Aller au contenu principal

Les herbicides trop visibles dans les cours d’eau

La forte présence du glyphosate et de son produit de dégradation (Ampa) dans les cours d’eau de l’Hexagone n’est pas étrangère à sa mise à l’index par l’opinion publique et les organisations environnementales. L’Ampa est décelé à lui seul sur 56 % des analyses(1) et le glyphosate à 39 % des 2950 points de surveillance en France. L’atrazine, quant à elle, est fortement détectée à travers trois de ses dérivés notamment. Pourtant, l’herbicide est interdit d’utilisation en France depuis fin 2003. Glyphosate et atrazine se partagent la palme des pesticides les plus fréquemment quantifiés dans les cours d’eau en 2013, dernière année où des statistiques officielles apparaissent sur la pollution des eaux. Parmi les 15 molécules de produits phytosanitaires les plus présentes, 13 sont des herbicides ou des dérivés de leur dégradation. Seuls le boscalid (fongicide) et l’imidaclopride (insecticide) font exception en 2013.

Quantification n’est pas quantité

Les statistiques rendent compte de la fréquence de quantification des pesticides dans les analyses et non de leur quantité. Des pesticides peuvent ainsi être détectés en étant en dessous de la teneur légale de potabilité des 0,1 µg/l. Le graphique extériorise l’impact des pratiques agricoles comme la très large utilisation des produits à base de glyphosate. Il montre aussi les propriétés de rémanence de certains produits dans le sol avec l’exemple criant de l’atrazine, toujours détectable après 12 ans d’interdiction. Cette persistance d’action est prise en compte dans les homologations. Les produits récemment autorisés sont moins rémanents dans le sol qu’une molécule comme l’atrazine et présentent donc moins de risque de se retrouver dans les eaux.

(1) L’Ampa peut provenir aussi de la dégradation de détergents.

 


Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Baisse de la sole de colza, bouleversement du programme de désherbage maïs, recours aux trichogrammes : Stéphane, Marine et Alain (de gauche à droite) ont modifié en profondeur leurs pratiques pour décrocher la HVE. © G. Omnès
HVE : « Nous avons dû changer nos pratiques en grandes cultures »
Sur la ferme de Pré Levey, le passage à la HVE s’est imposé comme une suite logique à la démarche de baisse des intrants. La…
"Depuis 4-5 ans, il est impossible de mettre de l’argent de côté. "
Trésorerie en exploitation céréalière : « Je serre tous les boulons »
Cédric Benoist est producteur de grandes cultures à Jouy-en-Pithiverais, dans le Loiret. Après la récolte catastrophique de 2020…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Combiné à d'autres leviers, les techniques de travail du sol simplifié permettent aux producteurs de colza et de tournesol de bénéficier d'un bonus substantiel. © Orthman
Bas carbone : des efforts désormais valorisés en grandes cultures
Colza, tournesol, orge, maïs : les filières végétales se lancent sur le marché du carbone pour générer de la valeur ajoutée. Une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures