Aller au contenu principal

Insecticides
Les trois néonicotinoïdes seront suspendus fin 2013

La Commission européenne a décidé de suspendre pour deux ans, à partir du 30 septembre 2013, les autorisations de trois néonicotinoïdes sur les cultures qui attirent les abeilles.

La Commission européenne a annoncé, le 24 mai, sa décision de restreindre pendant deux ans, à compter du 1er décembre, l'utilisation de trois insecticides de la famille des néonicotinoïdes (clothianidine, imidaclopride ainsi que thiamethoxam) commercialisés par Bayer et Syngenta. « Les restrictions entreront en vigueur le 1er décembre 2013 et seront réexaminées au plus tard dans un délai de deux ans », a indiqué la Commission. Ces restrictions s'appliquent pour le traitement des semences, l'application au sol (en granulés) et le traitement foliaire des végétaux, y compris les céréales, qui attirent les abeilles. Les semences de céréales d’hiver et de betterave sucrière échapperont à l'interdiction car ces cultures sont jugées non attractives pour les abeilles.

Les utilisations restant autorisées seront réservées aux professionnels et seront limitées à la possibilité de traiter les cultures attrayantes pour les abeilles sous serre, ainsi que dans des champs en plein air après la floraison uniquement.

 

RETRAIT AU PLUS TARD LE 30 NOVEMBRE


Les États membres vont devoir retirer ou modifier les autorisations existantes pour se conformer aux restrictions de l'UE d'ici le 30 septembre 2013. Ils pourront autoriser l'utilisation des stocks existants jusqu'au 30 novembre au plus tard. « Les autorités nationales sont responsables du respect des restrictions », indique la Commission européenne.

Le 29 avril, le second vote sur la suspension de deux ans des trois insecticides n’avait pas permis de dégager une majorité qualifiée pour l’interdiction. Mais quinze États membres s'étaient prononcés pour la suspension (dont la France et l’Allemagne), huit contre (1) et quatre s'étaient abstenus.

Associations environnementalistes et syndicats d’apiculteurs se réjouissent du vote. En revanche en France, diverses organisations agricoles déplorent la proposition européenne en considérant que certaines études n’ont pas été prises en compte dans l’évaluation. Pour l’UIPP, « la proposition européenne est à caractère politique et non scientifique ». L’UFS (semenciers) considère que « les dispositions envisagées n’auront sans doute aucun impact positif sur la santé des abeilles mais elles se traduiront à coup sûr par une perte de productivité des filières de grandes cultures et par un recul de compétitivité du secteur semencier français ».

(1) Parmi eux l’Autriche qui, depuis, a décidé de revenir sur sa position.

Les plus lus

Tour de vis Covid : le télétravail systématique étendu à l’agriculture
Protéger le monde agricole de la pandémie en pleine progression dans les territoires : c'est l'objectif visé par le gouvernement…
Des betteraves en début de levée sont  vulnérables au gel. © C. Gloria
Météo : gel à risque en vue pour les colzas et les betteraves
L’an passé avait connu un épisode de froid intense à la fin mars qui avait eu un impact sur les cultures, notamment sur les…
Au stade cotylédon, le gel se traduit par un noircissement qui se généralise et détruit le pied de betterave. © F. Franzetti
Gel : betteraves, céréales, colzas... quelles conséquences pour les cultures ?
Outre des dégâts spectaculaires en vigne et en arboriculture, le gel a aussi été destructeur pour les grandes cultures, à…
Gel/betteraves : Cristal Union fournira gratuitement les semences des ressemis pour préserver les surfaces
Le groupe coopératif Cristal Union fournira gratuitement les semences pour ressemer les parcelles de betteraves détruites par le…
Le comportement du blé OGM tolérant à la sécheresse dans les conditions très difficiles de 2020 a convaincu Guillermo Irastorza d'accroître sa surface en 2021. © G. Irastorza
« J’ai cultivé du blé OGM résistant à la sécheresse », G. Irastorza, agriculteur argentin
Guillermo Irastorza, producteur argentin, a participé en 2020 aux essais plein air à grande échelle du blé OGM HB4 récemment…
Les engrais minéraux représentent 40% des émissions de gaz à effet de serre d’origine agricole.  © C. Baudart
Loi Climat : une nouvelle taxation des engrais pour 2024 ?
Parmi les mesures phare du projet de loi « Climat et résilience » : la taxation des engrais azotés. Cette dernière est envisagée…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures