Aller au contenu principal

Les stations météo professionnelles guident les décisions d´intervention en culture

Une station météo individuelle permet d´avoir, à disposition, des données précises sur le climat de l´exploitation. Son installation et son utilisation nécessitent quelques précautions.


Une station météorologique comporte au minimum des capteurs de température, d´hygrométrie et de pluviométrie. Il existe des modèles à moins de 7600 euros. Un anémomètre et un capteur de rayonnement peuvent s´ajouter aux équipements de base. Le prix peut alors grimper jusqu´à 15 000 euros. Pour avoir des données exploitables, il ne suffit pas d´avoir une station de bonne qualité, encore faut-il l´installer correctement. En clair, elle doit être placée dans une parcelle représentative de l´exploitation et sur une zone engazonnée, plutôt que dans la cours de la ferme, où se crée un microclimat.
Pour cette raison, les stations météo « grand public », ne conviennent pas à un usage agricole : leurs capteurs doivent être à proximité du récepteur, c´est-à-dire près de la ferme. Si l´installation de la station doit faire l´objet d´une attention particulière, sa maintenance ne doit pas être négligée non plus. Entretien de la surface engazonnée, changement des filtres de la sonde d´humidité. il faut prévoir un budget annuel de maintenance égal à 4 à 5 % du prix d´achat de la station.
©J. J. Biteau


Affiner la prise de décision
Les informations recueillies sont transmises vers un ordinateur à la ferme via un modem, une carte mémoire ou une liaison radio.
Pour être exploitables, les données transmises par la station doivent êtres valides, c´est-à-dire qu´il ne doit pas y avoir de données manquantes ou erronées. Une phase de validation des données est donc généralement intégrée au logiciel. L´utilisateur doit vérifier les données recueillies avant qu´elles soient exploitées.
Les stations sont fournies avec des logiciels pour récupérer les données et les archiver. On peut caractériser le climat de la zone, calculer le point de rosée (température à laquelle la vapeur d´eau contenue dans l´air se condense) ou l´ETP (Évapotranspiration Potentielle, qui permet de piloter l´irrigation). Il est aussi possible d´étudier le lien entre les données météo recueillies et le comportement de la parcelle, l´apparition des maladies, l´efficacité des traitements. pour affiner les prises de décision.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
« Une rénovation de toiture avec du photovoltaïque pour un risque zéro »
Sylvain Pigeon, agriculteur à Mareuil en Brie (51), a changé la toiture de son bâtiment en développant un projet photovoltaïque…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures