Aller au contenu principal

Les revenus non agricoles soutiennent les exploitations de grandes cultures

« Les revenus non agricoles réduisent les écarts de revenus entre foyers d’agriculteurs ». C’est la conclusion d’une étude de l’Insee, publiée fin février 2015, qui se base sur les revenus des agriculteurs en 2010 (1). Cette étude porte sur les moyennes et grandes exploitations, les petites étant celles imposées au forfait. Elle laisse apparaître qu’un foyer sur deux déclare des revenus d’activités non agricoles (2) et que ces revenus sont significatifs pour un foyer sur trois. Ils cumulent les revenus d’activités non agricoles du conjoint ou du chef d’exploitation double actif, les bénéfices industriels et commerciaux, les revenus de la propriété (valeurs et capitaux mobiliers, et fonciers) et les pensions et retraites.

 

Des revenus d'activités exclusivement agricoles pour au moins 1/3 des foyers

 

Pour les exploitations céréalières, la part du revenu non agricole dans le revenu global atteint 44 %. Ce chiffre est plus faible dans les exploitations de cultures générales (avec cutures industrielles) : 34 %. Enfin, dans les exploitations de polyculture élevage, il s'établit à 38 % du revenu global. Ce revenu non agricole peut provenir notamment de l'activité du conjoint ou de la double activité du chef d'exploitation. Toutes orientations confondues, l'étude montre que le conjoint participe aux travaux dans une exploitation sur deux, et que la double activité concerne 13 % des exploitations. La double activité touche davantage les exploitations céréalières ou de grandes cultures et la viticulture que les productions animales. La proportion de foyers qui ne connaissent pas d’activités extérieures significatives (3), où par conséquent le revenu agricole constitue la grosse majorité du revenu global, est de 48 % dans les exploitations de polyculture élevage, 46 % dans les exploitations de cultures générales et 36 % dans les exploitations céréalières.

 

 

(1) Issus du Réseau d'information comptable agricole (Rica).

(2) Données fournies par les services fiscaux.

(3) Dont le revenu généré est inférieur à 1/2 Smic net.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
« Une rénovation de toiture avec du photovoltaïque pour un risque zéro »
Sylvain Pigeon, agriculteur à Mareuil en Brie (51), a changé la toiture de son bâtiment en développant un projet photovoltaïque…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures