Aller au contenu principal

Les parlementaires au chevet des protéagineux

L’interprofession des plantes riches en protéines avait réuni fin janvier plusieurs députés pour débattre de l’avenir de ces cultures dont les surfaces se réduisent comme peau de chagrin. Pour Charles de Courson, député Nouveau Centre de la Marne, la solution passe par une stratégie à l’échelle européenne, combinant un recouplage partiel des aides, des mesures agro-environnementales et « un système cohérent entre cette politique et celle des biocarburants ». Répondant à Pierre Cuypers, président de l’Unip, qui avait dénoncé « l’erreur historique » de l’Europe lorsqu’elle avait « volontairement laissé ce secteur aux États-Unis », le député UMP du Bas-Rhin Antoine Herth a estimé que le contexte économique mondial laisse une marge de manoeuvre pour « rebattre les cartes », car les États-Unis se désintéressent de l’Europe pour se tourner vers la Chine.

En outre, le verdissement demandé à l’agriculture est, selon lui, une opportunité pour les protéagineux, qui sont « l’une des solutions pour baisser de 50 % l’usage des produits phytosanitaires ». Le défi à relever pour ces cultures est désormais de regagner de la compétitivité dans les assolements. « Il faut avoir un esprit de conquête reposant sur l’innovation, car c’est ça qui dégage de la marge, des capacités d’investissement », a exhorté Alain Chatillon, sénateur UMP de la Haute-Garonne. Mais les innovations de 2030 se préparent aujourd’hui. Or les sélectionneurs ne seront prêts à investir massivement que s’ils peuvent s’appuyer dès maintenant sur des surfaces de cultures suffisantes. « Il ne faut pas réfléchir qu’en termes de filières longues, mais aussi sur la marge de progrès en autoconsommation, a suggéré Antoine Herth. Cela ne fera peut-être pas le bonheur de l’industrie dans un premier temps, mais cela permettra de créer le ‘buzz’ tout en réglant de nombreux problèmes sur les exploitations. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures