Aller au contenu principal

Situations à haut rendement
Les nécroses racinaires font chuter les maïs

Dans des conditions de haut niveau de productivité, les maïs peuvent subir les attaques de champignons du sol. Avec des pertes en rendement et des verses complètes de parcelles.


Des flétrissements du feuillage brutaux, des champs qui versent de façon inattendue avant récolte, des racines nécrosées. vous avez toutes les chances d´être en présence de la maladie des nécroses racinaires du maïs. Ces symptômes ont été constatés dès le début des années 90 dans les monocultures de maïs des Landes. Mais l´Alsace est également touchée depuis 1996 et 1997 où d´importants problèmes de verse avaient été observés.
« Par des isolements mycologiques effectués sur les racines nécrosées, nous avons décelé la présence régulière des pathogènes Pythium arrhenomanes et Rhizoctonia solani, précise Alain Weissenberger, du SRPV Alsace. Une expérimentation a montré que c´est l´association des deux champignons qui apparaît la plus préjudiciable pour le système racinaire, comparé à l´un ou l´autre des pathogène étudiés seuls. »

Des parcelles versées à 80 % avant récolte
Les dégâts se traduisent par des pertes de rendement. « A cause de la maladie, le maïs cesse de mûrir, ce qui a un impact sur le PMG, explique Alain Weissenberger. Les pertes en rendement sont de l´ordre de 10 à 15 quintaux/hectare. Les pertes sont les plus importantes en années à bons rendements. Par exemple, 14 quintaux par hectare sur des parcelles qui, en conditions saines, produisent 134 quintaux ! »
Pour Christian Jenn, responsable du service recherche et développement agronomique à la CAC(1), « le risque majeur, ce n´est pas tant la perte de quintaux que la tenue de tige en fin de cycle. Nous avons déjà constaté des parcelles versées à 80 % avant récolte à cause de gros coups de vent. Des agriculteurs ont récolté leurs parcelles dans un seul sens avec des maïs rentrant par paquets. Les pertes de temps à la récolte sont importantes. » Les maïs touchés peuvent être, en plus, affectés par certains fusarium.

Alain Weissenberger et Christian Jenn précisent les symptômes. « Certaines années, on observe un dessèchement rapide et prématuré du feuillage, qui prend une couleur vert-plombé à l´automne », dit l´un. « Cela ressemble à des symptômes de carence en azote sauf que l´azote n´est pas un facteur limitant », ajoute l´autre. Les premiers symptômes apparaissent à la floraison. Les pieds touchés ont tendance à verser. Et le système racinaire présente d´importantes nécroses à l´automne.
Christian Jenn considère que dans le département du Haut-Rhin, 80% de la surface en maïs est touché par les nécroses racinaires. « Mais cette maladie ne s´extériorise pas toujours, notamment en année sèche où les parcelles ne sont pas un terrain favorable aux champignons. Et comme ce sont plutôt les parcelles à fort potentiel qui sont touchées, l´impact sur le rendement n´est pas toujours bien perçu. »

Les années 2003 et 2004 se sont révélées pauvres en symptômes. « En revanche, se rappelle Alain Weissenberger, nous avons eu de gros soucis en 2002, année humide. Les maïs se sont desséchés brutalement fin août. Et là, les agriculteurs l´ont bien vu ! »
©D. R.

Les nécroses racinaires peuvent entraîner un dessèchement rapide et prématuré du feuillage et les pieds auront endance à verser. ©D. R.

Privilégier les rotations en évitant le maïs-betterave
« Les problèmes de nécroses racinaires sont constatés surtout sur les parcelles à bonne réserve en eau, les sols assez profonds, sur les secteurs irrigués ou en année pluvieuse », remarque Christian Jenn. Les monocultures irriguées de maïs semblent les plus atteintes. « Dans les moyens de lutte, il convient de privilégier la rupture de la monoculture, conseille Alain Weissenberger. Mais la rotation maïs-betterave n´est pas la panacée. En effet, le Rhizoctonia solani se développe sur ces deux cultures et avec une telle rotation, le champignon est conservé dans le sol. » Des études sont en cours pour trouver (et faire autoriser) des moyens de lutte fongicide. La voie de la tolérance variétale est également à l´étude.
(1) Coopérative agricole basée à Colmar dans le Haut-Rhin.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures