Aller au contenu principal
Font Size

Les plants de pomme de terre de ferme financeront la recherche

Pour le secteur de la pomme de terre, l'UNPT et le Gnis ont signé un accord permettant un financement de la recherche qui sera perçu chez les producteurs de plants fermiers.

Les professionnels de la pomme de terre sont parvenus à un accord, pour trois ans, pour rendre légal le plant de pomme de terre fermier et pour le versement d'un droit d'obtenteur. L'accord entrera en vigueur une fois son extension signée par le ministre de l'Agriculture. « La rémunération sera perçue à l'hectare planté avec des plants de ferme sur la base des déclarations faites par les agriculteurs utilisant les plants de variétés protégées », explique le Gnis. Ce sont donc les utilisateurs de plants autoproduits qui sont concernés précisément et, détaille l'UNPT, « ils devront s'acquitter d'un droit d'obtenteur à hauteur de 75 % du montant officiel du plant certifié en se basant sur le tonnage moyen de 2,5 tonnes par hectare de plant. » Actuellement en France, ces plants autoproduits sont très minoritaires car 92 % des plants utilisés sont certifiés.
L'accord ne fait que mettre en place les conditions légales d'application à la fois du règlement communautaire et de la loi française sur l'utilisation de semences (ou plants) de ferme de variétés protégées.
« Désormais, toutes les variétés de pomme de terre vont pouvoir être librement multipliées par le producteur sans risquer d'être attaquées pour contrefaçon », traduit l'UNPT. Ces dernières années ont été émaillées de procès entre producteurs de plants de ferme et obtenteurs de variétés. « L'accord stipule le renoncement des obtenteurs à toute nouvelle procédure judiciaire relative aux droits d'obtenteurs pour les années antérieures à l'accord », souligne l'UNPT.


Maintenir la qualité sanitaire du plant français


Par ailleurs, l'accord ne concerne pas les « petits agriculteurs » selon la PAC, c'est-à-dire ceux produisant moins de 185 tonnes de pommes de terre de consommation en production ce qui devrait correspondre à cinq hectares, ni les agriculteurs qui ne commercialisent pas leurs pommes de terre.
Outre le renforcement des moyens de recherche, l'accord a pour objectif de maintenir la qualité sanitaire du territoire. La pomme de terre est particulièrement vulnérable à nombre de parasites dont plusieurs sont de quarantaine. Leur contrôle nécessite une surveillance et des moyens de lutte draconiens.
« Afin de faciliter le suivi sanitaire du territoire, les agriculteurs utilisateurs se sont engagés à déclarer auprès des services régionaux chargés de la protection des végétaux leur production de plants de ferme. Ils se sont aussi engagés à ne pas multiplier plus d'une génération de plants de ferme et à ne produire ces plants qu'à partir de plants certifiés », souligne le Gnis. Ce suivi sanitaire est d'importance pour Jean-Charles Quillet, président de la section plants de pomme de terre du Gnis, qui souligne « l'exceptionnelle qualité en matière sanitaire qui fait la réputation du plant français, aussi bien sur le marché national qu'à l'exportation. »
Les conditions techniques d'application de l'accord, en cours d'élaboration, devraient être connues courant mai. « Nous veillerons à ce que ce règlement soit réellement applicable sur le terrain à l'ensemble des producteurs de pomme de terre, ceci de manière lisible, simple et efficace, et à des coûts raisonnables, notamment pour les frais de contrôle sanitaire », prévient l'UNPT. Le syndicat de producteurs demande un peu de clémence pour cette première année de mise en oeuvre où les règles d'applications ne seront connues qu'après les plantations.

En chiffres

 

 

. 4 entreprises de sélection
. 59 établissements collecteurs
. Plus de 800 producteurs
. 12 500 points de vente
. 7 millions d'euros de budget de recherche par an
. 60 millions d'euros d'excédent commercial
. Près de 220 variétés inscrites au catalogue français

 

" L'exceptionnelle qualité qui fait la réputation du plant français est d'importance, tant pour le marché national qu'à l'exportation."

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte dans le nord de l'Eure-et-Loir. Le rendement national moyen de blé tendre est estimé à 6,83 t/ha par le cabinet Agritel, en baisse de près de 8 % par rapport à la moyenne olympique. © G. Omnès
Moisson 2020 : une récolte de blé française sous les 30 millions de tonnes
Les spécialistes du marché des céréales continuent de réviser leurs chiffres de récolte de blé tendre à la baisse. La production…
L'attaque de jaunisse constatée sur toute la zone de production française de production de betteraves pourrait conduire au plus bas rendement depuis quinze ans, selon la CGB, qui demande des mesures urgentes pour éviter l'effondrement des surfaces. © CGB
Alerte rouge à la jaunisse : les betteraviers demandent un plan d’urgence
La CGB craint une forte baisse des surfaces de betteraves en 2021 si aucune solution n’est apportée face à la jaunisse, avec un…
La collecte chute de 20 % en blé tendre et en orge d'hiver par rapport à la moyenne décennale à la coopérative Ile-de-France Sud. © Gutner archives
Moisson 2020 : le grand écart du rendement en Ile-de-France comme ailleurs
La récolte des orges d’hiver, colza et blé tendre a rendu son verdict en Ile-de-France : des résultats très hétérogènes avec…
La surface retenue dans la dernière publication officielle des services du ministère de l'Agriculture laisse présager une production française de blé tendre inférieure à 32 millions de tonnes, en baisse de 8 Mt sur un an.  © J.-C. Gutner
Moisson : les surfaces officielles de blé tendre plombent (un peu plus) la prévision de récolte française
Sur la base des estimations de surfaces officielles publiées début juillet, la récolte de blé tendre français pourrait s’établir…
Nouveau silo de Biocer dans l'Eure. Avec une collecte qui double tous les cinq ans, les organismes économiques doivent adapter leur infrastructure de stockage et de tri. © Biocer
Agriculture biologique : les céréales bio face au défi de la massification
La dynamique de croissance forte et régulière enclenchée depuis trois ans pour les céréales bio confronte la filière à de…
Aymeric et Margot Ferté, Gilles Lancelin, Romaric Paucellier : trois expériences du bio en grandes cultures. © DR/C. Baudart
Bio en grandes cultures : la nouvelle génération de convertis bouge les lignes
Une exploitation de grandes cultures qui passe en bio ? C’est désormais banal. Partout, des conversions s’engagent, souvent par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures