Aller au contenu principal
Font Size

Les insectes d’automne passent à l’offensive sur colza

Grosses altises et charançons du bourgeon terminal voient leurs populations croître sur colza. Avec un choix restreint, les produits insecticides montrent leurs limites de performance.

La guerre contre les insectes ravageurs du colza commence dès la levée. Les altises, et plus particulièrement les grosses altises, sont les insectes causant le plus de dégâts à l’automne sur colza. Selon le Cetiom, les attaques s’intensifient ces dernières années dans plusieurs régions. Des traitements répétés ne permettent plus de réduire les dégâts. La remarque vaut également pour les charançons du bourgeon terminal.
« Les grosses altises envahissent généralement les parcelles sous forme d’un vol massif lorsque les températures maximales journalières chutent puis remontent au-dessus de 20 °C, informe Céline Robert, Cetiom. Pour intervenir efficacement contre les grosses altises, le seuil retenu est celui de sept pieds sur dix touchés ou de deux à trois larves par plante. »

Peu d’insecticides à l’automne


En ce qui concerne le charançon du bourgeon terminal, les infestations se font par arrivées successives. « Par exemple dans l’Aube, le pic de vol s’est produit plusieurs semaines après les premières captures. Le positionnement de l’intervention insecticide est délicat. Le nombre de captures réalisées dans les cuvettes n’est pas représentatif de l’infestation réelle », note Céline Robert. Le seuil d’intervention retenu malgré tout par le Cetiom pour ce charançon est de huit à dix jours après les premières captures d’adultes.
Les pucerons constituent un troisième type de ravageurs pouvant occasionner des dégâts directs ou indirects (transmission de viroses) sur les plantes. Pour les différentes espèces de pucerons, il sera nécessaire d’agir quand au moins deux pieds sur dix portent ce ravageur.
Les produits insecticides ne sont pas légion contre les insectes d’automne. Il n’y a que des spécialités à base de pyréthrinoïdes pour lutter contre les altises, charançon du bourgeon terminal et autres ravageurs d’automne en dehors des pucerons. Pour ces derniers, on peut ajouter les produits Suprême 20 SG, Proteus, Pirimor et Karaté K, contenant d’autres matières actives que des pyréthrinoïdes. Un traitement de semences est homologué contre les grosses altises : Mesurol Flo.
Les pucerons verts connaissent des populations résistantes aux pyréthrinoïdes et au pyrimicarbe. On suspecte des altises de résister également à des pyréthrinoïdes. En tous les cas, des populations résistantes de ce coléoptère se rencontrent de façon localisée en Allemagne. Contre les insectes d’automne, il ne faut pas abuser des traitements insecticides et n’intervenir qu’en cas de seuil de nuisibilité atteint. Une utilisation excessive de pyréthrinoïdes sur les colzas aura pour effet de sélectionner les populations de ravageurs résistantes à cette famille de produits tout en détruisant les insectes auxiliaires qui jouent leur rôle dans la régulation des bio-agresseurs.


Hyménoptères parasites des larves


Les ravageurs d’automne ont leur cortège de prédateurs et d’insectes parasitoïdes. Contre les grosses altises, on connaît des prédateurs tels que des larves de cantharides (coléoptères) qui consomment de grandes quantités d’œufs. Mais l’action des prédateurs est jugée faible sur les larves qui sont à l’intérieur des plantes. Par contre, des hyménoptères parasitoïdes sont capables de pondre dans des larves. Leur importance dans la régulation des populations d’altises n’est pas négligeable, à condition de ne pas être détruits par les applications d’insecticides. Trouver le bon équilibre entre l’action de l’homme et celle de la nature.

Surveillance : bien placer la cuvette jaune

 

Pour recevoir des informations fiables de l’infestation de sa parcelle, la cuvette jaune qui attire les insectes ne doit pas être disposée n’importe comment. Dès le semis, elle sera placée à dix mètres de la bordure. Des insectes peuvent se concentrer au bord de parcelle. La cuvette sera remplie d’eau avec quelques gouttes de mouillant (produit à vaisselle) en changeant régulièrement le liquide. Pour surveiller l’évolution des vols de grosses altises à partir de la levée du colza, la cuvette devra être enterrée (davantage que sur la photo). Ensuite, pour le charançon du bourgeon terminal et les insectes du printemps, la cuvette sera remontée systématiquement au niveau de la végétation avec le fond positionné juste au-dessus des plantes. Il ne reste plus qu’à visiter son piège à insectes au moins une fois par semaine pendant les périodes à risques.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte dans le nord de l'Eure-et-Loir. Le rendement national moyen de blé tendre est estimé à 6,83 t/ha par le cabinet Agritel, en baisse de près de 8 % par rapport à la moyenne olympique. © G. Omnès
Moisson 2020 : une récolte de blé française sous les 30 millions de tonnes
Les spécialistes du marché des céréales continuent de réviser leurs chiffres de récolte de blé tendre à la baisse. La production…
L'attaque de jaunisse constatée sur toute la zone de production française de production de betteraves pourrait conduire au plus bas rendement depuis quinze ans, selon la CGB, qui demande des mesures urgentes pour éviter l'effondrement des surfaces. © CGB
Alerte rouge à la jaunisse : les betteraviers demandent un plan d’urgence
La CGB craint une forte baisse des surfaces de betteraves en 2021 si aucune solution n’est apportée face à la jaunisse, avec un…
La collecte chute de 20 % en blé tendre et en orge d'hiver par rapport à la moyenne décennale à la coopérative Ile-de-France Sud. © Gutner archives
Moisson 2020 : le grand écart du rendement en Ile-de-France comme ailleurs
La récolte des orges d’hiver, colza et blé tendre a rendu son verdict en Ile-de-France : des résultats très hétérogènes avec…
Pour la CGB, la propagation du virus de la jaunisse ampute la production française de sucre de 600 000 à 800 000 tonnes. © CGB
Crise de la betterave: les élus régionaux montent au créneau
L’impact de l’épidémie de jaunisse sur betterave s’amplifie devant l’absence de solution technique autorisée. Les Régions…
La surface retenue dans la dernière publication officielle des services du ministère de l'Agriculture laisse présager une production française de blé tendre inférieure à 32 millions de tonnes, en baisse de 8 Mt sur un an.  © J.-C. Gutner
Moisson : les surfaces officielles de blé tendre plombent (un peu plus) la prévision de récolte française
Sur la base des estimations de surfaces officielles publiées début juillet, la récolte de blé tendre français pourrait s’établir…
Nouveau silo de Biocer dans l'Eure. Avec une collecte qui double tous les cinq ans, les organismes économiques doivent adapter leur infrastructure de stockage et de tri. © Biocer
Agriculture biologique : les céréales bio face au défi de la massification
La dynamique de croissance forte et régulière enclenchée depuis trois ans pour les céréales bio confronte la filière à de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures