Aller au contenu principal

Insecticides
Les trois néonicotinoïdes seront suspendus fin 2013

La Commission européenne a décidé de suspendre pour deux ans, à partir du 30 septembre 2013, les autorisations de trois néonicotinoïdes sur les cultures qui attirent les abeilles.

La Commission européenne a annoncé, le 24 mai, sa décision de restreindre pendant deux ans, à compter du 1er décembre, l'utilisation de trois insecticides de la famille des néonicotinoïdes (clothianidine, imidaclopride ainsi que thiamethoxam) commercialisés par Bayer et Syngenta. « Les restrictions entreront en vigueur le 1er décembre 2013 et seront réexaminées au plus tard dans un délai de deux ans », a indiqué la Commission. Ces restrictions s'appliquent pour le traitement des semences, l'application au sol (en granulés) et le traitement foliaire des végétaux, y compris les céréales, qui attirent les abeilles. Les semences de céréales d’hiver et de betterave sucrière échapperont à l'interdiction car ces cultures sont jugées non attractives pour les abeilles.

Les utilisations restant autorisées seront réservées aux professionnels et seront limitées à la possibilité de traiter les cultures attrayantes pour les abeilles sous serre, ainsi que dans des champs en plein air après la floraison uniquement.

 

RETRAIT AU PLUS TARD LE 30 NOVEMBRE


Les États membres vont devoir retirer ou modifier les autorisations existantes pour se conformer aux restrictions de l'UE d'ici le 30 septembre 2013. Ils pourront autoriser l'utilisation des stocks existants jusqu'au 30 novembre au plus tard. « Les autorités nationales sont responsables du respect des restrictions », indique la Commission européenne.

Le 29 avril, le second vote sur la suspension de deux ans des trois insecticides n’avait pas permis de dégager une majorité qualifiée pour l’interdiction. Mais quinze États membres s'étaient prononcés pour la suspension (dont la France et l’Allemagne), huit contre (1) et quatre s'étaient abstenus.

Associations environnementalistes et syndicats d’apiculteurs se réjouissent du vote. En revanche en France, diverses organisations agricoles déplorent la proposition européenne en considérant que certaines études n’ont pas été prises en compte dans l’évaluation. Pour l’UIPP, « la proposition européenne est à caractère politique et non scientifique ». L’UFS (semenciers) considère que « les dispositions envisagées n’auront sans doute aucun impact positif sur la santé des abeilles mais elles se traduiront à coup sûr par une perte de productivité des filières de grandes cultures et par un recul de compétitivité du secteur semencier français ».

(1) Parmi eux l’Autriche qui, depuis, a décidé de revenir sur sa position.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures