Aller au contenu principal
Font Size

Les planteurs de betterave souhaitent plus de transparence 

En cette année de forte production, les producteurs de betterave font l’apprentissage d’un marché libéralisé.

La durée de la campagne betteravière est passée de 100 jours en 2016 à 133 jours en 2017.
© J.-C Gutner/archives

« Nous sommes dans l’an un de l’après-quota », a commenté Éric Lainé, président de la CGB (Confédération générale des planteurs de betteraves), en conférence de presse le 7 décembre à Paris. Depuis le 1er octobre, finis les quotas et les prix minimum garantis de la betterave et du sucre. Cette nouvelle ère commence avec une production record : la hausse des surfaces de 20 %, à 475 000 ha, s'est doublée d'une météo très favorable, conduisant à un rendement de 93 t/ha et à une production de 44,2 Mt de betteraves à 16°S. En 2016, elle n'était que de 34,5 Mt, la moyenne sur les cinq dernières années s'affichant à 36,7 Mt. L'Hexagone produirait donc 6,1 Mt de sucre au lieu de 4,8 Mt l'an passé, une hausse des volumes souhaitée par la filière. En parallèle, la durée de la campagne s'est considérablement allongée, passant de 100 jours en 2016 à 133 jours en 2017. Cela représente « des économies d’échelle pour les industriels mais des contraintes fortes pour les agriculteurs », a signalé Pierre Rayé, directeur général du syndicat, car pour les betteraves arrachées tôt, les rendements sont inférieurs de 30 % à leur valeur en période optimale.

La CGB veut un relèvement des indemnités d’arrachage précoce

« La CGB demande que les indemnités d’arrachage précoce soient relevées », a indiqué Éric Lainé. L'objectif du syndicat est plus largement de mieux partager la valeur ajoutée dans la filière. Mais c’est là que le bât blesse : les producteurs doivent désormais négocier avec chaque industriel au sein des commissions de répartition de la valeur. Pas simple. Ce nouveau marché libéralisé est à la fois plus concurrentiel et moins transparent. « Nous n’avons pas de cours officiels pour presque 70 % de nos volumes », a ainsi relevé Timothé Masson, chargé d'affaires économiques à la CGB. Et les planteurs ne savent pas comment les industriels s’arbitrent sur les différents marchés.  « Nous demandons plus de transparence », a indiqué Éric Lainé. Parmi les solutions envisagées par le syndicat : proposer aux planteurs des prix de betterave bâtis sur le marché à terme du sucre, afin qu'ils puissent gérer leurs risques. « Dans le cadre de l’interprofession, il faut que l’on travaille mieux », a souligné Pierre Rayé. Cette nouvelle ère va demander à chacun des efforts d’ajustements.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte dans le nord de l'Eure-et-Loir. Le rendement national moyen de blé tendre est estimé à 6,83 t/ha par le cabinet Agritel, en baisse de près de 8 % par rapport à la moyenne olympique. © G. Omnès
Moisson 2020 : une récolte de blé française sous les 30 millions de tonnes
Les spécialistes du marché des céréales continuent de réviser leurs chiffres de récolte de blé tendre à la baisse. La production…
La collecte chute de 20 % en blé tendre et en orge d'hiver par rapport à la moyenne décennale à la coopérative Ile-de-France Sud. © Gutner archives
Moisson 2020 : le grand écart du rendement en Ile-de-France comme ailleurs
La récolte des orges d’hiver, colza et blé tendre a rendu son verdict en Ile-de-France : des résultats très hétérogènes avec…
Pour la CGB, la propagation du virus de la jaunisse ampute la production française de sucre de 600 000 à 800 000 tonnes. © CGB
Crise de la betterave: les élus régionaux montent au créneau
L’impact de l’épidémie de jaunisse sur betterave s’amplifie devant l’absence de solution technique autorisée. Les Régions…
Nouveau silo de Biocer dans l'Eure. Avec une collecte qui double tous les cinq ans, les organismes économiques doivent adapter leur infrastructure de stockage et de tri. © Biocer
Agriculture biologique : les céréales bio face au défi de la massification
La dynamique de croissance forte et régulière enclenchée depuis trois ans pour les céréales bio confronte la filière à de…
Moisson de blé en Eure-et-Loir
Moisson 2020 : des rendements dans le rouge pour une année noire en grandes cultures
Très mauvaise donne cette année pour les grandes cultures en France, avec une baisse généralisée des productions. Les céréales d’…
Aymeric et Margot Ferté, Gilles Lancelin, Romaric Paucellier : trois expériences du bio en grandes cultures. © DR/C. Baudart
Bio en grandes cultures : la nouvelle génération de convertis bouge les lignes
Une exploitation de grandes cultures qui passe en bio ? C’est désormais banal. Partout, des conversions s’engagent, souvent par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures