Aller au contenu principal

EN CHIFFRES
Les GIEE en manque de visibilité financière

Institués en 2014, les Groupements d’intérêt écologique et économique (GIEE) semblent s’essouffler en dépit des efforts du ministère de l’Agriculture qui met en avant « la force du collectif » pour s’engager dans l’agroécologie. Les financements manquent.

Plus de 400 GIEE créés en deux ans. La progression a été forte, semble-t-il. Ces Groupements d’intérêt écologique et économique ont été lancés en grande pompe par Stéphane Le Foll en 2015 avec une officialisation des six premiers dossiers lors du Salon de l’agriculture en présence de François Hollande. Leur principe est de regrouper des agriculteurs sur un projet pluriannuel de modification ou de consolidation de leurs pratiques visant à la fois des objectifs économiques, environnementaux et sociaux. « On mise sur la force du collectif pour relever ces défis, en raisonnant sur les principes de l’agroécologie avec l’environnement comme facteur de compétitivité », appuie Rik Vandererven, sous-directeur adjoint à la DGPE(1). Les GIEE ont été institués dans la Loi d’avenir agricole adoptée en septembre 2014. Ils font partie des mesures pour engager l’agriculture française sur la voie de l’agroécologie chère à Stéphane Le Foll.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Les sangliers, dont les populations explosent, sont responsables de 85 % des dégâts de grand gibier occasionnés aux cultures.
Dégâts de gibier : le système d’indemnisation menacé d’explosion
Les dégâts de gibier coûtent de plus en plus cher aux fédérations départementales de chasseurs. Et détruisent des cultures qui n’…
Benoit Levasseur. "Depuis la mise en service du site, nous continuons de recevoir des groupes."
Méthanisation : « Je me mets à la place des habitants pour éviter les nuisances »
Fort d'une quadruple expérience en la matière, Benoît Levasseur, producteur de grandes cultures à Marcilly-sur-Seine, dans la…
En hiver, la présence d'un couvert contribue à une meilleure infiltration de l'eau, réduisant les risques de tassement ou de lissage du sol en profondeur.
Couverts d’interculture : comment optimiser leurs bénéfices sur la structure du sol ?
Bien menés, les couverts végétaux améliorent la structure du sol sur les premiers centimètres, mais ne remplacent pas le travail…
Alexandre Dufour. "Je ne travaille pas pour toucher des indemnités des chasseurs ni pour cultiver des chardons".
Dégâts de gibier : « Nos cultures sont détruites à chaque fois »
Alexandre Dufour est agriculteur en système polyculture- élevage allaitant sur 280 hectares à Agey, en Côte-d’Or. Il déplore des…
Les capsules de trichogrammes sont apportées à raison de 100 capsules par hectare.
Pyrale du maïs : les drones font décoller les trichogrammes
Une solution efficace contre la pyrale, qui économise du temps et des traitements insecticides : l’épandage de trichogrammes par…
Maurice Guthmann, agriculteur à Dessenheim (Haut-Rhin), apprécie la simplicité de l'utilisation des drones pour épandre les trichogrammes contre la pyrale du maïs.
Pyrale du maïs : « Avec le drone, je n’ai plus à m’occuper des trichogrammes »
Chez Maurice Guthmann, agriculteur à Dessenheim (Haut-Rhin), le recours à la prestation d’épandage de trichogrammes par drone…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures