Aller au contenu principal

Réglementation
Les phytos surveillés à posteriori avec la phytopharmacovigilance

La phytopharmacovigilance est opérationnelle depuis 2015 suite à son inscription dans la Loi d’avenir pour l’agriculture du 13 octobre 2014. C'est un dispositif franco-français de surveillance a posteriori des effets indésirables des produits phytosanitaires.

Ohri Kamada, Anses. "On peut déclarer des effets indésirables constatés de produits phytosanitaires sur une page web dédiée à la phytopharmacovigilance."
© C.Gloria

« Ces effets sont surveillés aussi bien sur l’homme que les animaux d’élevage (dont les abeilles) et de la faune sauvage, les plantes cultivées, l’eau et le sol, les aliments et sur l’apparition de résistance à ces produits, rappelle Ohri Yamada, de l’Anses. Nos services de phytopharmacovigilance à l’Anses ont enregistré 36 signalements dont 16 concernant la santé humaine. » Les déclarations d’effets indésirables sont étudiées au travers de plusieurs dispositifs partenaires de la phytopharmacovigilance. Elles ont déjà eu des conséquences pour certains produits, comme les herbicides à base de prosulfocarbe, une molécule très utilisée en grandes cultures.

Un herbicide céréales dans des pommes

Un détenteur d’AMM de produit à base de prosulfocarbe avait signalé en 2016 à l’Anses le dépassement de LMR(1) de la molécule, régulièrement observé sur des pommes. Or, l’herbicide n’est pas autorisé sur pommier. L’Anses a été chargé d’investiguer les raisons de ces dépassements et a rendu ses conclusions fin 2017 en apportant des recommandations pour éviter la dispersion du prosulfocarbe dans l’environnement. L’avis de l’Anses a eu pour conséquence rapide une modification de l’AMM des produits à base de prosulfocarbe, obligeant à utiliser un dispositif pour limiter la dérive de pulvérisation de ces produits et interdisant l’usage à moins de 100 mètres d’une culture non visée tant que celle-ci n’est pas récoltée. Cette phytopharmacovigilance peut donc avoir des conséquences lourdes sur les usages de produits phytosanitaires.

La mobilisation du dispositif de phytopharmacovigilance peut aller jusqu’au retrait d’AMM, ce qui a été le cas pour les produits à base de métam-sodium utilisés en maraîchage, pour des raisons de risques non acceptables pour la santé humaine et l’environnement. Le dispositif est financé sur une taxe sur la vente de produits phytosanitaire.

(1) Limite maximale de résidus.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Plafonnement des rendements du blé du fait des hautes températures et difficulté d'implantation des colzas font partie des signes avant-coureur du changement climatique. © G. Omnès
Changement climatique : ce que les grandes cultures devront affronter ces 30 prochaines années
D’ici à 2050, les cultures subiront des conditions plus chaudes et plus sèches au printemps et en été, accroissant le risque d’…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures