Aller au contenu principal

Transport des céréales
Les trains privés sont lancés

La coopérative Le Gouessant a ouvert la voie en faisant appel à une société privée pour acheminer son blé dans ses usines bretonnes. Euro Cargo Rail a remporté l’appel d’offres.

Quand,avec la SNCF,ce n’est plus possible,les opérateurs ont désormais le pouvoir d’aller voir ailleurs.En effet, depuis le 31 mars 2006, la libéralisation totale du transport par rail des marchandises est effective en France. D’autres compagnies que la SNCF peuvent se voir attribuer par le réseau ferré de France (RFF) des «sillons»,c’est-à-dire des droits de passage sur les lignes nationales. La filière céréalière qui se plaint tant de la SNCF et de ses retards depuis si long- temps,n’est pas en reste.Les discussions et appels d’offres vont bon train.La coopé- rative Le Gouessant (Côtes-d’Armor) a été le premier opérateur à franchir le pas de se détourner de la SNCF. Et le seul pour l’instant. Le Gouessant a besoin d’acheminer 400 000 tonnes de céréales par an provenant du Centre de la France jusqu’en Bretagne,où sont situées ses usines d’aliments du bétail.

UN GAIN DE QUINZE CENTIMES PAR TONNE
«Depuis les années 80, nous sommes propriétaires de 68 wagons, soit l’équivalent de trois trains. Jusqu’à l’an passé, il fallait au moins une semaine pour que les trains fassent un aller-retour de la Bretagne jusque dans les régions céréalières (soit une rotation), ce qui nous obligeait à louer des trains supplémentaires, au moins trois.Depuis que nous travaillons avec Euro Cargo Rail, c’est terminé», se réjouit Jean Dahirel, directeur des achats de la coopérative Le Gouessant. Conséquence directe : une baisse de la facture «fret» d’au moins 60 000euros par an soit 15 centimes par tonne de céréales ou protéagineux acheminée. L’objectif de Jean Dahirel était donc clair : réduire de moitié la durée de rotation des trains et améliorer la fiabilité de l’ache- minement.Pari gagné. Mais il est bien conscient que l’enjeu était de taille car, contrairement aux transports de produits manufacturés qui n’ont qu’un seul point de départ (l’usine),il faut aller chercher les céréales dans 80 silos différents au départ pour les conduire vers trois sites de déchargement. Un vrai casse-tête. «Seul Euro Cargo Rail a répondu à notre appel d’offres» reconnaît Jean Dahirel. Mais Le Gouessant présente un avantage de taille : elle a besoin d’un flux régulier

de trains sur toute l’année,ce qui est loin d’être le cas dans la filière céréalière qui a une activité saisonnière.«Nous avons désormais trois locomotives quasiment dédiées et les conducteurs qui vont avec», explique l’opérateur breton. Bref,Jean Dahirel est un homme heureux, mais il se donne une année pour tirer toutes les conclusions de cette aventure qui a démarré en juillet 2006.

REGAGNER DES PARTS DE MARCHE SUR LA ROUTE
Du côté d’Euro Cargo Rail,on met l’accent sur la fiabilité de la prestation, plutôt que sur les prix. «Avec ECR, il n’y a pas de rupture d’approvisionnement, explique Eric Fohlen,en charge de la communication de la filiale du groupe britannique. Quant aux tarifs, nous sommes 10% moins cher que Fret SNCF.» Ce dernier insiste sur le fait qu’Euro Caro Rail est une societe de droit français, employant des salaries français,les conducteurs ayant suivi une formation de neuf mois sur l’hexagone. ECR va concurrencer Fret SNCF, bien sûr, «mais nous avons surtout comme objectif de regagner des parts de marché sur le camion», poursuit Éric Fohlen.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures