Aller au contenu principal

Pommes de terre
Les limaces ont leurs variétés préférées

Des variétés de pommes de terre se montrent plus appétentes que d´autres pour les limaces. C´est un facteur à considérer dans les secteurs à hauts risques.


Sur des cultures, les limaces semblent préférer certaines variétés à d´autres. C´est sur pomme de terre que cet aspect a été le plus étudié par la Fredon(1) Nord-Pas-de-Calais. « Nous menons des études depuis 2003 suite à des constats d´attaques importantes de limaces sur tubercules de pommes de terre dans certains secteurs de notre région, explique Julien Bruyère, Fredon Nord-Pas-de-Calais. Il en ressort d´abord que la variété Monalisa est la plus attaquée lors des notations. C´est assurément une variété très appétente pour les limaces. »
Une dizaine d´autres variétés ont été testées sur des essais de terrain favorable aux attaques de limaces. La Bintje était une variété qui se remarquait pour ne pas trop attirer les mollusques. « Les premières attaques observées au début des années quatre-vingt-dix ne font pas mention de cette variété contrairement à la Russet Burbank, lit-on dans le rapport technique de la Fredon. Aujourd´hui, ce n´est plus valable. »
©Fredon Nord Pas-de-Calais

Dans les essais, on observe de plus en plus d´attaques. La Bintje serait-elle dorénavant du goût des limaces ? En revanche, sur deux ans d´essais, des variétés comme Nicola et Astérix se montrent peu appétentes. « Mais si la pression du milieu est élevée, des attaques apparaissent inéluctables, y compris pour les variétés peu appétentes », signale Julien Bruyère.
Les dégâts de limaces n´ont pas un effet direct sur les rendements mais déprécient la qualité des tubercules en y occasionnant des trous. « Dès qu´un tubercule est touché, il est considéré comme non valable pour les industries de transformation », relève Julien Bruyère. Et cela peut prendre des proportions importantes. Ces trous peuvent être des portes d´entrée pour des maladies telles que l´Erwinia, les fusarioses. Les limaces peuvent également être la cause d´un retard de levée par destruction des germes des tubercules ou d´un retard de croissance ou de floraison par consommation des tubercules fils.
©Fredon Nord Pas-de-Calais

Des attaques souterraines invisibles en surface
Les attaques de limaces sont souterraines chez la pomme de terre. Avec la localisation de granulés anti-limaces en surface, la lutte est difficile contre ces ravageurs cachés sous terre. En fait, il ne faut pas attendre la production de tubercules pour agir mais traiter sur végétation dès les premiers piégeages des mollusques.
Les parcelles irriguées sont plus favorables aux limaces. Après défanage, les limaces ont tendance à migrer dans la butte, ce qui signifie qu´il faut éviter une durée prolongée entre défanage et récolte.
Il est nécessaire de réduire le développement des limaces tout au long de la rotation. La connaissance de la sensibilité variétale pour plusieurs cultures, pas seulement les pommes de terre, peut y contribuer.

(1) Fédération régionale de défense contre les organismes nuisibles.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures