les semenciers gardent une recherche active sur les deux types de tournesols pour fournir un marché à l’échelle européenne et non pas franco- français. « Nous n’allons pas diminuer nos efforts de sélection sur les tournesols classiques. Dans l’Est de l’Europe, ils sont largement dominants. Le fort développement du tournesol oléique est une spécificité française », remarque Olivier Cottet, responsable de la sélection tournesol chez NK. « La part de l’oléique progresse dans des pays comme l’Italie et la Hongrie, constate de son côté Dominique Dauga, chef de marché oléagineux chez Dekalb (Monsanto). L’importance de ces tournesols va continuer à augmenter globalement. » Que peut-on prédire pour les prochains semis en France ?Tout le monde s’attend à une remontée des surfaces de tournesols qui pourraient approcher les 600000 hectares grâce à des jachères qui se libèrent, des colzas ou blés qui pourraient être retournés (conditions de levées difficiles), des cours du tournesol élevés et des bons rendements cette année… Pour Pascal Pruvost, « nous allons regagner des hectares en classique, au moins 50000 hectares. Les cours ont été attractifs pour ce type de tournesol notamment avec les contrats alimentaires, au contraire des tournesols oléiques à destination de la filière industrielle dont les cours étaient indexés sur le colza. »

OLÉIQUES MOINS PRODUCTIFS
Autre point en faveur des classiques, il semble que leurs rendements soient légèrement supérieurs aux variétés oléiques. « Des personnes se disent déçues sur ces dernières et on entend même parler de différentiel de rendement de - 5 q/ha en leur défaveur. Ce n’est pas vérifié même s’il y a un léger déficit de production avec les variétés oléiques », admet Jean- Pierre Palleau. Les rendements de la série des variétés testées dans les essais Cetiom laissent paraître effectivement ce léger moins. La comparaison entre les essais de variétés classiques et oléiques n’est pas évidente car les regroupements par régions ne sont pas les mêmes. Mais comme le dit Dominique Dauga, « le choix entre classique et oléique en France ne se fera pas tant sur la performance variétale que sur la question du marché ». Et les deux types variétaux ne souffrent pas d’un manque de variétés ni de nouveautés.
Christian Gloria

TECHNOLOGIE CLEARFIELD
La résistance variétale à un herbicide espérée pour 2009

Après les maïs Duo System (résistants au Stratos Ultra), des tournesols tolérants à un herbicide devraient apparaître sur le marché des variétés en France. Mais pas avant 2009. Il s’agit de variétés obtenues par voie de sélection classique pour lesquelles on utilise la technologie Clearfield de résistance aux herbicides imidazolinones de BASF. Ce type de variété est déjà utilisé en Turquie depuis 2003 et dans d’autres pays d’Europe de l’Est(1) depuis. « En Turquie, nous avons une variété Clearfield qui occupe déjà 25 % du marché tournesol. Une autre de nos variétés, NK Meldimi, est inscrite sur le catalogue européen et est déjà bien développée dans des pays d’Europe de l’Est avec 50000 doses, confie Pascal Pruvost, de Syngenta Seeds-NK. Elle serait adaptée au marché français. » Outre NK, d’autres semenciers sont prêts à mettre sur le marché ces variétés Clearfield. Il reste à BASF à obtenir l’homologation de son herbicide pour une utilisation sur tournesol en France. Une telle solution pallierait la disparition programmée d’autres produits comme ceux à base de trifluraline et de linuron.
(1) Bulgarie, Ukraine, Roumanie, Hongrie, Moldavie, Russie (2008).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures